Collège République - Bobigny

Non aux sanctions

Brève
09/05/2019

Plusieurs enseignants du collège République de Bobigny en Seine-Saint-Denis ont appris, le 28 mars qu’ils faisaient l’objet de mutations forcées. 

Ces mutations sont un nouvel exemple des sanctions prévues dans le projet de Loi « pour une école de la confiance » du ministre Blanquer. Il tente d’imposer aux personnels un devoir de réserve, espérant que cela fera taire leur légitime contestation. En service pour trois d’entre eux depuis 18, 22 et 27 ans dans ce collège classé REP + (réseau d’éducation prioritaire), ces enseignants n’ont cessé de dénoncer et de combattre les politiques d’économies qui se sont succédé.

Comprenant des dizaines de collègues et des soutiens extérieurs, un collectif très actif et déterminé à faire annuler ces sanctions s’est formé. Les actions ont fait reculer l’administration qui a reporté la commission administrative paritaire académique devant donner un avis sur les mutations.

Les soutiens de ces enseignants restent mobilisés pour l’arrêt définitif de ces sanctions.