Une nouvelle déclaration de guerre au monde du travail

Communiqué
31/01/2012

Dimanche soir, Sarkozy a fait mine de s'occu­per des tra­vailleurs licen­ciés... pour mieux les atta­quer. Une partie de l'objec­tif était déjà connue : les coti­sa­tions patro­na­les seront géné­reu­se­ment rédui­tes et la TVA sera aug­men­tée de 1,6 point. Autrement dit, le pou­voir d'achat des sala­riés, des retrai­tés et des chô­meurs dimi­nuera. Et les pro­fits aug­men­te­ront d'autant.

La deuxième annonce était peut-être encore plus anti-ouvrière : les entre­pri­ses sont invi­tées à mettre en œuvre des « accords de com­pé­ti­ti­vité ». Autrement dit, les patrons pour­ront, au nom de la concur­rence et par le chan­tage aux licen­cie­ments, impo­ser à leurs sala­riés une hausse du temps de tra­vail, une baisse des salai­res, ou les deux à la fois.

Sarkozy n'en a peut-être plus pour très long­temps à l'Elysée, mais le pré­si­dent des riches aura vrai­ment tout fait pour servir sa classe jusqu'au der­nier euro. Quant à nous, les tra­vailleurs, il nous faudra ripos­ter comme il se doit dans la rue, dans les entre­pri­ses, dans les luttes, pour déjouer cette nou­velle offen­sive au ser­vice du patro­nat.

Nathalie ARTHAUD