Manque de masques (Picardie)

Solidarité des classes populaires et égoïsme des capitalistes

Brève
28/04/2020

1er mai 2018

Les gestes de solidarité, qu'ils soient ceux d'individus ou de gens qui se regroupent, se multiplient dans l'Aisne et ailleurs pour fabriquer des masques. Ce sont des gestes bénévoles pour leur propre consommation, celle de leurs proches ou pour les donner dans les hôpitaux, des associations ou des collectivités.

Macron et son gouvernement, n'ont pas ménagé le vocabulaire guerrier à propos de la lutte à mener contre l'épidémie. Mais il aura fallu des semaines pour que le personnel soignant, celui des maisons de retraite, les caissières des magasins d'alimentation et autres travailleurs exposés soient équipés de masques.

Pendant la guerre de 1914 – 1918, les industriels et l'État avaient su très rapidement, alors que des millions d'hommes étaient au front, fabriquer des uniformes, des munitions en tout genre, des véhicules blindés, etc.

Mais cette guerre était une guerre des capitalistes pour le partage du monde et ceux-ci se battaient pour leurs intérêts, avec la peau des travailleurs et des paysans qui étaient sur le front et de celles et ceux qui travaillaient dans les usines.

Beaucoup de ces industriels firent des fortunes avec cette économie de guerre.

Mais le combat contre l'épidémie n'intéresse pas beaucoup les capitalistes. Hormis la découverte de médicaments ou vaccins, ce n'est pas de la fabrication de masques ni même de respirateurs que la bourgeoisie attend beaucoup de profits.

La guerre, ce n'est pas à l'épidémie que la bourgeoisie la mène, c'est aux travailleurs. Le gouvernement l'y aide à coup de milliards aux entreprises pour soi disant sauver l'économie.

Pour ne pas payer la crise sanitaire et économique, les travailleurs doivent s'attaquer au pouvoir de ces capitalistes et de ces riches recroquevillés dans la défense de leurs intérêts égoïstes.

Les dernières brèves