Euro CRM – Chauny (Aisne)

137 salariées sur le carreau du jour au lendemain

Brève
13/06/2020

La direction du centre d’appel Euro CRM a convoqué toutes les salariées le 27 mai pour leur annoncer que la direction avait déposé le bilan. C'est après deux mois de confinement ou de télétravail qu'elles ont appris que l'entreprise fermait quelques jours plus tard et qu'elles pouvaient quitter l'entreprise sitôt la réunion finie.

En février, les payes avaient eu quelques jours de retard et c’est le refus des salariées de continuer à travailler avant d'avoir reçu les virements qui avait imposé le paiement des salaires.

Avec des salaires à 1200 euros, la grande majorité des femmes n’ont pas les moyens d’attendre. Après cet épisode, la direction s’était faite rassurante, disant que tout allait bien. La surprise a été d'autant plus grande d'apprendre la fermeture sans que leurs salaires de mai ne leur soient payés.

Les explications de la direction ne tiennent pas la route, l’entreprise n’a pas perdu son principal client Engie et elle a fait travailler des salariées en télétravail pour remplir un autre contrat.

L’entreprise fait partie d’un groupe créé dans les années 2000 qui compte deux autres centres d’appel en France, un en Guadeloupe et un sur l’île Maurice. La PDG poursuit le développement de son activité mais n'hésite pas à fermer un site sans prévenir au gré de ses investissements comme elle l'avait fait à Troyes en quelques jours en été 2015.

Passée la stupeur, les salariées sont passées à la colère et elles comptent manifester mercredi 17 juin sur la place de l’Hôtel de ville de Chauny pour demander des comptes à cette patronne méprisante.

Et elles appellent au soutien des autres travailleurs.

Les dernières brèves