Arjowiggins - Jouy-sur-Morin

Une colère amplement justifiée

Brève
07/02/2019

Les 240 travailleurs de la papeterie Ex-ArjoWiggins refusent la fermeture de leur usine.

Cette usine a été rachetée par un groupe d'investissement il y a dix mois, qui a profité de l'argent public sans débourser un euro d'investissement. Il a maintenant, décidé de mettre la clé sous la porte pour ses seuls intérêts financiers. La vie des hommes, des femmes, de leurs familles, ne comptent pour rien pour les financiers et les capitalistes.

Ce sont ces gens-là qu’il faut exproprier si nous ne voulons pas crever de leur égoïsme, de leur parasitisme, de leur soif jamais étanchée de profits. Car ce sont les travailleurs qui ont produit tout ce qui est sorti de cette usine. Ce sont eux toujours qui créent les richesses.

Ce sont les parasites du travail dont il faut se débarrasser. Il y a va de notre survie à tous. 

Gare Montparnasse

Nouvelle pagaille

Brève
01/02/2019

La gare SNCF de Paris-Montparnasse a été marquée hier par les multiples retards et annulations de train. Plus de 20 000 voyageurs ont été touchés, C'est le 4e grand blocage de cette gare en 18 mois. Il y avait déjà eu une panne géante en été 2017, puis un incident informatique sur un aiguillage, puis un incendie sur un transformateur en juillet dernier qui l'avait perturbé toute une semaine.

Cette fois ça a été une accumulation d'incidents. Après un incident électrique entre deux voies, des passagers bloqués sont descendus sur les voies, générant à leur tour un arrêt de la circulation... avant qu'en fin de matinée un autre câble électrique ne commence à dégager de la fumée !

Le réseau électrique est toujours en partie obsolète. Les mêmes causes produisent les mêmes effets : l'incurie, due entre autres à la volonté des dirigeants d'économiser pour obtenir le plus de rentabilité possible est subie par les passagers comme par le personnel SNCF.

Collège Arche-Guédon (Torcy)

En grève contre les classes surchargées

Brève
28/01/2019

Jeudi 24 janvier, les enseignants du collège Arche-Guédon étaient à près de 100 % en grève, pour protester contre l’augmentation de l’effectif des classes à la rentrée 2019. L’enveloppe allouée par le rectorat pourrait porter à 31 ou 32 le nombre d’élèves par classe.

Les enseignants ont profité de la grève pour se réunir et formuler leurs revendications. Ils ont dénoncé le manque d'agents d’entretien et de surveillants.

Pour tout le monde, cette journée de grève a été un vrai bol d’air !

Ehpad Saint-Charles - Sceaux

Grève pour la dignité

Brève
27/01/2019

Dans l’Ehpad Saint-Charles à Sceaux, du groupe Korian, une nouvelle directrice se comporte comme un gendarme dans la maison de retraite.

Elle a multiplié les attaques contre le personnel. Deux personnes ont été licenciées, une autre convoquée, et au moins deux salariées sont en arrêt pour dépression. À cela, il faut ajouter les accidents de travail et les erreurs de paie, dont une a laissé une employée sans salaire pendant la période des fêtes !

Face à cette situation, une dizaine de travailleuses se sont réunies à l’appel des déléguées CGT et elles ont voté la grève pour le lundi 21 janvier. Mardi matin la direction s’est excusée de ses attaques contre une élue et a fini par assurer qu’elle réglerait le problème des erreurs de paie et qu’elle s’engageait à transformer trois CDD en CDI.

Rien de tel que de montrer sa détermination pour ternir les galons du gendarme !

Dassault - Argenteuil

Le patron déménage l'usine

Brève
27/01/2019

La direction générale de Dassault Aviation a annoncé le déménagement du site d’Argenteuil, vers Cergy au cours de l’année 2021.

Cela faisait plus de deux ans que Dassault lanternait les travailleurs de l’usine d’Argenteuil sur ses projets concernant l’avenir du site. La direction a organisé des transferts d’activités vers des sites de province, Seclin, Mérignac, Martignas, espérant ainsi obtenir le plus possible de mutations « volontaires » au moindre coût pour Dassault.

Dassault a obtenu une prochaine unité de production toute neuve largement subventionnée. Sous prétexte de réindustrialisation, alors qu’il ne s’agit que d’un transfert d’activité, et de chantage à la fermeture, Dassault, expert en matière de siphonnage des fonds publics, est le grand gagnant de l’opération.

Les travailleurs trouveront-ils tous un emploi adapté à leurs compétences à Cergy. Quant à ceux pour qui ce changement de lieu va allonger le temps de transport, la direction est muette en matière de compensation.

Il est hors de question que les travailleurs aient à payer l’addition des choix de Dassault.