Reims

Périscolaire en colère

Brève
22/12/2021

Mardi 14 décembre, 120 grévistes des écoles de la ville de Reims se sont rassemblés devant l’hôtel de ville pour manifester leur colère.

Animatrices et animateurs, coordinateurs ou « atsem », tous sont employés par la mairie pour prendre en charge les enfants lors des temps dits « périscolaires », avant et après les cours. Fonctionnaires territoriaux, embauchés ponctuellement par contrat ou carrément comme vacataires, sans aucun droit à congés payés ni arrêt maladie, tous tombaient d’accord pour constater, par-delà les revendications propres à chaque situation, que leurs problèmes se résumaient à des effectifs insuffisants et à des salaires trop bas.

Ils ont saisi l’occasion d’un appel national à la grève pour réclamer des embauches et des augmentations. Comme dans bien d'autres villes, la grève a été majoritairement suivie avec 360 grévistes. La municipalité, débordée par cette mobilisation imprévue, a été contrainte d’organiser à la dernière minute l’accueil des enfants à la cantine avec les moyens du bord.

L'information à réjoui les grévistes qui ont décidé dans la foulée d'aller manifester joyeusement dans les bureaux de leur direction aux cris de « perisco en colère » et « Hé ho, on vient pour du boulot ! » De retour devant l’hôtel de ville, un groupe d’une quinzaine de volontaires prêts à se réunir pour organiser la suite a été élu. Rendez-vous est donc pris à la rentrée pour poursuivre la lutte !

Les dernières brèves