Hôpital de Brive la Gaillarde

Prime avalée par le COVID

Brève
07/12/2020

A l’hôpital de Brive la Gaillarde 34 agents ont été contaminés par la COVID lors de la première vague et 90 pour la deuxième.

Ces agents hospitaliers ont découvert fin novembre que leur prime annuelle de service était amputée de leurs jours d’absence pour l’arrêt maladie COVID. Elle est diminuée parfois jusqu'à être réduite à ...0... alors même que la plupart ont été contaminés en service ! La direction prétend sans état d'âme appliquer les dernières directives du 12 novembre 2020.

Le ministre de la santé, Olivier Véran, avait pourtant parlé de possible reconnaissance de maladie professionnelle...

Limoges

Contre les violences policières : encore plus nombreux !

Brève
29/11/2020

Les manifestations de samedi dernier contre la loi sécurité globale et les violences policières ont été un succès.

A Limoges, où c'était la deuxième manifestation, il y a eu trois fois plus de monde que samedi 21 novembre ! C'est un véritablement encouragement pour tous ceux qui refusent les mesures autoritaires du gouvernement et les exactions commises par des policiers racistes.

Le gouvernement voudrait que sa police puisse sévir dans l'ombre et impunément, hé bien c'est raté ! Une nouvelle manifestation est prévue samedi 5 décembre. Lutte Ouvrière s'y associe évidemment.

Limoges

Rassemblement contre la loi Sécurité Globale

Brève
23/11/2020

Ce sont 500 manifestants qui se sont rassemblés devant le préfecture de Limoges samedi 21 novembre, pour protester contre la loi Sécurité Globale.

Il y avait bien sûr des journalistes avec en particulier une banderolle FR3, mais aussi des militants de diverses entreprises comme ceux de chez Legrand, des enseignants, des hospitaliers... Ils étaient là pour exprimer leur volonté de ne pas se laisser baillonner, dans la rue comme au travail.

Certains manifestants arboraient un bandeau sur l'oeil, pour rappeler qu'avant l'instauration de la loi d'urgence sanitaire, les gilets jaunes ont déjà fait durement les frais de l'aggravation de la répression contre tous ceux qui protestent !

Tous dénonçaient l'utilisation par le gouvernement du contexte sanitaire pour serrer un peu plus la vis. Au delà du renforcement de l 'impunité des forces de l'ordre en cachant les violences policières, cette loi vise à continuer la mise au pas de la population commencée déjà avant la pandémie.

ARS Nouvelle Aquitaine

La voix de son maître

Brève
17/11/2020

Mouvement au CHU en... février 2014 !

Dimanche dernier lors de l'émission dimanche en politique sur France 3 régionale, un débat a eu lieu sur la situation des hôpitaux de la région. Une militante syndicale du CHU de Limoges y est intervenue et a dénoncé la situation des hôpitaux avant le Covid avec notamment les ravages dus à l'application de la "rentabilité" à l'hôpital avec l'application de la T2A, les fermetures de lits, d'hôpitaux de proximité, la baisse des effectifs soignants. Ce sont en effet les attaques et les économies sur la santé durant les décennies qui ont précédé qui ont fait de cette épidémie une catastrophe sanitaire. Elle a aussi remis les pendules à l'heure en ce qui concerne le fameux "Ségur" : les hôpitaux n'ont pas été "réarmés" et les augmentations de salaires loin du compte. A cela, le directeur de l'ARS Nouvelle Aquitaine n'a fait que répondre des platitudes "bien-sûr on peut toujours mieux faire " et il s'est défaussé en parlant des nécessités de la situation économique...

Limousin

Protocole sanitaire : les personnels des collèges disent « ca suffit » !

Brève
11/11/2020

Mercredi 10 novembre, c’était jour de grève dans l’Education nationale. C’est dans les collèges que l’on a compté le plus de grévistes parmi les enseignants, AESH et vie scolaire, parfois 90 % comme à Renoir, Isle ou Lubersac. Le collège d’Uzerche a même fermé, 90 % des agents étant eux aussi en grève.

Tous ceux qui s’étaient rassemblés devant le rectorat faisaient le même constat : on ne peut pas continuer à faire cours dans des classes surchargées, à voir les élèves entassés sans distanciation au moment d’aller au self ou dans les couloirs. Les agents ne peuvent pas continuer à faire chacun le double de travail sans que cela soit suffisant pour que tous les locaux soient nettoyés autant qu’il faudrait.
Oui, il faut que les écoles, collèges et lycées restent ouverts et ce serait tout à fait possible. Ce ne sont pas les idées qui manquent pour voir comment on pourrait réorganiser les établissements.

Le seul frein est l’incurie du ministre Blanquer et surtout son refus d’embaucher massivement pour assurer les dédoublements des classes et le nettoyage des locaux.

Mais les personnels de l’Education ne sont pas disposés à le laisser sacrifier l’éducation des jeunes.