La Réunion

Apavou : une « victime » qui s’en sort très bien !

Brève
16/06/2018

Armand Apavou, patron du groupe éponyme, possède une myriade de sociétés immobilières et d'établissements hôteliers à La Réunion et à Maurice.

Bien qu'assis sur une fortune évaluée à la bagatelle de 500 millions d'euros, qu'il a amassée en exploitant sans scrupule des milliers d'ouvriers et d'employés, il a cumulé 130 millions de dettes auprès des banques et des organismes de protection sociale. Son principe étant de faire main basse sur le maximum d'argent et d'en lâcher le moins possible en bafouant les lois sociales (licenciements « économiques », licenciements « pour faute » des salariés récalcitrants) et les lois d'urbanisme (absence de permis de construire, malfaçons, entretien déficient de ses immeubles, etc.).

Après des années de passe-droits de la part des organismes d'État, de ses fournisseurs et des banques, la justice s'est enfin décidée à lui demander d' apurer ses dettes.

Mais Apavou, habitué à la mansuétude du pouvoir à son égard, essaie de retarder encore l'échéance du paiement. Il a récemment déclaré au journal le Quotidien avoir toujours voulu « contribuer au développement de l’économie réunionnaise » ajoutant « à Maurice, j'ai fait la même chose. Je suis arrivé avec un état d’esprit de construire, pas de me remplir les poches », et « être victime d'un acharnement judiciaire ». Pas moins !

On en pleurerait presque... de rire !