Liebherr Aerospace - Toulouse :  Un actionnaire toujours à l’attaque contre les travailleurs

Echo d'entreprise
25/03/2020

Cette entreprise qui fabrique des composants et des systèmes pour l'industrie aéronautique et ferroviaire emploie 1500 personnes sur la région toulousaine. L’actionnaire a passé une bonne année 2019 : une fois les investissements, les provisions et le versement de la participation réalisés, les bénéfices nets devraient s’élever à plus de 87 millions d’euros. Cela ferait pour les 1500 salariés plus de 58 000 euros par personne. Mais pas question de laisser la concurrence prendre des parts de marché lorsque la période actuelle de baisse d’activité sera derrière nous. Alors, si l’usine a été arrêtée quelque temps, il question qu’elle reprenne dès jeudi 26, à l’exemple d’un de ses donneurs d’ordre Airbus.

Les chefs cherchent des « volontaires » pour travailler en équipe avec le quart de l’effectif. Pour les conditions du chômage partiel ou les prises obligatoires de congés, c’est encore à l’étude, mais soyons sûr que ça ne coûtera rien au patron, contrairement aux travailleurs. Quant aux conditions de sécurité dans cette période d’épidémie, elles sont loin d’être convaincantes pour les travailleuses et les travailleurs : les « volontaires » ne se bousculent pas.

L’actionnaire qui a les poches pleines pourrait payer à 100% ses salariés confinés. Mais il ne faut pas rêver : si dans ses discours il joue au philanthrope, lorsqu’il a été question d’augmentations de salaire lors des négociations en février, le philanthrope a montré qu’il avait une banque à la place du cerveau. Cela a d’ailleurs entraîné des débrayages pendant plusieurs jours.

Alors, virus ou pas virus, sa préoccupation reste celle d’un capitaliste prêt à prendre le risque de sacrifier la santé des salariés.