Un communiqué de Richard Blanco :  Montauban : coup de force de la municipalité contre les syndicats

Communiqué
20/05/2019

Depuis jeudi 16 mai au soir, et sans informer les syndicats et associations, la mairie a décidé de changer la serrure de l’unique porte d’entrée de la maison du peuple de Montauban sans remettre de double à ces occupants. Celle-ci n’est plus accessible et de ce fait ne permet plus aux syndicats d’avoir accès à leurs locaux et matériels.

Le prétexte invoqués par la mairie… c’est la rénovation de ce lieu décidée du jour au lendemain et cela sans en informer les occupants.

Derrière cette volonté subite de rénovation, il y a en réalité la volonté de sanctionner le soutien des organisations syndicales et politiques à l’action menée par Réseau Education Sans Frontières (RESF) pour mettre à l’abris des familles mises à la rue par décision du préfet. La Maire LR, Mme BAREGES a fait intervenir huissier et assigné des militants devant les tribunaux pour exiger la fin de l’occupation du RDC. L’action engagée par RESF ayant porté ses fruits, il a été décidé de libérer le rez-de-chaussée dès jeudi 16 mai. Mais pour Mme BAREGE, ce fut l’occasion d’une petite vengeance en sortant de son chapeau ce projet de « rénovation », qui interdit de fait l’occupation des locaux de la maison du peuple aux syndicats.

En procédant de la sorte, elle avance dans son projet de récupérer des locaux qu’elle voudrait voir occuper pour des activités commerciales. Et surtout, elle fait un coup politique à destination d’une partie de son électorat pour briguer de nouveau la mairie.

Le lundi 20 mai 2019, les militants politiques et syndicaux et notamment ceux de la CGT ont décidé de s’installer devant l’entrée de la maison du peuple qui est gardée par la police. Ce lundi 20 mai à 18 h dans le cadre du conseil municipal un rassemblement est organisé devant la mairie. Lutte Ouvrière appelle à soutenir ces actions mais aussi celles à venir pour exiger que la Mairie remette un double des clés aux occupants de la maison du peuple.

Pour Lutte Ouvrière / Richard BLANCO