Toulouse

8 mars : journée internationale de lutte pour les droits des femmes

Brève
07/03/2019

La lutte pour l’égalité entre femmes et hommes fait partie du combat pour l’émancipation de l’humanité tout entière, c’est un des fondements du programme socialiste. C’est à l’initiative de Clara Zetkin qu’en 1910 la IIème Internationale fit du 8 mars une journée de lutte pour le droit des femmes, pour le droit de vote bien sûr mais aussi pour l’accès au travail avec des salaires égaux à ceux des hommes. C’est la révolte des femmes des quartiers populaires de Petrograd qui déclencha le 8 mars 1917 (23 février dans le calendrier en vigueur alors en Russie) la révolution qui allait provoquer la chute du tsar. C’est l’Union soviétique révolutionnaire qui officialisa cette journée à l’échelle internationale.

Le combat contre l’oppression des femmes est toujours autant à l’ordre du jour. Le sort intolérable qu’engendre le simple maintien du capitalisme à la moitié féminine de l’humanité suffit à montrer l’urgence d’en finir définitivement avec ce système.

À Toulouse, le rassemblement aura lieu place du Capitole à 14h.

CHU TOULOUSE

Grève aux Urgences

Brève
06/03/2019

Mardi 5 mars, les salariés des Urgences de Purpan ont manifesté une nouvelle fois, devant l'Agence Régionale de Santé (ARS). Ils réclament un poste d'aide-soignant et deux d'infirmier.

Aux Urgences psychiatriques, la situation est particulièrement tendue, avec des patients en souffrance de plus en plus nombreux, ce qui engendre stress et risques pour les malades et les soignants. Les patients ne devraient pas rester plus de 72h mais par manque de structures pour les accueillir, ils restent parfois une à deux semaines sans pouvoir sortir. Récemment, deux déclarations de danger grave et imminent ont été déposées, suite à des départs de feu.

A l'ARS, les grévistes ont d'abord été accueillis par quelques jets de gaz lacrymogènes, avant qu'une délégation ne soit reçue. Mais direction et ARS ne veulent rien lâcher alors le mouvement continue.

Toulouse

Immeuble incendié, toujours la galère pour les sinistrés

Brève
04/03/2019

Deux mois après l’incendie qui a ravagé leur immeuble dans la nuit du 10 au 11 janvier 2019, rue Bayard, des familles locataires sinistrées se sont mobilisées jeudi 28 février, avec l’Association Droit Au Logement, pour exprimer leur colère de n’avoir toujours pas obtenu de vrai logement. Sur les 72 habitants évacués, 50 sont hébergés dans un gymnase, d’autres chez des amis. Du provisoire qui dure déjà depuis trop longtemps.

Quant à la Mairie, la Préfecture ou la SOGEM, syndic de l’immeuble détruit, tout le monde se rejette la responsabilité du relogement. C’est pourtant à Toulouse en 2017 que Macron, accueilli chaleureusement par le maire, la présidente de la région et le président du conseil départemental, avait lancé son plan « logement d’abord » promettant « la mise en œuvre accélérée » de solutions d’urgence pour le logement.

La seule chose que ces gens-là savent accélérer, ce sont les promesses électorales. Les sinistrés, eux, ont tout perdu et ne peuvent compter que sur leur détermination.

Toulouse

Les nounous en gilets roses contre la réforme de l’allocation chômage

Brève
04/03/2019

Depuis fin novembre les assistantes maternelles, vêtues de gilets roses, profitent des manifestations des gilets jaunes pour afficher leur colère.

Quand elles perdent un contrat, les "nounous" peuvent bénéficier d'un dispositif de l’allocation-chômage (l’ARE) le temps de trouver un nouvel enfant à garder. Mais une réforme du gouvernement prévoit que ces allocations diminuent. Un tiers des assistantes maternelles en moyenne perçoivent une compensation. Sa perte peut engendrer des baisses de revenu de plusieurs centaines d’euros.

Le maintien des conditions d’indemnisation chômage est donc essentiel pour elles, alors qu’elles ne touchent que de très bas salaires. Elles prévoient de se rassembler de nouveau le 9 mars sur les allées Jean Jaurès à Toulouse.

CHU Toulouse

Des hospitaliers sur le pont

Brève
28/02/2019

Comme jeudi dernier, des hospitaliers, personnels des Urgences, générales et psychiatriques, ambulanciers, sont venus manifester sous les fenêtres de la direction à l'Hôtel-Dieu jeudi 28 février pour dénoncer le sous-effectif qui sévit dans de nombreux services. Ils réclament des postes supplémentaires, le respect des congés annuels et la titularisation des nombreux CDD.

Après avoir filtré la circulation sur le Pont Neuf, ils l'ont bloquée complètement avant d'être délogés par la police. Mais ils sont bien décidés à se faire entendre de la direction et de l'Agence Régionale de Santé et de nouvelles actions ont été programmées.