Hôpitaux : la crise du virus... et après

Brève
12/04/2020

Dans les hôpitaux, beaucoup de rendez-vous médicaux ont été repoussés et des opérations déprogrammées pour libérer du personnel et des lits. C'était vital pour beaucoup de malades. Mais c'est au prix de très grosses déprogrammations d'interventions, d'hospitalisations et de consultations.

Les autres pathologies n'ont pas disparu et elles vont revenir, parfois aggravées. Cela commence déjà dans certains services avec par exemple les brûlures, les appendicites ou des fractures. Chez le personnel hospitalier déjà sous tension en ce moment, l’inquiétude monte pour la situation après l’épidémie. Il va falloir gérer l’accumulation des prises en charges reportées tout en assurant la continuité de tous les soins habituels.

Les hôpitaux n’ont pas les moyens de soigner les victimes d’une épidémie sans devoir sacrifier les autres malades. S’il a fallu repousser des rendez-vous médicaux et récupérer les lits dans différents services, c’est parce que depuis des années, les hôpitaux ont de moins en en moins de moyens. En 12 ans, 60 000 lits ont été supprimés. L’hôpital est à l’os.

Le personnel l’a crié pendant des mois dans la rue en manifestant avant la crise du virus : il faut des embauches et des moyens pour l’hôpital ! Après la guerre contre le Covid, les premières lignes devront se faire entendre pour exiger des renforts. Ils devront aussi s’adresser aux autres travailleurs pour peser dans le rapport de force.

Les dernières brèves