Sans-logis - Paris

Un toit c'est un droit

Brève
23/02/2018

Après le recensement des SDF organisé à Paris le 15 février, il s'avère que plus de trois milles personnes sont à la rue dans la capitale. Et certains membres du recensement disent que des personnes à la rue n'ont pas voulu se déclarer. 

Le gouvernement annonçait juste avant qu'ils devaient être une cinquantaine ! 

Et que feront gouvernement et élus parisiens : réquisitionner des logements vides, en urgence, pour faire face à cette vague de froid annoncée ? Non, pas du tout. Ils vont affiner les données pour avoir une estimation plus détaillée.

Dans la riche capitale, la misère s'accroît à côté de l'opulence.

Travailleurs sans-papier - Les Lilas

Une situation inacceptable

Brève
23/02/2018

Depuis des années, des travailleurs africains se battent pour obtenir des papiers et des logements décents. Après avoir été expulsés des communes de Montreuil et Bagnolet, ils occupent les locaux d'une ancienne blanchisserie aux Lilas. Si la mairie a obtenu qu'ils aient de l'eau et de l'électricité, ils sont privés de douches. 

Bien qu'ils habitent en France, qu'ils y travaillent et paient des impôts, l'administration leur fait subir le parcours du combattant pour rester ici. France Habitation, de son côté, propriétaire des locaux, fait pression et demande leur expulsion en mai.  

Ce serait tout de même un minimum que ces travailleurs puissent s'installer là où ils le souhaitent.

Travailleurs sans papiers - Île-de-France

En grève

Brève
14/02/2018

Dès que le plan de lutte contre le travail illégal a été annoncé, une centaine de travailleurs sans-papiers se sont mis en grève en Île-de-France. En effet, si ce plan est une coquille vide pour les patrons, en revanche, elle durcit les conditions de vie et de travail des sans papiers. En effet, ils se font souvent embaucher sous une autre identité pour trouver du travail.

Dorénavant, ils pourraient être condamnés à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Pour protester contre cette mesure qui criminalise des travailleurs, souvent très mal payés, et qui font des métiers pénibles, ces sans-papiers se sont mis en grève pour se faire entendre de ce gouvernement qui réserve ses faveurs au patronat.

Tous les travailleurs ont intérêt à leur victoire.

Holiday Inn - Clichy

Une lutte qui doit faire école

Brève
14/02/2018

Les travailleurs sous-traitants d'un hôtel Holiday Inn à Clichy (Hauts-de-Seine) ont obtenu satisfaction sur leurs conditions de travail après 111 jours de lutte. Ils ne seront plus payés à la chambre mais à l'heure, une victoire importante contre le salaire aux pièces imposé aux femmes de chambre. Un exemple à imposer dans tous les grands hôtels.

Restaurant O'Tacos - Pigalle

Une grève pour la dignité

Brève
10/02/2018

Vendredi 9 février, les 24 salariés du restaurant O’Tacos de Pigalle étaient en grève et occupaient leur établissement. Ils ont dénonçé des conditions de travail « indignes » et un patron méprisant qui ne paie pas les salaires à temps, impose parfois jusqu’à 50 heures de travail par semaine, frappe les salariés lorsqu’ils ne sont pas assez bien habillés à son goût ou fait des avances insistantes aux jeunes femmes travaillant pour lui. Des salariés mineurs seraient également amenés à travailler de nuit en dehors de toute légalité.

Apprenant la grève, le patron n’a pas osé se montrer mais il a appelé tous les grévistes pour tenter de les faire renoncer en les menaçant de représailles. Sa femme, quant à elle, s’est présentée au restaurant hors d’elle et a frappé une manifestante avant d’être arrêtée par la police.

À la fin de la journée, les salariés ont décidé une occupation illimitée du restaurant. Ils ont bien raison de ne pas se laisser faire.