Circonscription Mulhouse/Illzach  :  Nathalie Mulot pour Lutte ouvrière

Article de presse
31/05/2022

Nathalie Mulot sera, une nouvelle fois, la candidate de Lutte Ouvrière dans la 6e circonscription du Haut-Rhin.

Pas d'union de la gauche pour LO, qui veut prolonger dans toutes les circonscriptions le programme de lutte engagé à la présidentielle par Nathalie Arthaud.

Nathalie Mulot, 45 ans, agent territorial, s'est lancée en politique voilà 25 ans, parce que le fonctionnement de la société lui apparaissait « aberrant » :« Même dans un pays riche comme le nôtre, avec des moyens formidables, on n'arrive pas à ce que tout le monde ait un toit, puisse se nourrir, se chauffer. Ça me révolte toujours autant, quand on sait que les cinq Français les plus riches gagnent autant que 40 % de la population et qu'on demande toujours plus de sacrifices aux plus pauvres », dit-elle pour justifier aussi ce programme de lutte. « Protéger les travailleurs »

« Aujourd'hui, on voit bien que le capitalisme nous mène dans le mur, et à la guerre », dit-elle en évoquant l'Ukraine. « t ce n'est pas à l'Assemblée nationale que cela pourra changer, qu'on pourra aider les travailleurs. On a bien vu, ces cinq dernières années, que c'est dans la rue que ce sera décisif, face au patronat. »

Lutte ouvrière (LO) réclame par exemple d'imposer des contrôles des comptes des entreprises par les salariés, « pour savoir où passe l'argent, combien touchent les actionnaires, quels sont les investissements, alors que les travailleurs ont si peu ».

LO souhaiterait également un réel droit de regard des salariés, pour éviter les scandales comme Orpea, et mettre fin au secret des affaires. Car le programme de Lutte ouvrière est toujours de protéger les travailleurs, notamment en matière de revenus, en défendant une augmentation conséquente des salaires pour faire face à l'inflation, avec un Smic à 2000 €, « le seuil pour bénéficier du chèque inflation de Castex », avec aussi une indexation des salaires et des pensions sur les prix.

Lutte ouvrière réclame un emploi pour tous, « en baissant s'il le faut le temps de travail des uns, qui subissent des cadences infernales et l'épuisement ; alors que d'autres ne trouvent pas de travail ». Et de prendre l'exemple de l'hôpital de Mulhouse : « Si on allait demander dans chaque service combien de personnels supplémentaires seraient nécessaires, on aurait une liste cohérente… »

Elle enchaîne sur les retraites, « ce dernier sacrifice qu'on veut nous imposer ! Il faut revenir à la retraite à 60 ans, d'autant qu'à cet âge-là, beaucoup de personnes ne travaillent déjà plus, cassées, en invalidité, au chômage ». Elle souligne que leur combat est « à l'opposé de celui de l'extrême-droite, qui a voulu faire croire qu'elle défendait les travailleurs, alors qu'elle cherche un bouc-émissaire et divise le camp des travailleurs ».

« S'organiser collectivement »

Et Nathalie Mulot, qui a déjà été candidates aux municipales, aux régionales et législatives, de revenir au leitmotiv de LO : « Il faut s'organiser collectivement pour se défendre », dit-elle, en espérant des manifestations rapides et massives. « On sent une grande colère, elle s'exprimera tôt ou tard, c'est le sens de nos candidatures, se préparer à cela, dire et montrer qu'on est contre ces attaques ».

Frédéric Curien, 46 ans, facteur à Mulhouse, son suppléant depuis 2012, repart une nouvelle fois en campagne avec elle.

Nathalie Mulot, candidate de Lutte ouvrière dans la 6 e circonscription du Haut-Rhin. Photo DNA /Michèle MARCHETTI par Michèle Marchetti

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Dernières Nouvelles d'Alsace

Lire l'article en ligne