Bagnolet

Graine de tortionnaires

Brève
04/02/2021

Le 24 janvier à Bagnolet, en Seine-Saint-Denis, des crapules d’extrême droite ont retiré la plaque biographique du couple Audin dans le parc qui porte leur nom pour mettre à la place une pancarte OAS.

Josette et Maurice Audin, militants du PCF, s’étaient engagés aux côtés du peuple algérien qui luttait pour son indépendance. Le 11 juin 1957, Maurice Audin était arrêté par les paras. Il fut torturé, puis égorgé sur ordre du général Aussaresses.

Si l’OAS a été dissoute il y a fort longtemps, cet acte prouve que cette organisation criminelle compte encore des nostalgiques des tortionnaires, soixante ans après.

RATP - Bus

Les fake news de LCI

Brève
01/02/2021

Il y a quelques jours, LCI s'est illustrée en qualifiant la RATP de « paradis social » et en prétendant que les conducteurs de bus ne passent pas plus de 4h30 par jour au volant.

Non seulement c'est un mensonge éhonté, puisqu'ils sont aux 35h et qu'ils conduisent en moyenne 6h42 par jour, mais en plus le chiffre de 4h30 ne figure même pas dans le rapport de la Cour des comptes cité par LCI.

En revanche, il y est écrit que le nombre de conseils de discipline a fait plus que doubler au secteur Bus entre 2011 et 2018, et que les licenciements et révocations ont augmenté de 50% sur la même période.

Le vrai mot pour décrire ça, ce n'est pas « paradis », c'est « exploitation ».

CAF - Val-de-Marne

L'attente des familles

Brève
30/01/2021

La réforme des aides au logement est entrée en vigueur le 1er janvier. Cette réforme avait pour objectif de réduire les aides pour permettre 1,2 milliard d’économies. Avec l’explosion du chômage, les économies espérées ne devraient plus être « que de 500 à 700 millions ».

À la CAF du Val-de-Marne, les instructions sont transmises dans des formations données aux techniciens, mais certains devront attendre mars 2021, si tout va bien. Le système informatique n’est pas non plus opérationnel. Les familles dont les dossiers ne seront pas traités à temps devront attendre.

Rien que dans le Val-de-Marne, ce sont 23 000 dossiers qui ont été stockés depuis le mois de décembre, en attendant les nouvelles instructions. De plus, toutes les demandes d’autres prestations dans ces dossiers de demandes d’aide au logement ne sont pas traitées.

Pour faire des cadeaux à la bourgeoisie, le gouvernement fait des économies sur le dos des plus précaires.

Hôpital - Meulan-Les Mureaux

Non à la fermeture !

Brève
30/01/2021

Lundi 25 janvier, un rassemblement a eu lieu sur le site de Bècheville du Centre hospitalier intercommunal Meulan-Les Mureaux.

Le personnel protestait contre le fait que la direction et l’encadrement ne prenaient pas en compte trois heures de récupération entre chaque cycle de trois jours (soir-repos-matin). Cela concerne tous les agents et dure depuis plusieurs années.

Ce n’est pas le seul problème dans l’hôpital. De nombreux services sont en sous-effectif chronique, les titularisations se font au compte-gouttes et 164 agents de catégorie C sont en situation précaire. Des médecins partent et ne sont pas remplacés. 30 à 40 % du personnel de l’hôpital sont vacataires ou en CDD.

Cette situation cache peut-être un projet de fermeture à terme. Non seulement le CHIMM dessert de nombreuses communes, mais les hôpitaux les plus proches sont à plus de 20 ou 25 km. On comprend pourquoi le personnel et la population se battront pour empêcher sa fermeture !

Logements - Île-de-France

La loi SRU même pas appliquée

Brève
30/01/2021

La loi Solidarité et renouvellement urbain (loi SRU) de décembre 2000 impose aux communes de plus de 1 500 habitants en Île-de-France d’arriver à 25 % de logements sociaux d’ici 2025. Or des communes riches, tel Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine, préfèrent payer une amende plutôt que de construire des HLM.

Si les pauvres devenaient trop voyants, elles craignent que cela nuise à l’image de la ville. En outre, la population à faibles revenus rapporte beaucoup moins à la commune que les logements plus luxueux, ne serait-ce qu’en taxes foncières.

Les gouvernements peuvent multiplier les lois prétendument sociales, encore faudrait-il qu’ils se donnent les moyens de les appliquer, ce qui est le dernier de leurs soucis dans cette société où l’argent est roi.