Toulouse

En campagne électorale, le maire flatte l’extrême-droite

Brève
13/09/2019

Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse, qui affiche ouvertement sa compatibilité avec Macron, ne s’arrête pas en si bon chemin pour draguer l’électorat le plus réactionnaire. Il vient d’annoncer la signature imminente d’un « arrêté anti-bivouac » qui cible les quelques migrants qui campent actuellement dans des abris de fortune en centre-ville. Comprenez : "cette misère fait tache devant chez moi".

Sans doute conforté par la politique anti-migrant du gouvernement, il compte ainsi obtenir du Préfet l’ordre d’évacuation par la police, déplorant au passage qu’« en Haute-Garonne, 80 % des mesures d'éloignement ne sont pas exécutées ». Il s’en prend aussi dans la presse aux associations qui aident et soutiennent les migrants, les accusant de « manipulation ». Matière dans laquelle, visiblement, il n’est pas en reste.

Dans une des villes les plus riches de France qui regorge de logements vides, il est particulièrement révoltant de voir des hommes, des femmes et des enfants qui fuient la misère servir ainsi de marchepied électoral.

Vallée de l’Orbiel (Aude)

Contamination à l'arsenic

Brève
15/08/2019

Dans l’Aude, les inondations d’octobre 2018 ont répandu des sédiments hors du lit de l’Orbiel et des autres cours d’eau. Mais ces sédiments sont pollués ; ils contiennent notamment de l’arsenic, un cadeau empoisonné de l’ancienne mine d’or de Salsigne.

Depuis, la population s’inquiète, même si la préfecture se voulait rassurante au début. Faut-il encore boire l’au du robinet, se demandent certains ? D’autres s’inquiètent d’une école qui avait été inondée. Ils ont fait pression pour que des tests soient effectués. Et les résultats sont tombés, accablants : sur 103 enfants testés, 38 ont des taux d’arsenic anormalement élevés.

Les capitalistes de la mine ont pollué et les autorités ont laissé faire. Après la fermeture de Salsigne en 2004, elles ont laissé pourrir la situation. Ce sont là les coupables et leurs complices !

Toulouse

Au CHU : la greffe en grève

Brève
08/07/2019

A l'IUCT (Institut Universitaire du Cancer de Toulouse), les hospitaliers du service d'Hématologie hautement protégée (greffe de moelle osseuse) se mobilisent depuis plusieurs jours contre la dégradation de leurs conditions de travail et des soins aux patients.

En effet le sous-effectif est tel que les plannings sont impossibles à remplir et oblige à travailler en « mode adapté », c'est à dire adapté... au manque de personnel, laissant de côté les tâches les moins urgentes.

Ils réclament l'embauche immédiate de soignants.

Toulouse

Rétention des notes prolongée

Brève
05/07/2019

Suite au refus du ministre de l’Éducation d’ouvrir toute forme de négociation ou même simplement de dialogue sur sa très controversée réforme du lycée, une assemblée générale de près de 500 personnes en Ile de France a décidé de poursuivre la grève et du coup la rétention des copies jusqu’à lundi.

À Toulouse, un peu partout il y aeu de grosses perturbations ! Ainsi au lycée Saint-Sernin aucun jury n'a siégé ; au lycée de Fonsorbes ils ont été "séquestrés".

Suite à une assemblée générale qui a regroupé 250 personnes, les professeurs grévistes avaient décidé de remettre leurs copies de baccalauréat au rectorat ce vendredi. Mais l’audience prévue au rectorat a mal tourné : aucun engagement n’a été donné à la délégation ni sur l’absence de sanctions, ni sur les mesures par rapport aux précaires, ni sur le paiement des jours de grève. Du coup de nombreux professeurs ont décidé de continuer leur grève jusqu’à lundi et ont donc gardé leurs copies.

Pamiers (Ariège)

Conforama, fermeture programmée.

Brève
03/07/2019

Le magasin de Pamiers devrait fermer, il est sur la liste des fermetures décidées par la direction de Conforama. Pourtant il y a encore sur la porte d'entrée une affiche pour recruter un vendeur !

Une vingtaine de postes sont menacés. C’est la concurrence d'IKEA et d'Amazon qui sert de prétexte à cette fermeture et ces licenciements.

Les travailleurs de Confo ont enrichi successivement Bernard Arnault puis Pinault qui a revendu le groupe en 2011 à Steinhoff.

En période hivernale, les expulsions locatives sont interdites. Et bien dans cette période de chômage massif, licencier c’est un crime social et devrait tout autant être interdit. Cette interdiction, il faudra l’imposer en utilisant les fortunes amassées par les grands actionnaires, présents et passés.