Circonscription de Strasbourg-Illkirch  :  Alain Richard veut défendre les travailleurs

Article de presse
02/06/2022

Alain Richard est candidat sous la bannière Lutte ouvrière aux législatives, dans la deuxième circonscription du Bas-Rhin (*). Au nom des travailleurs et contre le grand capital, parce qu'il est temps, dit-il, « d'arracher le pouvoir à la bourgeoisie ».

Il a 53 ans, est célibataire, réside quartier Gare et travaille depuis 29 ans chez le fabricant de pièces automobiles Punch Powerglide (ex-General Motors), au Port-du-Rhin. Ouvrier, délégué syndical CGT, Alain Richard a fait de la défense du camp des travailleurs et de la lutte contre les intérêts du grand capital le fil directeur de son engagement. Candidat à plusieurs reprises aux municipales, il était sur la liste conduite par Louise Fève, en 2020 , et est « encarté à Lutte ouvrière depuis plus de 20 ans

Tout en réserve et en timidité, il se présente pour la première fois aux législatives en tant que titulaire. À l'image de sa suppléante Pierrette Morinaud, 75 ans, retraitée de l'enseignement, il entend « continuer à faire entendre les idées portées par Nathalie Arthaud à la présidentielle. Parce que la voix des travailleurs n'est toujours pas écouté », a-t-il constaté. « Nos conditions ne cessent de se dégrader, et ça s'est encore accéléré ces dernières années : licenciements, chômage, salaires quasi bloqués alors que le coût de la vie n'arrête pas d'augmenter… Les travailleurs se retrouvent dans des situations de plus en plus précaires ! Certains pointent au chômage et ceux qui restent travaillent dans des conditions intenables », dénonce-t-il.

« Ce sont les travailleurs qui font tourner la société »

Face à cette situation, une seule solution à ses yeux : s'unir, lutter et arracher droits et reconnaissance. « Parce qu'il ne faut pas oublier que ce sont les travailleurs qui font tourner la société. Ce ne sont pas les capitalistes et les grands bourgeois, qui s'enrichissent sur leur dos et sont de vrais parasites ! » tranche-t-il, invitant à « se battre pour que les salaires suivent enfin le cours de l'inflation » et dénonçant « une hausse des prix qui est avant tout le fruit de la spéculation ». Invitant, aussi, à une revalorisation des petits salaires. « Aujourd'hui, pour vivre convenablement, il faudrait au minimum 2 000 € nets par mois. On nous dit qu'il n'y a pas d'argent, mais c'est faux ! Il suffit de voir ce qu'empochent les grands dirigeants ; c'est scandaleux ! »

Dans ce contexte, Alain Richard ne se fait guère d'illusions sur le pouvoir du gouvernement, pas plus que sur celui des députés, « qui ne sont là que pour servir le système ». Il a tout de même décidé de se présenter « pour ne pas rester spectateur, inviter les électeurs à utiliser leur bulletin de vote pour exprimer leur opinion et appeler les travailleurs à s'unir pour arracher le pouvoir à la bourgeoisie. Aujourd'hui, on les sent résignés. Il faut qu'ils retrouvent leur fierté », conclut-il.

Alain Richard, candidat LO dans la 2 e circonscription du Bas-Rhin. Photo DNA /Laurent RÉA

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Dernières Nouvelles d'Alsace

Lire l'article en ligne