Pollution - Paris

Ah si Paris était à la campagne !

Brève
30/05/2019

Deux femmes ont engagé une action en justice contre l’État, leur état de santé s'étant dégradé du fait de la pollution engendrée par le trafic routier en région parisienne.

L’État prétend avoir tout mis en œuvre pour protéger les populations, ce que dément le nombre de décès dus à la pollution en ville.

Comble d’ironie, de naïveté ou de cynisme, les avocats de la préfecture de police de Paris reprochent aux plaignantes de ne pas avoir déménagé plus tôt.

Ce conseil s'adresse-t-il aux nombreuses personnes contraintes de s'entasser en HLM le long du périphérique ou des autoroutes ?

Sans-papiers Roissy

Halte aux expulsions

Brève
27/05/2019

Le 19 mai, plusieurs centaines de sans-papiers ont envahi le terminal 2 de l’aéroport de Roissy à l’appel des collectifs La Chapelle debout et Gilets noirs, pour dénoncer les expulsions dont ils sont victimes et la façon dont ils sont traités en général.

Ces hommes et ces femmes en situation irrégulière souhaitaient s’adresser au Premier ministre, Edouard Philippe, ainsi qu’au PDG d’Air France pour demander à la compagnie aérienne de « stopper toute participation financière, matérielle, logistique ou politique » aux reconduites à la frontière. « En 2018, plus de 1 000 personnes ont été déportées depuis le seul centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot », ont-ils dénoncé.

Cette situation est aggravée par une série de lois et règlements comme le règlement dit « Dublin III », qui sont autant de freins à la possibilité de bénéficier du droit d’asile. Les dirigeants des États européens refoulent vers leur pays d’origine des hommes et des femmes qui fuient la guerre et la misère dont ces dirigeants portent pourtant la responsabilité. Les migrants veulent seulement trouver un pays dans lequel ils pourraient se sentir en sécurité, travailler et vivre dignement. Ils doivent pouvoir le faire en toute liberté. Il faut imposer la liberté de circulation et d’installation pour toutes et tous !

Amazon - Brétigny

Faux-frais

Brève
27/05/2019

Pour aider le géant Amazon à ouvrir une plateforme logistique de 142 000 m², les dirigeants de la ville de Brétigny et ceux de l'agglomération Coeur d'Essonne avaient décidé de faire un joli cadeau fiscal cette multinationale. Sans que la population n'ait son mot à dire, la taxe d'aménagement municipale avait été établie à... 0 euro.

Amazon, qui a fait 10 milliards de dollars de profits en 2018 (trois fois plus d'en 2017), a besoin d'aide. C'est du moins ce que pensent les élus locaux qui ont voté cette généreuse décision.

Patatras : les représentants d'Amazon ont coché la mauvaise case en déposant leur dossier de permis de construire. De ce fait, la taxe locale est passé à 3 millions d'euros.

Pas d'inquiétude de voir Jeff Bezos, propriétaire d'Amazon, perdre sa place d'homme le plus riche du monde pour si peu...

AVS - Val-de-Marne

Mobilisation pour garder les AVS

Brève
27/05/2019

Au mois de mai, les services de l’inspection académique ont envoyé un mail à des écoles du Val-de-Marne annonçant que, pour des raisons budgétaires, il n’y aurait plus aucun renouvellement de contrats aidés d’AVS (accompagnateurs d’enfants en situation de handicap) jusqu’à nouvel ordre.

Concrètement cela signifiait des travailleurs de retour à Pole emploi, des enfants en situation de handicap sans personne pour les aider, des parents abandonnés, et des enseignants seuls dans leur classe. D’après les syndicats, 80 AVS étaient concernés dans le département.

Le mercredi 15 mai, environ 40 personnes, dont des AVS, des parents et des enseignants, se sont rassemblées devant l’inspection académique, qui a fini par annoncer le renouvellement de ces contrats sans attendre la rentrée de septembre. En même temps, des parents reçus par l’inspection académique ont exigé qu’un nouveau contrat pour l’AVS de leur enfant soit signé devant leurs yeux

Pour empêcher les licenciements déguisés par mail, il aura fallu la mobilisation de tous.

 

Saint-Denis

Enseignants et parents en lutte

Brève
27/05/2019

À Saint-Denis, enseignants et parents d’élèves continuent à se mobiliser pour réclamer des moyens humains à la hauteur des besoins des quartiers populaires.

Jeudi 16 mai, enseignants et parents ont défilé jusqu’à la mairie. Les professeurs des écoles étaient rejoints par les enseignants des collèges, en grève contre le manque de moyens alloués à la rentrée prochaine, et ceux des lycées, qui protestent contre les réformes des lycées généraux et professionnels. « On veut des moyens, on n’est pas des moins que rien », scandaient les manifestants.

Alors que la Seine-Saint-Denis connaît une hausse démographique et que les effectifs dans les écoles augmentent, des postes d’enseignants continuent d’être supprimés, de la maternelle au lycée. Les contacts entre enseignants et parents pris lors de toutes ces actions seront bien utiles pour les luttes à venir.