La Voix du Nord :  Lutte ouvrière : « Nous, c’est l’international et pas le nationalisme ! »

Article de presse
05/06/2017

Françoise Delbarre et Jean-Christophe Leroy (LO) souhaitent que « les travailleurs votent dans leur intérêt ».

Nous passons en revue les treize candidats de la 8 e circonscription partagée entre Roubaix et Wattrelos. Aujourd’hui, Françoise Delbarre et Jean-Christophe Leroy, candidats de Lutte ouvrière.

8e circonscription.

Quarante-deux ans. Ce n’est pas l’âge de Françoise Delbarre, mais le nombre d’années d’investissement militant au sein de Lutte ouvrière. Alors, l’enfant du bassin minier est rodée, pour s’être déjà présentée aux élections législatives et aux municipales de Roubaix, en 2014. Et depuis tout ce temps et malgré les faibles scores du parti à l’élection présidentielle (0,70 % à Roubaix au premier tour du scrutin présidentiel), elle n’a pas perdu sa détermination et continue de défendre les intérêts des travailleurs. « La mode aujourd’hui, c’est le chacun pour soi, mais il faut reprendre le chemin de la lutte. En tant que militant, notre but est de faire en sorte que les travailleurs soient conscients de leur force. Sans eux, il n’y a aucune richesse créée. »

En tant que militant, notre but est de faire en sorte que les travailleurs soient conscients de leur force.

Un point sur lequel son binôme, Jean-Christophe Leroy, la rejoint : « Je me suis engagé il y a un peu plus de vingt ans, suite à une grève à La Redoute et c’est là que j’ai compris que seule la lutte pouvait changer les choses. » Toujours ouvrier à La Redoute où il est également délégué CGT, Jean-Christophe ne cesse de voir la situation sociale des travailleurs se dégrader : « Voilà des années qu’on n’a aucune augmentation de salaires. L’inflation augmente et notre pouvoir d’achat ne cesse de diminuer. Notre système de primes a disparu et pendant ce temps, ce sont les patrons qui s’en mettent plein les poches. »

Quand on évoque les excellents scores de Jean-Luc Mélenchon à Roubaix, et les points centraux sur lesquels les deux partis s’accordent (hausse des salaires, plus de protection pour les salariés…), Françoise Delbarre insiste sur les différences : « Nous ne sommes absolument pas autour du drapeau bleu, blanc, rouge puisque pour nous il ne faut pas lutter contre l’Europe, mais bien contre le capitalisme qui cause la crise de notre société actuelle. Rétablir des frontières ne va pas résoudre les problèmes. Nous, c’est l’international et pas le nationalisme ! » Les deux candidats sont conscients que leurs revendications de luttes sont pour l’instant minoritaires et que l’électorat visé flirte avec le Front National : « Le vote FN est une impasse qui ne peut servir que les intérêts du patronat. Et pendant que les riches deviennent plus riches, on voit réapparaître des bidonvilles… »

Une bonne raison de poursuivre les combats via les législatives, mais les deux candidats ont bien l’intention de s’engager sur d’autres fronts. Comme lutter contre la réforme du code du travail par ordonnance promise par le Président de la République.

La 8e circonscription comprend Wattrelos et Roubaix, Sauf ses quartiers Ouest.