SEPUR - Alfortville

Les nettoyeurs envoyés au front sans protection !

Brève
26/03/2020

Les salariés de la SEPUR, entreprise de propreté, à Alfortville, chargés du ramassage des déchets dans les rues de Paris, doivent travailler sans aucun équipement de protection contre le coronavirus.

Alors qu’ils ramassent les sacs souillés et remplis de mouchoirs usagés, il n’y a pas de masques ni de vêtements dédiés, aucune désinfection, pas de produit de nettoyage. Les patrons ne fournissent aucun matériel. D’ailleurs ils ne sont pas là. Tous les responsables sont en télétravail chez eux. Le gouvernement parle de primes, mais rien n'est prévu pour ceux de SEPUR. Et de toute façon, les primes ne protègent pas contre la maladie.

Quant au donneur d’ordre, la mairie de Paris, il se décharge sur les entreprises sous-traitantes. Les WC publics et les cafés étant fermés, les ouvriers, toute la journée dans les rues de Paris, n’ont rien pour faire leurs besoins. « On doit se cacher pour pisser contre les arbres » disent-ils. Dans l'atelier du 5eme, la ville a même refusé les toilettes à un salarié.

Plusieurs sont malades du covid-19. Un est chez lui avec 40°C, plusieurs autres l’ont côtoyé. Rien n’est fait pour les informer, vérifier s’ils sont infectés ou non, éviter qu’ils contaminent d’autres, des passants dans les rues de Paris ou leur famille.

Voilà un des aspects des conditions réelles de travail de ceux dont l’activité est nécessaire à la propreté et au maintien des conditions sanitaires pour la population.

Même chose pour la société URBASER de Vitry sur Seine qui intervient aussi sur Paris.

Une honte !

Les dernières brèves