Remaniement gouvernemental : un mauvais poisson d’avril

Communiqué
01/04/2014

Après la défaite cinglante du Parti socialiste, Hollande a donc sacrifié Ayrault pour Valls, qui s'est distingué en champion de la droite du PS puis comme premier flic de France, singeant Sarkozy et stigmatisant les Roms.

Les mesures de « justice sociale » dont a parlé Hollande hier pour les travailleurs sont symboliques. En revanche, les gages donnés au patronat sont sonnants et trébuchants : Hollande veut mettre en œuvre le « pacte de responsabilité », c'est-à-dire un cadeau supplémentaire de 30 milliards par an, avec la suppression des cotisations familiales. Il n'a pas précisé où ces sommes seront prises. Mais il n'y a pas de doute que, par des coupes dans les budgets sociaux et dans les services utiles à la population, ce sont les classes populaires qui seront rançonnées.

Sous Valls comme sous Ayrault, les capitalistes tireront les ficelles des marionnettes qui occupent le devant de la scène politique. Autant dire que le remaniement gouvernemental, censé répondre au désaveu des municipales, ne changera quelque chose que pour les ministres d'hier et de demain.

Nathalie ARTHAUD