Haute-Garonne

Grève au bureau de poste de Castanet

Brève
11/04/2019

Depuis mardi 9 avril, les facteurs du bureaux de poste de Castanet (en banlieue toulousaine) sont en grève. Le bureau compte 14 tournées et il y a 10 à 11 grévistes selon les jours.

Après les facteurs d’autres bureaux de poste, ils protestent eux aussi contre une nouvelle réorganisation où la Poste veut mettre en place la “tournée à la sacoche”, c’est-à-dire la division du tri du courrier et de sa distribution en équipes séparées.

Dans le bureau d’à côté, à Labège, il y aurait le service de tri préparatoire et les facteurs de Castanet, qui ne feraient plus que de la distribution, déménageraient dans un hangar au bout de la ville. Il n’y aurait plus que 9 tournées de 9h à 17h tous les jours même le samedi (cinq samedis travaillés sur six).

Les facteurs ont bien raison de se battre contre les suppressions d’emplois et la dégradation de leurs conditions de travail que voudrait imposer la Poste.

Toulouse

Le MEDEF en redemande à un gouvernement aux petits soins

Brève
11/04/2019

Venu à Toulouse pour participer à une tribune du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux, son président , participe à sa manière au « grand débat », en traçant les grandes lignes de la feuille de route qu’il assigne à Macron et son gouvernement.

Baisse des impôts de 23 milliards pour les 28,5 millions de « ménages » et surtout autant pour les 3,8 millions d’entreprises, parmi lesquelles 287 grandes entreprises pèsent à elles seules 30% des emplois. Autant dire qu’il s’agit principalement d’un nouveau cadeau pour les plus riches qui viendra s’ajouter à la suppression de l’ISF, à la baisse de l’impôt sur les sociétés et aux 40 milliards de CICE déjà versés, prétendument pour embaucher.

Mais l’appétit patronal ne s’arrête pas là : il convient également de continuer de saigner les services publics utiles à la population en augmentant leur « productivité », comprenez continuer à supprimer des emplois et en conséquence augmenter le temps de travail de ceux qui restent.

Pour couronner le tout, le report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans.

Ces « doléances » -là, le grand patronat n’a pas besoin de descendre dans la rue pour les faire entendre et les voir satisfaites, il a un gouvernement fait tout exprès pour ça.

Toulouse

5 000 SDF dans une ville riche d’un pays riche

Brève
04/04/2019

Selon un comptage effectué en mars 2019 par le SIAO (équivalent du 115), Médecins du Monde, les Restos du Cœur, la Croix Rouge et la Ville de Toulouse, c’est quelque 5 000 personnes qui vivent à Toulouse en situation précaire d’hébergement, autrement dit des SDF.

C’est à titre de comparaison l’équivalent de la population de la commune de Fenouillet, en banlieue toulousaine.

Toulouse est une ville riche. C'est dans son agglomération que se trouvent les usines d'Airbus dont le PDG, Tom Enders, va partir avec un parachute doré de 36,8 millions d’Euros. Alors qu'elle sait assurer les fortunes d'une minorité d'exploiteurs, la société capitaliste est incapable ne serait-ce que de fournir un logement décent aux plus pauvres qui doivent survivre dans la rue, dans des squats ou hébergés dans des gymnases. Une raison de plus de la renverser.

Toulouse

Expulsions locatives : les plus pauvres sacrifiés sur l’hôtel du profit

Brève
31/03/2019

Le collectif « Y’a pas d’arrangement » et quelques gilets jaunes ont occupé l’entrée de l’hôtel de luxe Crowne Plaza, place du Capitole, ce samedi 30 mars. Dans ce lieu réservé à loger les plus riches, ils entendaient protester contre la fin de la trêve hivernale, qui, à partir de lundi, va relancer les expulsions locatives et mettre fin aux dispositifs hivernaux de logement d’urgence.

Avec 23 000 logements vides et 240 000m2 de bureaux inoccupés à Toulouse, il serait pourtant possible de ne pas laisser des centaines de personnes à la rue ! Et cela, il faudra l'imposer aux gros propriétaires, aux banques, ou autres promoteurs. Comme il faudra imposer que dans ce pays que l'on dit riche, chacun ait un emploi, un salaire ou une pension qui permettent de vivre décemment et... de se loger.

Toulouse

Dans le portefeuille de PROSEGUR, il y a des cactus !

Brève
29/03/2019

Mardi 26 mars, dans le cadre d’un mouvement national, des agents de sécurité, des hôtesses d’accueil, des pompiers de la société Proségur qui assure la sécurité sur la plupart des sites Airbus ont fait grève. Durant toute la journée, au rond-point la Crabe, ils ont distribué des tracts informant de leurs revendications ceux qui entraient.

Ils revendiquent une augmentation de tous les salaires de 5 %, une prime « gilets jaunes » de 200 euros net, le paiement des heures supplémentaires au mois, des vacations journalières de 5h minimum.

Le groupe Proségur est un groupe espagnol, parmi les leaders mondiaux du secteur de la sécurité privée. La présidente est une femme d’affaire espagnole dont la fortune estimée à 2,2 milliards de dollars fait d’elle la 1 067ième milliardaire du monde. Alors, oui, ils doivent pouvoir obtenir satisfaction.