La Réunion

Tout va bien madame la marquise

Brève
24/03/2020

À entendre Vêlayoudom Marimoutou le recteur de l’académie de La Réunion la petite rentrée de ce lundi s’est « bien effectuée ».

Les enseignants eux ne sont pas du même avis !

Pour la plupart d’entre eux, cette journée a été longue, stressante et épuisante.

En effet, les professeurs on dû faire face aux bugs du logiciel Metice, à la difficulté pour se connecter à internet sans compter le retard dans les informations envoyées par le rectorat, la difficulté pour joindre les élèves, etc.

Depuis lundi, certains enseignants travaillent jour et nuit pour préparer les cours et corriger les devoirs des élèves, etc.

Du côté des parents et de leurs enfants c’est aussi la galère. Bon nombre ne sont pas équipés d’ordinateurs et d’internet ou ne savent pas s’en servir. Et le ministre de l’Éducation Blanquer demande en plus aux parents de faire cours aux plus jeunes privés de profs !

Le recteur Vêlayoudom Marimoutou reconnaît qu’il y a « des ajustement » à faire mais « qu’il faut un peu de temps pour que tout les monde trouve ses marques ».

On ne voit pas comment avec des moyens humains et matériels insuffisants enseignants, parents et élèves vont s’en sortir.

La Réunion

LREM : Le Reniement Et le Mépris

Brève
25/02/2020

Alors que Macron s'était engagé à revaloriser les petites retraites agricoles à hauteur de 85 % du Smic, il a, lors de son passage au Salon de l'Agriculture, déclaré renoncer à cette mesure qui, selon lui, coûterait 1,1 milliard d'euros.

Des milliards, il sait en trouver quand il s'agit de subventionner les grands groupes capitalistes, dont ceux de la canne à sucre. Il ment sciemment quand il prétend que cette mesure ne peut être appliquée faute d'argent.

Les petits exploitants agricoles qui arrivent à l'âge de la retraite après toute une vie à s'épuiser sur leurs exploitations pour des revenus de misère n'ont donc rien à attendre du politicien bourgeois Macron qui n'est pas gêné de les laisser finir leurs vieux jours avec une pension mensuelle moyenne de 375 €, voire de moins de 100 € pour un quart d'entre eux, aux dires même du sénateur Réunionnais de droite Lagourgue !

Pour que change leur sort ils ne pourront compter que sur leur seule mobilisation et celle de tous les travailleurs et laissés pour compte de cette société qui les ignore.

La Réunion

Saint-André : le PCR soutient une ex candidate LREM...

Brève
24/01/2020

La section PCR de Saint-André vient de faire savoir qu'elle ne présentera pas de candidat aux prochaines élections municipales de cette ville dirigée par le maire de droite Jean-Paul Virapoullé aux commandes depuis des dizaines d'années, hormis une brève interruption entre 2008 et 2014 pendant laquelle la commune a élu un maire estampillé PCR, Eric Fruteau.

Le PCR a décidé cette année de se rallier à la candidate Léopoldine Settama-Vidon, avocate de profession, candidate aux législatives de La République En Marche ! Et sans état d'âme, rappelant que ce choix était en adéquation avec le discours du secrétaire général du PCR Elie Hoarau tenu récemment lors des conférences commémorant le 60ème anniversaire du PCR et avec la politique préconisée et pratiquée par le dirigeant du PCR, Paul Vergès, qui dès 1983 et à nouveau en 1988 faisait l'alliance avec cinq maires de droite au nom de la politique de « rassemblement des Réunionnais ». Ce qui est la stricte vérité.

Le PCR n'a jamais été communiste, sa politique a toujours été d'enrôler les travailleurs et les masses populaires de La Réunion derrière la bourgeoisie réunionnaise, et par voie de conséquence française!

La Réunion

NRL : une sécurisation de la route qui met la population dans l'insécurité financière !

Brève
24/01/2020

Un accord a été signé le 22 janvier entre représentants de Vinci et Colas (groupement des constructeurs, les patrons transporteurs, la région (le donneur d'ordre), en présence du représentant de l'État pour trouver une solution au manque de roches massives nécessaires à la réalisation du dernier tronçon (digue de 2,4 km entre la Grande Chaloupe et La Possession) du chantier de la Nouvelle Route du Littoral.

Les négociateurs se sont mis finalement d'accord sur l'utilisation d'andains, ces rochers extraits des champs de l'île, mais dont le coût est nettement plus élevé que celui des roches massives de carrières.

La discussion a aussi porté sur le surcoût lié à leur utilisation, que ni la Région ni le groupement d'entreprises ne voulaient prendre en charge.

Depuis l'arrêt du chantier faute de roches massives, le groupement NRL demandait la bagatelle de 500 millions d'indemnités de retard à la région, maître d'ouvrage.

Aucune annonce chiffrée n'a été communiquée à l'issue de ces derniers échanges, mais le fait que les hauts cadres du groupement Vinci-Colas et les patrons transporteurs en soient ressortis satisfaits signifie que ce sera à nouveau à la région et/ou à l'État de financer la différence. En clair, ce sera à nouveau à la population de mettre la main à la poche.

Alors oui le capitalisme nous coûte cher, car tous les prétextes sont bons pour les patrons pour faire le maximum de profits, quitte à mener la population sur la paille !

La Réunion

Mayotte : discrimination salariale légalisée

Brève
24/01/2020

À Mayotte, 101ème département français (depuis 2011), l'égalité sociale se fait à pas de fourmi.

Ainsi le Smic mahorais « revalorisé » au 1er janvier 2020 passe à 7,66 € brut de l'heure contre 10,15 € dans tous les autres départements. Et le Smic mensuel s'élève dorénavant à 1161,77 € brut pour un contrat à temps plein, au lieu de 1539,42 € au niveau national.

Pourtant le coût de la vie est globalement plus cher à Mayotte qu'en métropole.

Cette situation ne profite en dernier ressort qu'aux capitalistes qui profitent à fond des bas salaires... de ceux qui ont un emploi !