Toulouse - Aéronautique

Le PDG d’Airbus jette le masque

Brève
16/09/2020

Déjà, lors de sa visite à Toulouse, lorsque la ministre déléguée à l’industrie avait fait mine de recommander « pas de départs contraints », Guillaume FAURY, le PDG d’Airbus avait déclaré qu’il ne pouvait pas s’y engager.

Aujourd’hui, plus de doute. Dans son courrier à l’ensemble des salariés du groupe, il fait remarquer que les volontaires au départ n’étant pas assez nombreux, on ne pourra pas éviter les licenciements « secs. »

En fait, le « plan d’adaptation » qui vise à supprimer 15 000 emplois de par le monde et 5 000 en France (en plus de tous les intérimaires et autres sous-traitants déjà licenciés ou à venir) n’a pas d’autre but que de réduire de façon drastique les effectifs, de rationaliser, d’augmenter la charge individuelle et l’intensité au travail. Le maître mot, c’est augmenter la rentabilité, la compétitivité… pour que les marges et les profits soient au rendez-vous demain, lors de la reprise, et en augmentation !

Même gavés d’argent public, les patrons de l’aéronautique –comme les autres- n’en ont rien à faire du sort des travailleurs. Seuls comptent les intérêts des actionnaires. Pour sauver leur peau, les travailleurs ne peuvent compter que sur leur mobilisation collective.

Les dernières brèves