Hôtels de luxe - Paris 8e

Assez de l'exploitation

Brève
27/06/2019

Depuis six mois, le personnel des hôtels Balzac et de Vigny, des hôtels de luxe 5 étoiles du 8e arrondissement de Paris, sont mobilisés pour faire valoir leurs droits élémentaires de salariés.

En effet la liste des filouteries du groupe propriétaire JJW est longue, avec une dette de 2,5 millions d’euros à l’Urssaf ainsi que de nombreux impayés concernant la mutuelle des salariés et les complémentaires de retraite. Les salariés sont d’autant plus inquiets qu’une réelle incertitude plane quant à leurs remboursements médicaux et à la prise en charge de leurs pensions. 

Les revendications des salariés concernent aussi leurs conditions de travail, qui se dégradent de plus en plus : manque de personnel à la restauration, à la réception et en service de nuit, plus de dix chambres à assurer par jour par femme de chambre.

Le cheikh al-Jaber qui possède JJW, dont la fortune personnelle est estimée à près de 7 milliards d’euros, est un spécialiste des opérations douteuses, des redressements judiciaires calculés, des coups bas en tout genre dans un monde de rapaces. 

Toujours est-il que les travailleurs des hôtels Balzac et de Vigny restent déterminés à faire valoir leurs droits et à faire payer des patrons voyous avant tout préoccupés d’augmenter leurs profits. 

Les dernières brèves