NICOLAS SARKOZY : LE CANDIDAT DU PATRONAT

Communiqué
05/04/2012

Lors de son passage éclair à La Réunion, Nicolas Sarkozy n'a eu de mots que pour le patronat.

Alors que des problèmes cruciaux pèsent sur les classes populaires, le candidat de l'UMP n'est venu qu'apporter des cadeaux aux capitalistes !

Les exonérations de cotisations patronales qu'il promet, présentées « comme des mesures d'une force jamais égalée », sont dans la continuité de ce qui se fait déjà au travers de la Lodéom, la défiscalisation, etc.

Tous ces millions qui ont été donnés aux patrons n'ont jamais fait reculer le chômage. Ils n'ont jamais permis de créer le moindre logement en plus ! Et ceux qu'il promet n'auront pas d'autre effet que de continuer à enrichir les exploiteurs !

Lorsque Sarkozy dit qu'il est contre le Smic à 1 700 euros, il exprime clairement que les travailleurs n'ont rien à attendre de lui.

Lorsqu'il déclare, à l'adresse des classes populaires, que « l'avenir n'est pas à l'assistanat généralisé », c'est tout son mépris qu'il leur crache à la figure.

Les véritables assistés, ce ne sont pas les travailleurs qui se tuent au travail à longueur d'année pour de maigres salaires, ni ceux condamnés au chômage et à l'exclusion, mais bien les capitalistes à qui Sarkozy obéit servilement !

Pendant cinq ans, Sarkozy a été le « président des riches ». Il continuera de l'être s'il est réélu !

Jean-Yves PAYET