Altran - Blagnac (banlieue toulousaine) :  les profits d’abord

Echo d'entreprise
07/04/2020

L’entreprise Altran, multinationale de l’ingénierie, à profits multimilliardaires et sous-traitante de l’aéronautique à Toulouse, a décidé d’interrompre la période d’essai de 16 salariés pendant le confinement. Ils ont appris cette décision par… une lettre recommandée ! Certains de ces travailleurs, qui avaient démissionné de leur ancien travail, se retrouvent ainsi sans emploi et sans droit au chômage.

L'inspection du travail a indiqué que la rupture de ces périodes d'essai n'était pas « juridiquement fondée ». Mais ce n’est pas la première fois que les patrons d’Altran s’assoient ainsi sur la loi. En janvier 2018, ils avaient été condamnés en appel à payer près de 10 millions d'euros d'heures supplémentaires à 300 ingénieurs. Et cela n’a pas servi de leçon.

Aujourd’hui Altran répond à une baisse de son activité par des licenciements à peine déguisés. L’épidémie actuelle n’efface pas la réalité de la lutte des classes : non, il n’y a pas d’unité nationale, il y a bien deux camps, et celui des travailleurs n’a d’autres choix que de s’opposer collectivement à la dictature du patronat, s’il veut faire respecter ses droits.