Dassault - Argenteuil :  Récidiviste !

Echo d'entreprise
24/06/2020

Après nous avoir volé des jours de congés, la direction commence à prospecter dans le secteur de la tôlerie pour trouver des « volontaires », qui accep- teraient de venir travailler pendant la fermeture des congés d’été.

Elle fait semblant de demander mais elle a la fâcheuse habitude de se servir elle même dans ce qui nous appartient.

Axa - Val de Fontenay :  C'est qui le chef ?

Echo d'entreprise
24/06/2020

 La direction d’AXA a décidé de nous imposer le retour sur site par équipe rouge ou bleue à compter du 1er juillet. La direction n’a cessé de nous dire qu’elle suivait les consignes du gouvernement, mais là, l’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet, elle s’en fiche. 
 Car, en fait, les vrais patrons, ce sont les grands groupes qui, y compris, obtiennent du gouvernement le retour obligatoire des enfants aux écoles primaires et collèges, sachant que les cantines sont fermées. Tout cela pour que les parents aillent au boulot. 

 

Axa - Val de Fontenay :  Le télétravail, c'est toujours l'exploitation

Echo d'entreprise
12/06/2020

Le télétravail, ou travail à domicile, généralisé depuis des mois remet en cause le fait de se croiser tous les jours. Mais même dispersés, nous pouvons réagir collectivement comme l’ont montré les travailleurs de Deliveroo ou d’Uber. 

Quelle que soit la forme d’organisation du travail, nous devrons nous organiser pour défendre nos intérêts face à la direction.

Axa - Nanterre :  Des actionnaires déconfinés

Echo d'entreprise
10/06/2020

PAS DE CONFINEMENT POUR LES PROFITS

Axa a annoncé maintenir le versement des dividendes aux actionnaires, mais en les réduisant de 1,43 € à 0,73 € par action.

Sauf qu’un versement complémentaire pourrait être versé en fin d’année, pouvant aller jusqu’à 0,70 € par action. Ça alors, pile la différence !

Coronavirus ou pas, ils se serviront toujours.

C’EST NOUS QUI SOMMES EN PREMIÈRE LIGNE !

Suite à ces annonces, le titre AXA a gagné plus de 10 % en Bourse. Eh oui, voilà les actionnaires rassurés. Car si on les écoute, ils ont pris des risques en investissant.

Enfin, pendant qu’ils se tournaient les pouces, tout le boulot, c’est nous qui l’avons fait. C’est nous qui bossons ; c’est eux qui empochent. Ça suffit !

Dassault - Argenteuil :  La loi du profit

Echo d'entreprise
10/06/2020

ILS ONT FAIT LEUR PREUVE

Face à la crise sanitaire, la société n’a pas manqué de Rafale ou de Falcon mais de masques. Pour coudre trois bouts de tissu et 2 élastiques ce n’est pas la technique qui a manqué mais la volonté des industriels et cela dans un des pays les plus développé.

Cette économie ne fonctionne que pour une poignée d’actionnaires qui décident de tout dès lors que cela leur rapporte mais sont aux abonnés absents quand il s’agit de produire pour le bien être de tous.

C’EST QUOI LEUR BOULOT ?

Piétinant d’impatience pour faire redémarrer la production pendant la crise sanitaire, la direction avait réussi à organiser les équipes avec des journées de 6h. On ne peut s’en porter que mieux. La productivité du travail a fait de tels progrès qu’il n’y a aucune raison de travailler trop longtemps alors que d’autres sont au chômage.

Et d’ailleurs moins on travaillera et plus on aura de temps pour organiser l’économie et la société. Les capitalistes le font actuellement pour leur pomme et à plein temps : on voit le résultat. On ne pourra pas faire pire.

Hôpital Lariboisière - Paris :  Le bricolage continue

Echo d'entreprise
27/05/2020

Des soignants en province s’étaient proposés sur la « plateforme Covid » pour venir aider à l’AH-HP dans les services Covid, et en particulier en réanimation.

En fait ils ont parfois été affectés dans d’autres services, où il manque du monde. Tant mieux pour ces services, mais cette plateforme est amenée à disparaître.

Il serait temps que des solutions pérennes existent pour combler les manques d’effectif.

Hôpitaux - Île de France :  Tous ensemble

Echo d'entreprise
27/05/2020

Toutes les semaines, à l'hôpital Robert Debré, le personnel toutes catégories manifeste autour de l’hôpital, ce sont les « JedisColère ». Avec slogans, banderoles, et pancartes, où l'on peut lire entre autres : « Du fric pour les services publics », ou « Pas de médailles, augmentation des salaires ». Tout cela dans une ambiance fraternelle et combative…

Mercredi dernier, il y a eu aussi un rassemblement à l’hôpital Tenon et une manifestation devant l’hôpital Casanova à Saint-Denis, revendiquant notamment la titularisation des CDD.

Au GHU psychiatrie parisienne, un appel est lancé pour ce mardi 26, sur tous les sites à la même heure, de 13 h 15 à 13 h 45.

On a su s'organiser ensemble face à l’épidémie du Coronavirus, on peut aussi s'organiser contre le virus des économies qui ont amené le système de santé dans l’état de délabrement que l'on connaît.

Nous avons tous, toutes les raisons de nous mobiliser et de participer.

Axa - Val de Fontenay :  La main sur le frein

Echo d'entreprise
27/05/2020

Les entreprises peuvent désormais verser  400 euros par an aux salariés qui utilisent le vélo, ou le covoiturage, pour venir au travail. Mais il ne s’agit pas d’une mesure obligatoire et une indemnité facultative existait déjà pour le vélo. 
La direction d’AXA avait choisi de ne verser aucun centime aux cyclistes. Ce n’est pas une surprise : mettre la main au porte-monnaie quand ce n’est pas obligatoire, c’est pour la direction beaucoup plus dur qu’une étape de montagne du Tour de France. 

La Poste Paris 11e-20e :  Intérimaires licenciés

Echo d'entreprise
21/05/2020

Au bureau de poste de la rue des Pyrénées à Paris qui regroupe la distribution des 11e et 20e arrondissements, 26 facteurs se sont rendus le 12 mai à la direction pour demander l’embauche en CDI des travailleurs en intérim qui le veulent.

Ceux-ci avaient été recrutés en urgence début avril pour distribuer les journaux, lorsque les patrons de presse s’étaient plaints de la décision de La Poste de réduire à trois jours par semaine la distribution des abonnements.

Pour un contrat de 21 heures par semaine, les travailleurs intérimaires ont reçu 731 euros par mois. Après avoir touché une misère et risqué leur santé, ils sont mis dehors ! La Poste est ainsi une nouvelle fois à l’avant-garde des licenciements.

Hôpitaux - Île de France :  Non au retour à l'anormal

Echo d'entreprise
21/05/2020

TOUS ENSEMBLE - Hôpital Bicêtre

À Robert Debré, le jeudi, des collègues manifestent dans et autour de l’hôpital, pour dire « Pas de retour à l’anormal » et exprimer leur mécontentement. Celui-ci ne date pas d’hier, à Bicêtre non plus : les départs à la retraite ou ailleurs non remplacés, les plannings chamboulés etc…

Nous avons toutes les raisons de manifester notre ras-le-bol.

VIR… AGE - Hôpital Pitié-Salpêtrière

Le laboratoire de virologie est débordé par les tests Covid, notamment les sérologies.

Comme partout, les renforts sont moins nombreux mais le boulot a singulièrement augmenté.

Comme partout, c’est de l’embauche qu’il faut, à hauteur des besoins.