Foix - Ariège

Non à l'expulsion de l'UL CGT

Brève
05/11/2019

Depuis plusieurs années le maire PS de Foix s'acharne pour récupérer les locaux de l'UL CGT.

Malgré la mobilisation des travailleurs et plusieurs procès, appels et recours, le maire a fini par obtenir un arrêté d'expulsion.

Lundi matin huissiers et policiers ont fait procéder au déménagement des locaux, sans avertir la CGT. Mais vite alertés, des militants se sont retrouvés devant leur UL.

Les attaques contre les UL et les bourses du travail font partie de toutes les attaques contre le monde du travail. Mais cela n'empêchera pas que la mobilisation des travailleurs se poursuive pour inverser les choses et faire ravaler leur arrogance aux patrons comme à leurs larbins.

Toulouse

Hôpital Joseph Ducuing : Grève aux Urgences

Brève
05/11/2019

Depuis le 7 octobre le personnel, médical et paramédical, des urgences de l'hôpital Joseph Ducuing est mobilisé contre le manque de personnel. Malgré une augmentation de l'activité de 13 % deux années consécutives, l'effectif est le même depuis douze ans. La nuit une seule infirmière doit s'occuper du secrétariat, du brancardage, de la distribution des repas, du ménage, des sorties, et bien sûr des soins. Il n'y a également qu'un seul médecin.

Les grévistes réclament essentiellement la création d'un poste d'aide-soignant la nuit et un médecin supplémentaire en soirée. Jusqu'à présent seuls les cas graves étaient pris en charge et depuis le 2 novembre le service est totalement fermé, la direction ayant décidé de diminuer le nombre d'assignations.

Jeudi 7 novembre une journée de grève générale est prévue afin de mobiliser l'ensemble des collègues.

RIKJ ZVAN Aramon (Gard)

Charité bien ordonnée commence par soi-même.

Brève
23/10/2019

Courir contre le cancer, mais d'abord respecter la sécurité des travailleurs.

En même temps qu’elle organise une course pour lutter contre le cancer du sein, la direction de l’entreprise de semences RIKJ ZVAN continue à laisser ses travailleurs en contact avec les pires produits chimiques.

Les ouvrières et les ouvriers travaillent dans les champs sans protection quand des pesticides cancérigènes sont appliqués dans la parcelle voisine. Ceux-ci sont aussi souvent victimes de troubles pour avoir manipulé des produits dangereux. Ils sont aussi amenés à entrer dans les serres bien avant que tout soit ventilé.

Lancer des courses pour lutter contre le cancer, encore faut-il bien traiter ses propres employés et respecter les règles élémentaires de sécurité afin de ne pas exposer ses travailleurs aux produits particulièrement dangereux et cancérigènes.

Toulouse

Les places à l’ombre sont chères

Brève
23/10/2019

Cet été à Toulouse, il a fait vraiment très chaud. Alors la municipalité de Toulouse a trouvé « la solution », verte et high-tech à la fois : la canopée urbaine. Elle a fait installer par une start-up trois corolles en fibre de verre de six mètres de haut, connectées pour arroser les plantes qui doivent pousser dessus.

Quant à la facture, ce sera 10 000 euros pièce.

La municipalité de Toulouse qui proclame se préoccuper de la qualité de vie des toulousains (du centre ville) a trouvé le financement pour ce gadget écolo-numérique en or qui devrait ombrager rues et trottoirs. Mais pour ceux justement qui n’ont que la rue comme logement, elle n’a pas de moyens. Elle ose même les verbaliser en s’appuyant sur son « arrêté anti-bivouac ». La qualité de vie des pauvres ce n’est pas son problème.

Toulouse Blagnac

Alyzia : grève à l'aéroport

Brève
14/10/2019

Dimanche 13 octobre, les travailleurs d'Alyzia, sous-traitants des compagnies aériennes, se sont massivement mis en grève et ont défilé dans l'aéroport de Toulouse Blagnac.

Il y a deux ans, à la suite d'un appel d'offres, la centaine de travailleurs a été transférée d'une autre société à Alyzia qui fait partie du groupe Atalian-3S. A la suite de ce transfert, ils ont perdu entre 200 et 300 euros par mois. C'est ce qui a provoqué leur colère. La loi Diard impose aux travailleurs de l'aérien de se déclarer gréviste 48 h à l'avance. Le patron a profité de ce délai pour faire venir du personnel des aéroports de Paris, Nantes et Bordeaux. Mais cela n'a pas entamé le moral des grévistes qui sont bien décidés à ne pas en rester là.