Argenteuil :  Les travailleurs de Dassault imposent la fermeture de l’usine

Echo d'entreprise
18/03/2020

Mardi 17 mars au soir, la direction de Dassault-Argenteuil envoyait à tous les travailleurs de l’établissement un SMS pour leur indiquer la fermeture de l’usine. Ce n’était pas de gaîté de cœur, mais en y étant contrainte et forcée par la pression et la grève des travailleurs du site : ils n’entendaient pas risquer leur vie plus longtemps pour les profits de Dassault.

Dès mardi matin, personne n’avait travaillé dans l’usine, à la suite d’un CSE où tous les syndicats, sous la pression de l’ambiance, refusaient toutes les propositions d’aménagement des horaires de travail. Selon la direction, ces aménagements étaient censés assurer la sécurité des travailleurs, mais ceux-ci n’étaient pas dupes et entendaient bien obtenir la fermeture de l’usine.

La direction a cherché à louvoyer et à gagner du temps en proposant notamment que des « volontaires » puissent terminer les avions en partance. Rien à faire, c’est bien la fermeture pure et simple qui a finalement été imposée.

Dassault bénéficiait de l’appui du gouvernement, lequel qualifie la production de jets de luxe ou d’engins de morts comme le Rafale de « production vitale. » Mais ce qui est vital pour les travailleurs c’est leur vie, il n’y avait rien à marchander. Leur nombre et leur détermination ont imposé la fermeture