Contre les licenciements

Rassemblement à Lille

Brève
11/09/2020

150 salariés se sont rassemblés ce vendredi matin à Lille face à la préfecture du Nord.

Une partie d'entre eux travaille à l'usine Agfa-Gevaert à Pont-à-Marcq. Le groupe Belge qui vend pour 2 milliards d’euros de matériel photo par an veut se débarrasser de l'usine de Pont-à-Marcq, menaçant directement 175 emplois, ainsi que d’une usine à Leeds en Angleterre menaçant là encore 76 emplois. Complice de ces licenciements annoncés, le gouvernement français garantit aux capitalistes propriétaires du groupe qu’ils n’auront pas à débourser un seul centime pour la dépollution du site de 15 hectares s’ils trouvent un repreneur.

L’autre partie des salariés présents travaillent sur le site Cargill d’Haubourdin. Il y a un mois, l’État a validé un PSE permettant au géant de de l’agrobusiness (100 milliards de chiffre d’affaires annuel) de licencier 186 personnes sur les 300 que compte le site. La direction veut abandonner l’activité d’extraction d’amidon de maïs, qu’elle prétend être déficitaire, et se « repositionner » sur la deuxième activité du site, celle de la transformation de l’amidon en ingrédient industriel.

Dans les deux cas, ces groupes sont riches et continuent à accroître leur fortune tout en détruisant l’emploi. Ils seront sans doute mêmes récompensés par les milliards du plan de relance offerts par le gouvernement… Les travailleurs ont bien raison de dénoncer le camp des exploiteurs, refuser les licenciements et mettre en avant leurs intérêts communs. S’il y a moins de travail, il faut le partager entre tous, sans perte de salaire.

 

Les dernières brèves