La Réunion

On ne bricole pas avec le droit des salariés !

Brève
29/11/2019

 

Le tribunal de grande instance de Saint-Denis vient de condamner l’enseigne Mr Bricolage appartenant au groupe Hayot et possédant quatre magasins dans l’île, pour non-respect des horaires, en l’occurrence l’ouverture le dimanche.

C’est le syndicat CGTR qui a porté l’affaire devant les tribunaux.

Depuis des années, les directions de ces magasins s’asseyaient sur les droit des salariés, notamment le droit au repos dominical réglementé par un arrêté préfectoral de 1966 à La Réunion.

Les opposants à cette décision du TGI, en premier lieu les patrons de Mr Bricolage, avancent comme principal argument la possibilité pour les salariés de gagner un ti quat’sou en plus et les étudiants d’avoir un revenu.

Quels philanthropes ces patrons !

Mais si les travailleurs de cette enseigne comme d’autres se sentent obligés de sacrifier leur week-end et leur vie de famille pour améliorer sensiblement leurs salaires, c’est que ceux-ci sont excessivement bas !

De même, il est scandaleux que des jeunes qui devraient consacrer l’essentiel de leur temps à apprendre soient contraints de travailler pour payer les études, leur loyer, voire pour pouvoir manger !

La rapacité des capitalistes qui ne sont soucieux que de leurs profits pousse les travailleurs à de plus en plus de privations.

Heureusement que parfois ceux-ci relèvent la tête et taclent leurs patrons !

La Réunion

La pa assé, mette encore !

Brève
15/11/2019

Après que Macron ait annoncé un réhaussement du plafond des salaires pour l' exonération de cotisations patronales dans les DOM jusqu'à 2 fois le SMIC au lieu de 1,7 SMIC auparavant, tous les sénateurs ont voté pour un amendement présenté par deux sénateurs guyanais pour porter cette exonération à 2,2 SMIC puis dégressive jusqu’à 3 SMIC, en lieu et place du barème actuel fixé entre 1,7 et 2,7 SMIC pour les secteurs dits « prioritaires » dans ces territoires (agriculture, BTP, industrie, pêche, tourisme, restauration, NTIC, etc.).

Tout secteurs où les patrons réalisent déjà de substantiels profits en exploitant à vil prix les travailleurs... mais pour les sénateurs, en particulier ceux des DOM, la coupe n'était pas encore assez pleine !

La Réunion

Pollution au Glyphosate à La Réunion

Brève
02/11/2019

Le collectif Oasis Réunion a fait réaliser un test sur un échantillon de 21 habitants de La Réunion, afin de mesurer leur éventuelle contamination au Glyphosate (un herbicide plus connu sous la marque Roundup de la multinationale Monsanto, largement utilisé dans les plantations, classé « cancérigène probable » et favorisant les maladies dégénératives telles Alzheimer et Parkinson par l'Organisation Mondiale de la Santé).

Il ressort de ces analyses que ces 21 personnes étaient toutes porteuses de doses 11 fois supérieures au maximum autorisé !

Une autre étude de Santé publique France sortie en février 2019 révèle que l’exposition professionnelle aux pesticides, montre des résultats « inédits et préoccupants ». « La presque totalité des travailleurs agricoles de la canne à sucre à La Réunion ( soient plus de 6 000 exploitants et salariés) était en contact, en 2010, avec des substances chimiques (dont le Glyphosate) ayant des effets toxiques cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques et/ou perturbateurs endocriniens ».

Chlordécone aux Antilles, Glyphosate à La Réunion. Décidément, le capitalisme est bien un système toxique pour l'humanité !

La Réunion

Venue de Macron

Brève
21/10/2019

 

Les capitalistes revendiquent…

 

Macron et des ministres viennent se pavaner à La Réunion les 23, 24 et 25 octobre. Ils prêteront une oreille bienveillante aux jérémiades des capitalistes à commencer par ceux de la canne et du rhum.

Ainsi le patron de Tereos océan Indien, et président du Syndicat du sucre, Philippe Labro, attend que Macron s’engage à lui verser les fameux 28 millions de façon perenne car, dit-il, « l’aide de l’État est indispensable ». Et, à l’instar de tous les champions de la libre entreprise qu’aucun scrupule n’étouffe, il insiste lourdement sur le fait qu’il faut arrêter de « culpabiliser sur les aides »  ces gros sous d’argent public sur l’utilisation desquels ils ne veulent aucun contrôle sous prétexte que c’est une affaire privée !

Les patrons, avides de toujours plus de profits, n’ont aucune gêne pour demander des sommes énormes au gouvernement ami.

 

… il est temps de remettre les choses à l’endroit !

 

Les travailleurs, les chômeurs, les retraités ont, eux, des besoins vitaux et immédiats :

300 euros d’augmentation, pas de salaires, de pensions et d’ allocations en dessous de 1800 euros !

Il n’est pas question que ces revendications là passent à la trappe. Car enrichir les riches et appauvrir les pauvres ça suffit !

La Réunion

Branle-bas de combat pour la venue de Macron à La Réunion

Brève
21/10/2019

Deux ans après la campagne présidentielle pendant laquelle il était venu faire son cinéma à La Réunion en essayant de se forger une image de politicien à l'écoute du peuple, Macron y revient pour trois jours entouré de pas moins de 1500 policiers et gendarmes (6 escadrons mobilisés dont un qu'on a fait venir de Lyon!).

Au cas où cela ne suffirait pas pour assurer sa sécurité et celle de ses ministres, 4 blindés légers sont prêts à intervenir.

On ne sait jamais, car comme le déclare le nouveau préfet dans un arrêté pris le 19 octobre, en vue de sa présence dans le chef lieu le 24 octobre, le chef de l'État peut être exposé à « un risque d'actes de terrorisme en raison de la nature de l'événement et de l'ampleur de sa fréquentation ». Pas moins !

C'est pourquoi toute la zone entourant la préfecture est interdite à la circulation, et sont proscrits « l'usage de dispositifs sonores portatifs ou émanant de véhicules non dûment autorisés », une zone qui n'est autre que la destination finale de la manifestation annoncée par l'Intersyndicale des travailleurs de La Réunion !

Faut-il comprendre que Macron a les oreilles délicates et que les cris des travailleurs le terrorisent au point d’avoir besoin d’être autant rassuré ?