La Voix du Nord  :  New Look bientôt liquidé, le combat des salariés continue

Article de presse
27/06/2019

Par Ariane Delepierre

New Look France, c’est (bientôt) fini. La justice devait prononcer la liquidation de la chaîne de prêt-à-porter hier, « faute de repreneur crédible ». Pour les salariés licenciés de la boutique de Cité Europe, le combat continue. Ils réclament un « vrai plan social », avec de meilleures indemnités de départ.

La grève, puis l’occupation. Depuis vendredi, quatre salariés de l’enseigne de vêtements à bas prix implantée dès 2008 à Cité Europe, vivent nuit et jour dans leur boutique. Hier, Marjorie Clipet, Aurélie Baly et leurs collègues ont ouvert le rideau de fer blanc plus tard. « On n’a pas bien dormi, l’alarme incendie s’est déclenchée toute la nuit », confie Aurélie, les traits fatigués.

À croire qu’on veut les pousser à partir. « Pas encore », prévient Marjorie, « déterminée ». Le bail court jusqu’à dimanche. Sûr qu’on va rester jusque-là ». Triste coïncidence. Pour les New Look, ce premier jour des soldes était celui de la liquidation. Elle devrait être finalement entérinée par le tribunal de commerce de Paris aujourd’hui. « Ce n’est pas une surprise, on le sait qu’on sera liquidé, assure Marjorie, embauchée depuis l’ouverture. Ce qu’on veut, c’est notre dû. On n’a même pas touché notre prime d’intéressement et ils espèrent qu’on va partir avec presque rien sans broncher. Hors de question ! Il y a encore de l’argent dans les caisses, 6 M € ! Ils doivent revenir aux salariés. »

Liquidation « sans vagues » et « à moindres frais »

Deux mille euros pour dix ans d’ancienneté : c’est le montant de l’indemnité à laquelle pourront prétendre les remerciés de la part de ce groupe britannique, détenu par le fonds d’investissement sud-africain Brait, qui espérait liquider ses activités France « sans vagues et à moindres frais », pointe cette employée. « Dégueulasse. Honteux. Scandaleux. On est avec vous », compatissent les clients du centre commercial, nombreux en ce premier jour des soldes d’été. Pas besoin d’insister, ils signent de bon gré la pétition lancée par les salariés (560 signatures sur la version papier, 1 000 sur Internet).

« Droits des salariés bafoués »

Parmi les soutiens, Françoise Milliot, candidate Lutte ouvrière (LO) aux dernières Européennes. Elle est là « pour défendre le camp des travailleurs forcés de se battre le dos au mur ». « Les entreprises capitalistes, qu’elles soient françaises ou étrangères, font la loi sur le dos des salariés. Il faut que ça cesse. New Look a touché 1,5 M € au titre du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Ils doivent payer », lâche la militante LO de longue date. « Les droits de ces travailleurs sont bafoués tandis qu’au même moment, le gouvernement français vote des lois pour durcir les règles d’indemnisation du chômage. »

La direction de New Look était toujours injoignable, hier.