RER - Ile-de-France

Transport au rabais

Brève
18/08/2019

Du monde entassé sur les quais, dans les rames bondées, de longs temps d’attente entre deux trains, c’est le quotidien des habitants de la banlieue parisienne toute l’année… mais aussi actuellement en août.

En cause, des travaux certes indispensables pour l’entretien du réseau, qui sont faits l’été lorsqu’il y a moins de voyageurs. Mais si ce n'était que ça ! Sur la ligne du RER B, les horaires d’été suppriment plus d’un train sur deux, alors que bien des habitants de Seine-Saint-Denis continuent d’utiliser les transports en commun car beaucoup d'entre eux ne partent pas en vacances.

Pour les pouvoirs publics, les économies sur les transports publics ne connaissent pas de trêve estivale !

Pompiers - Val d'Oise

Sanctions contre les grévistes

Brève
18/08/2019

Des pompiers en grève dans le Val d'Oise sont menacés de sanctions. Ils dénoncent le manque de 160 postes sur le département. Ils continuent à assurer leur service, mais arborent un brassard pour signifier leur participation au mouvement.

Ce qui n'est pas du goût de leur hiérarchie, qui a prononcé 20 blâmes et deux jours de mise à pied. Elle n'accepte pas que les pompiers alertent la population par des banderoles « population en danger », ce qui n‘est pourtant que la triste réalité.

Le mouvement, commencé nationalement fin juin, dénonce les manques d'effectifs, non seulement chez les pompiers mais aussi chez les urgentistes. Ces sanctions ne suffiront ni à régler des problèmes réels, qui vont en s’aggravant, ni a éteindre la colère.

Incendie de Notre-Dame

Des risques négligés pour les travailleurs

Brève
11/08/2019

Le chantier de Notre-Dame de Paris a été suspendu jusqu’au 12 août par la préfecture d’Île-de-France, par mesure de précaution pour les salariés travaillant sur le site. Il était plus que temps.

Lors de l’incendie de Notre-Dame, plus de 400 tonnes de plomb, provenant de la fameuse flèche de la cathédrale qui a fondu, se sont répandues sur des kilomètres à la ronde. L’intoxication au plomb peut provoquer chez les très jeunes enfants le saturnisme, une dégénérescence du cerveau, et chez les adultes des cancers ou des troubles de la reproduction.

Mais jusqu’à présent, pour l’ARS et la mairie de Paris, il était inutile de s’inquiéter. Aucune mesure n’a été prise pour les pompiers qui sont intervenus sur le site, ni pour les balayeurs ou les bouquinistes qui travaillent aux alentours de Notre-Dame. 

L’exposition médiatique du chantier de Notre-Dame ont mis en lumière l’absence de sécurité pour les travailleurs et les riverains de Notre-Dame. Mais quand il s’agit de chantiers qui sont beaucoup moins sous le feu des projecteurs, c’est bien pire.

BTP - Paris

Accident mortel

Brève
11/08/2019

Le 29 juillet, un échafaudage suspendu sur lequel se trouvaient quatre ouvriers s’est effondré près de la place d’Italie, à Paris. Trois sont gravement blessés et l’un est décédé, qui avait rejoint ce chantier le matin même. L’échafaudage donnait sur l’atelier RATP de maintenance en partie en chantier. 

Les deux chantiers sont maintenant arrêtés et pour sécuriser les lieux, les pompiers ont dû démonter une des passerelles qui menaçait de s’effondrer. Comme chaque fois face à de tels événements dramatiques, une cellule psychologique a été mise en place pour les ouvriers des chantiers et ceux de la RATP mais cela est dérisoire.

Si la sécurité des travailleurs était vraiment la préoccupation principale, comment un tel échafaudage pourrait-il s’effondrer ?

Foyer Bara - Montreuil

Halte au harcèlement policier

Brève
09/08/2019

Intimidations, présence policière permanente, menaces d’expulsion : avec les mois d’été, le harcèlement contre les travailleurs immigrés de l’ex-foyer Bara de Montreuil, ne cesse de s’intensifier.

À la manœuvre, le préfet Georges-François Leclerc, qui a déjà sévi dans les Alpes-Maritimes pendant deux ans et demi, où il a orchestré une répression constante contre les migrants et leurs soutiens, dont Cédric Herrou. Muté en Seine-Saint-Denis, ce représentant de l’État applique avec zèle la politique anti-immigrés du gouvernement contre les travailleurs sans papiers.

Ceux de l’ex-Bara, dont certains ont été engagés dans des luttes contre la précarité à laquelle ils sont tous confrontés, ne sont pas prêts à se laisser faire, avec le soutien de militants et d’habitants de Montreuil. Ils sont bien décidés à se battre contre les pressions policières, pour la régularisation de tous et le droit à un logement digne.