Bibliothécaires - Plaine Commune

En colère !

Brève
04/07/2021

Mercredi 23 juin, les bibliothécaires de Plaine Commune, établissement public qui regroupe neuf villes, dont Saint-Denis, étaient en grève. Ils s’opposent au travail du dimanche que son président, Hanotin, également maire de Saint-Denis, veut leur imposer dès la rentrée de septembre.

Le maire socialiste présente l’ouverture des médiathèques de centre-ville le dimanche comme une grande avancée sociale et culturelle, mais elle se fait sans embauche et dégrade les conditions de travail des bibliothécaires avec plus de mobilité, à qui on a déjà supprimé des jours de congés et allongé le temps de travail.

Ouvrir des bibliothèques le dimanche serait bien sûr un progrès, à condition que les salariés soient suffisamment nombreux et puissent organiser eux-mêmes la répartition du temps de travail et des congés, et le faire au volontariat. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, et les bibliothécaires n’ont pas dit leur dernier mot.

Migrants - Paris

Des tentes devant l'Hôtel de ville

Brève
04/07/2021

Jeudi 24 juin, face à l’inaction des autorités, plus de 500 migrants sans abri ont installé des centaines de tentes devant l’Hôtel de Ville de Paris, pour réclamer la mise à disposition d’hébergements d’urgence. Seule la moitié des demandeurs d’asile parviennent à être hébergés. En Île-de-France, c’est encore pire : seuls trois demandeurs d’asile sur dix y arrivent.

La réaction des migrants a poussé la mairie de Paris à mettre à disposition deux gymnases et une halle d’exposition pour abriter les occupants de la place. C'est une mesure très provisoire : ces centaines de personnes, dont de nombreuses familles, risquent de se retrouver à nouveau à la rue dès qu’elles ne seront plus sous le feu des projecteurs.

Cette situation est d’autant plus inacceptable qu’il y a à Paris 113 000 logements vacants et autant de résidences secondaires ou de logements rarement occupés.

Fusion de la gauche - Île-de-France

Promesses creuses en peau de chagrin

Brève
25/06/2021

En Ile-de-France, le PS, La France insoumise (LFI), alliée dès le premier tour au PCF, et Europe Écologie – Les Verts (EELV) sont parvenus assez facilement à un accord de fusion, leurs têtes de liste ayant plus ou moins annoncé à l’avance leur ralliement derrière le mieux placé à l’issue du scrutin du 20 juin.

Ayant devancé l’insoumise Clémentine Autain et la candidate présentée par le PS Audrey Pulvar, l’écologiste Julien Bayou se retrouve donc à conduire cette union de la gauche francilienne. Il a suffi aux négociateurs d’une douzaine d’heures pour se mettre d’accord sur vingt mesures, comme la création d’ « emplois verts », le développement du vélo et du bio dans les cantines scolaires, des mesures suffisamment générales pour ne pas les engager à grand-chose.

La gratuité des transports en commun, mise en avant par Audrey Pulvar, a été limitée aux moins de 18 ans, aux étudiants, aux chômeurs et aux bénéficiaires des minima sociaux. « Il n’y a pas d’engagement pour ou contre une gratuité totale. Ce n’est ni un oui ni un non, dans un contexte d’incertitude sur les recettes de la région », a expliqué Julien Bayou. Pas plus que Pécresse, dont il prétend se différencier, il n’envisage un seul instant de faire payer le patronat et les classes riches.

Eiffage Énergie Ferroviaire - Fontenay-sous-Bois

Grève pour les salaires

Brève
24/06/2021

À Fontenay-sous-bois (Val-de-Marne), des travailleurs d’Eiffage Énergie Ferroviaire se sont mis en grève reconductible depuis lundi 21 juin, comme ceux de Marseille et Verquin. Ces salariés entretiennent les voies ferrées de la SNCF et la RATP, entre autres.

Ils revendiquent des augmentations de salaire pour tous de 200 euros brut par mois et une prime exceptionnelle de 500 euros brut. Ils ont bien raison car, comme partout, les patrons veulent faire payer la crise aux travailleurs !

Les Mureaux

Des attaques anti ouvrières qui s'accélèrent

Brève
02/06/2021

Plusieurs dizaines de personnes ont assisté, le 29 mai aux Mureaux, commune ouvrière des Yvelines, à une réunion de présentation de la liste d’Ile-de-France. Hélène Janisset et Thierry Gonnot, tous deux candidats, ont développé l’intérêt d’une telle liste dans un contexte où les attaques contre les travailleurs s’accélèrent.

Aussi bien dans des services comme La Poste que dans l’industrie automobile, que tous deux connaissent de près, ce ne sont qu’augmentation des cadences, suppressions de postes, blocage des salaires et menaces sur les emplois. La crise du Covid a été une occasion pour les patrons d’accélérer cette évolution, avec notamment les menaces sur la proche usine Renault de Flins.

Un participant se désolait d’entendre bien des voix, auparavant discrètes, exprimer des opinions réactionnaires indigentes, comme si les chômeurs et les réfugiés venant d’outre-Méditerranée étaient responsables de la dégradation des conditions de vie de tous. Mais ces voix-là s’entendent davantage quand celle, collective, des travailleurs se tait ; mais qu’elle se réveille et les insanités nationalistes ou d’extrême droite deviendront bien moins audibles !