Hôpital de Mantes

Grève aux urgences

Brève
09/05/2019

À l’hôpital François-Quesnay de Mantes-la-Jolie, la grève a éclaté jeudi 2 mai aux Urgences.

En cause, la tension croissante, y compris avec les malades ou leur famille, qui règne en raison du manque de personnel et de la longueur de l’attente avant d’être pris en charge. Infirmières, aides-soignantes, médecins et jusque dans l’encadrement, le mécontentement est unanime dans le service. 

Dès le vendredi matin, la direction garantissait sept infirmières, y compris celle du SMUR, jour et nuit, contre six et cinq actuellement, et une aide-soignante d’accueil en permanence, 24 h sur 24, avec évaluation du nouveau dispositif dans six mois. Sur cette base, le personnel a décidé de cesser la grève locale... mais pas la grève nationale en cours dans les Urgences pour plus de moyens, de postes, de lits et la reconnaissance de la pénibilité du travail.

Car à Mantes comme ailleurs, les moyens pour l’hôpital reculent. 107 lits y ont été fermés depuis 2015, ce qui oblige les Urgences à garder les malades faute de lits pour les accueillir dans les services. Le personnel est dévoué à ses tâches, mais il veut pouvoir les remplir correctement, pour lui et les malades, et en toute sécurité.