Ariège

Privatisation de la RN20 : jackpot pour les sociétés d'autoroutes

Brève
22/11/2020

Le gouvernement augmente son arsenal législatif, parfois en catimini, pour faire la part belle aux sociétés privées. Ainsi, le 14 août dernier, un décret définit le "classement de certaines sections de routes dans la catégorie autoroute" et d’autre part dans la loi dite de modernisation de la fonction publique, le décret du 11 juin 2020 autorise le détachement d’office des fonctionnaires territoriaux sur des CDI de droit privé.L’arsenal est en place pour que Vinci sorte ses griffes pour avaler la RN 20, route pour aller en Andorre. Le personnel de la DIR (direction interdépartementale des routes) affecté à l’entretient de cette route passerait automatiquement à Vinci.

Les sociétés d’autoroutes y retrouveraient bien sûr leur compte puisque leurs concessions autoroutières seraient prolongées ce qui augmenteraient très largement leurs profits. Il est question également du fait que les collectivités locales devraient mettre la main à la poche "puisqu'elles profitent de ces routes" !

Dans cette société basée sur le profit tout est bon à prendre pour les capitalistes….

Toulouse

Une manifestation réussie

Brève
08/11/2020

Samedi 7 novembre, à l'appel de plusieurs syndicats, partis et associations, plusieurs milliers de personnes ont manifesté derrière une banderole réclamant "un plan d'urgence pour notre santé, pas pour les profits". Bien plus nombreux encore que lors de la manifestation précédente du 15 octobre (manifestation nationale santé), les manifestants et soignants présents dénoncent le manque de lits et de personnel et l'incurie du gouvernement face à l'épidémie.

Dans un contexte où le gouvernement compte aussi sur les restrictions sanitaires pour limiter la contestation, cette manifestation réussie a de quoi donner raison à tous ceux qui dénoncent sa politique, au service des intérêts du CAC 40.

Hôpitaux de Toulouse

La deuxième vague est bien là mais pas les moyens

Brève
16/10/2020

Jeudi 15 octobre, un millier d'hospitaliers, d'usagers et de retraités ont manifesté à Toulouse pour l'augmentation des salaires, des effectifs et des capacités d’accueil des patients. Des travailleurs d'Onet (nettoyage des chaines d'Airbus), en grève pour les salaires, ont également rejoint la manifestation.

Le risque d'une reprise de l'épidémie est connu depuis plus de six mois, mais le gouvernement préfère donner des milliards au patronat, plutôt que d'augmenter le nombre de lits comme les effectifs dans les hôpitaux.

Toulouse - Aéronautique

Thales Avionic : c’est aux profiteurs de payer pas aux travailleurs

Brève
13/10/2020

La direction du groupe Thales annonce 1 000 suppressions de postes dans sa filiale aéronautique (Thales AVS), qui vont s’ajouter au licenciement de 500 intérimaires et prestataires. Cette filiale est implantée sur plusieurs sites et emploie 5 500 salariés, dont 900 à Toulouse, principalement ingénieurs et cadres. Au prétexte de la crise aéronautique, la direction du groupe a décidé la saignée.

Mais le groupe Thales spécialisé dans l’électronique de défense et sécurité, le spatial et l’aéronautique annonce un taux de rentabilité de 8 % pour 2020. Il aurait largement les moyens de supporter la baisse sur sa filiale aéronautique. D’autant plus que dans le même temps il va verser aux actionnaires 85 millions d’avance sur dividendes.

Il n’y a aucune raison que les travailleurs subissent la dictature de ces profiteurs. Et il ne faudra pas compter sur le gouvernement qui, pendant les licenciements, distribue des milliards aux patrons de la filière. Pour sauver les emplois et les salaires, tous ensemble, les 300 000 travailleurs de l’aéronautique devront imposer à leurs patrons qu’ils prennent sur leurs profits, passés, présents et à venir.

CHU de Toulouse

Après les éloges, les tours de vis

Brève
10/10/2020

Avec la reprise de l'épidémie, le CHU de Toulouse est passé "hôpital en tension", ce qui permet de déprogrammer 20 % des hospitalisations, et les Urgences n'accueillent plus que les cas très graves. Comme au printemps, des malades risquent d'être laissés de côté, faute de personnel et de lits.

De plus, un récent rapport de la Cour Régionale des Comptes d'Occitanie préconise de pressurer encore un peu plus le CHU : baisser le nombre de médecins, rationaliser le nombre de lits, optimiser les équipes soignantes, maitriser les charges en personnel...

Contre cette politique, plusieurs syndicats appellent à faire grève et à manifester le 15 octobre. Lutte ouvrière s'associe à cet appel.

A Toulouse, la manifestation partira à 14h de St Cyprien