SNCF - Technicentre de Châtillon

Colère et détermination

Brève
01/11/2019

Depuis lundi 21 octobre au technicentre de Châtillon, les 170 cheminots de Service court, chargés de la maintenance rapide des rames, ont « déposé la caisse », autrement dit ont cessé le travail. Ils ont rapidement été rejoints par les 80 jockeys, chargés du déplacement des rames sur le site.

Dès la présentation début octobre des nouveaux roulements concoctés par la direction, cela a été le tollé. Réduction de 144 à 132 repos, augmentation de 50 % du nombre de nuits, réduction du temps de repos en week-end, des jours de service de 9 heures, des changements d’horaires 48 heures à l’avance.

Après s'être heurtée à la détermination et à l'unité des grévistes, jeudi 24, la direction renonçait à imposer les nouveaux roulements et à ne prendre aucune sanction disciplinaire. Mais les cheminots n’ont aucune raison de payer pour un conflit dont la direction est entièrement responsable. Les grévistes exigent avant de reprendre le travail qu’il n’y ait aucune retenue financière et le versement d’une prime de 3 000 euros.

Jusqu’à présent, la direction préfère couler les trains et perdre des dizaines de millions d’euros plutôt que de céder. Le combat continue.

Les dernières brèves