ArcelorMittal France ou AMAL :  Les pollueurs ne veulent pas être les payeurs

Echo d'entreprise
18/01/2021

ArcelorMittal a été condamné pour la pollution de la Fensch. Des hydrocarbures y ont été déversés à maintes reprises, laissant des traces olfactives. Cela lui a valu une amende de 150 000 euros, peanuts pour un groupe qui brasse des milliards ! Et les deux directeurs incriminés, celui du site comme celui de la cokerie, ont été relaxés.

Dans un autre procès, décidément ArcelorMittal les cumule, celui dénoncé par le lanceur d’alerte concernant le déversement de déchets illicites sur le crassier, ArcelorMittal dit « c’est pas moi » grâce à un petit tour de passe-passe juridique : la société s’appelait AMAL (ArcelorMittal Atlantique Lorraine) à l’époque des faits. Elle a été absorbée par la société ArcelorMittal France en 2019 qui nie toute responsabilité pour ce qui s’est passé avant cette date !

Ils puent, ils polluent, et ils ne veulent pas payer. Décidément, laisser les usines aux mains des capitalistes est dangereux à tous les points de vue.

Vaccination à l’Hôpital de Chaumont :  Retardée faute de médecin

Echo d'entreprise
15/01/2021

La campagne de vaccination contre le Covid-19 devait commencer début janvier à l’hôpital de Chaumont pour les soignants de plus de 50 ans. Or, cette campagne a été retardée de quelques jours faute de médecin pour cette opération.

Un tel manque dans un tel endroit est une illustration criante de la situation absurde dans laquelle nous ont amenés des décennies de restrictions budgétaires.

Deliveroo et Uber Eats Reims :  Une première journée de lutte réussie

Echo d'entreprise
15/01/2021

Depuis le début de l’épidémie et encore plus depuis le couvre-feu, les livraisons ont fortement augmenté. Début janvier, les commissions des livreurs ont une nouvelle fois été revues à la baisse par les plateformes.

Face à cela, les livreurs ont discuté via des groupes WhatsApp et devant les restaurants du centre-ville. Ils ont convenu d’une journée de grève. Dimanche 10 janvier, une cinquantaine se sont réunis en assemblée au centre-ville. Des équipes se sont ensuite dirigées vers les plus grandes chaînes de fast-food de la ville (Mac Donald’s, Burger King, KFC, etc.) pour aller à la rencontre de leurs collègues et les convaincre de les rejoindre dans la lutte. Très vite des liens de camaraderie se sont créés.

Par ailleurs, certains restaurateurs ont refusé de préparer des commandes en signe de solidarité et en dénonçant la rapacité des plateformes.

De fait, les fast-food ont été contraints de fermer leurs portes à 18 heures, tandis que Deliveroo et Uber Eats mettaient à l’arrêt leurs applications, prétextant que les livreurs étaient « très occupés » !

Ce premier succès a donné aux livreurs le sentiment de s’être fait respecter et l’idée qu’il faudra recommencer pour obtenir satisfaction sur la rémunération des courses. Le lendemain, plusieurs sont retournés voir leurs collègues pour les convaincre de se réunir et de discuter ensemble de la suite.

CHRU de Nancy :  Du grand n’importe quoi

Echo d'entreprise
12/01/2021

Impossible de soigner correctement. Les patients et le personnel font les frais d’une désorganisation poussée à l’absurde avec le Covid.

La direction improvise, les malades sont transférés d’un service à l’autre avec des changements incessants, les soignants toujours en sous-effectif parent au plus pressé. Résultat : les familles sont mécontentes, les agents sont épuisés physiquement et psychologiquement.

Cette situation catastrophique, on la doit à tous ceux qui ont démantelé l’hôpital pour y imposer le règne de la finance et de la rentabilité.

PSA Trémery :  Après la fusion PSA-Fiat, pour la fusion ouvrière !

Echo d'entreprise
05/01/2021

Les actionnaires de PSA et Fiat-Chrysler ont voté à 98,85% pour la fusion des deux groupes. Cela va donner naissance au 4ème groupe automobile mondial.

Les actionnaires des deux groupes espèrent augmenter ainsi leurs profits, qui viennent du travail de centaines de milliers d’ouvriers.

De notre côté, travailleurs de PSA et de Fiat Chrysler, nous sommes 400 000. Additionnons nos forces pour faire payer ces mêmes actionnaires.

PSA Trémery :  Pour Zéro chômeur, il faut Zéro exploiteur

Echo d'entreprise
05/01/2021

Louis Gallois, ex PDG de la Sncf, et président du conseil de surveillance de PSA prend sa retraite.

Mais il va s’occuper « Je préside le fonds d'expérimentation Zéro chômeur » explique-t-il au journal Les Échos « face au drame du chômage de longue durée ».

Tout ça après avoir « surveillé » les milliers de suppression d’emplois chez PSA et participé au drame du chômage…

CHRU de Nancy :  L’hôpital toujours en tension

Echo d'entreprise
25/12/2020

La recherche du taux maximum d'occupation des lits a mené l'hôpital à la catastrophe

Les services de réanimation sont toujours saturés avec les malades Covid et le rattrapage des interventions qui avaient été reportées au printemps lors de la première vague.

Et, avant même la fin du confinement, l’épidémie a repris sa progression, ce qui ne peut qu’inquiéter pour les semaines à venir.

Aucun répit : voilà ce qui attend les soignants dans un hôpital à bout de souffle.

ADMR de Haute-Marne :  Les aides à domicile mobilisées

Echo d'entreprise
18/12/2020

Une quinzaine d’aides à domicile se sont fait entendre le mardi 8 décembre, à l’occasion de la journée de manifestation pour exiger que l’augmentation de 183 euros, promise dans le Ségur de la Santé et dont sont exclues de nombreuses catégories de soignants, soit également touchée par les aides à domicile.

Certaines d’entre elles ont témoigné dans la presse de leurs conditions de travail : elles ne se voient proposer qu’un emploi à temps partiel et sont pourtant obligées de se rendre disponibles pour aller voir des personnes âgées, le week-end et en semaine, si bien que les journées sont bien remplies et pourtant très mal payées.

Le travail de ces aides à domicile est pourtant vital pour le maintien à domicile de personnes âgées dépendantes.

Mobilisation des assistants d’éducation :  Une grève contre la précarité

Echo d'entreprise
12/12/2020

Quelques dizaines d'assistants d'éducation et d’accompagnants d’élèves en situation de handicap étaient en grève mardi 1er décembre à Saint-Dizier pour protester contre la précarité et les conditions de travail qui leur sont imposées. Une situation d’autant plus choquante alors qu’il y a des dossiers en attente à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH, ancienne Cotorep), les AESH ne voient pas leurs heures augmentées alors que beaucoup le demandent.

Dans l’éducation nationale comme dans tous les services publics, c’est la recherche d’économies qui préside à tous les choix. Au détriment de l’éducation, de la santé et de toute considération pour les personnels et les élèves.

Grève du secteur médico-social :  Se faire entendre est la meilleure garantie

Echo d'entreprise
11/12/2020

Une trentaine d’agents du secteur médico-social, de l’hôpital André-Breton à Saint-Dizier, ont manifesté pour la troisième fois, jeudi 3 décembre pour réclamer l’augmentation de 183 euros, qui doit être accordée au personnel hospitalier suite au Ségur de la santé et dont sont exclus les autres personnels soignants. Ils ont ainsi défilé dans la ville avant de se rendre à la mairie et de se faire recevoir par le maire.

Ils sont déterminés à se faire entendre et à ne pas se laisser endormir. Ils ont bien raison.