Calais

La venue du patron de la SNCF ne passe pas inaperçue

Brève
09/07/2019

Ce matin, mardi 9 juillet, à la gare de Fréthun, une trentaine de militants, surtout des cheminots CGT de Calais, mais aussi de Boulogne, et de Sud Rail, des militants CGT de l’hôpital ou des retraités, ont fait un comité d’accueil à Pépy, le dirigeant de la SNCF, qui arrivait par train pour une entrevue avec la maire de Calais.

Suite à la réforme de la SNCF imposée par le gouvernement -suppressions massives de postes, en particulier aux guichets, alourdissement de la charge de travail, manquements à la sécurité et au service rendu aux usagers-, la direction mène la guerre aux cheminots. Et elle veut leur faire payer leur résistance.

Alors, les militants ne voulaient pas que la venue de ce zélé commis de l’État et grand patron passe en catimini, au moment même où les dysfonctionnements de la SNCF font la une des médias. Interpellé sur la passerelle au-dessus des lignes de chemin de fer par le délégué CGT, Pépy a dû s’arrêter pour l’entendre dénoncer les conditions de travail dégradées des cheminots qui « viennent travailler la boule au ventre ». Bien sûr qu’il remercie, serre les mains et qu’il s’en moque, mais ça fait du bien de le dire, et que ça se sache. Question aussi de dignité.

Les dernières brèves