AIRBUS Toulouse

Tous ensemble ! Aux actionnaires de payer

Brève
01/07/2020

Le « plan d’adaptation » concocté par la direction Airbus est tombé : 15 000 suppressions de postes sur le groupe (5 000 en France ; 5 100 en Allemagne ; 900 en Espagne ; 1 700 au Royaume-Uni ; 1 300 dans les autres sites Airbus dans le monde). Malgré les 15 milliards promis à la filière aéronautique, le PDG Faury justifie ce coup de hache sur les effectifs en affirmant : « il est essentiel de retrouver rapidement notre équilibre industriel et financier afin de pouvoir répondre à ce qui va se passer ensuite ». En clair : pour préserver les profits actuels et futurs des actionnaires, c’est aux travailleurs qu’ils veulent faire payer la note.

Le gouvernement estime le nombre de suppressions d’emploi… « excessif ». On va sans doute assister à une négociation bidon pour réduire le nombre des victimes. Mais quelle que soit l’issue de ces marchandages, c’est une déclaration de guerre aux travailleurs. Ceux-ci ne doivent compter que sur eux-mêmes et leur mobilisation collective pour s’y opposer, sans espérer quoi que ce soit du baratin gouvernemental ou des « négociations » à venir.

Cette nouvelle attaque à venir, fait suite à celles subies par les travailleurs de la sous-traitance. Cette attaque concerne donc les dizaines de milliers de travailleurs de l’aéronautique, qui n’ont que leur travail pour vivre. Ils n’ont pas d’autre choix que de se défendre, en saisissant toutes les occasions de s’organiser avec une revendication commune : répartition  du travail entre tous, que l’on soit chez Airbus ou chez les sous-traitants et y compris les intérimaires, et prendre sur les profits accumulés depuis des années pour payer tous les salaires et garantir les emplois.

Les dernières brèves