Limoges

Jeudi noir au CHU

Brève
14/11/2019

A l'appel du collectif inter-hôpitaux et de tous les syndicats, tandis qu'une centaine d'entre eux participaient à la manifestation de Paris, plusieurs centaines d'hospitaliers se sont rassemblés devant l'entrée de l'hôpital Dupuytren 1.

Ils ont ensuite manifesté devant les locaux directoriaux, puis devant le nouvel hôpital Dupuytren 2 et l'hôpital mère-enfant. Avec ceux du CHU étaient présents également les salariés de l'hôpital psychiatrique Esquirol.

Mais ce qui était marquant et nouveau , c'était la présence d'une centaine de médecins dont certains "pontes" n'ayant jamais fait grève ni manifesté de leur vie. Oui, vraiment, Macron et sa ministre de la santé ont réussi l'exploit de mettre tout le monde d'accord contre eux !

Tous, médecins, ouvriers, infirmiers, aides-soignants ou agents d'entretien réclamaient "plus de moyens pour mieux soigner" et comme l'a déclaré un médecin à la sono : le gouvernement ne va pas débloquer le milliard nécessaire après cette seule journée, alors le mouvement ne fait que commencer !

Tulle (Corrèze)

Une postière trop sympa

Brève
14/11/2019

Devant la direction courrier le 6 octobre

Pour avoir signé elle-même une prise en charge de colis afin de rendre service à une personne âgée et avec son aval, Sylvie, factrice à Tulle et âgée de 59 ans était mise à pied le 4 octobre par sa hiérarchie.

La direction de La Poste y a vu un « comportement qui entache la confiance que les clients accordent aux facteurs », tout l'inverse de la réalité. Devant le conseil de discipline, elle a été accusé « d'avoir dérogé à sa mission et à sa prestation de serment ». er mise à pied pendant un mois sans salaire. Ses 27 ans d'ancienneté n'y ont rien fait !

Une pétition locale a déjà été signée par 7 500 personnes pour la soutenir. Cette injustice ne passera pas inaperçue

Brive la Gaillarde

Gare morte contre les suppressions d'emploi !

Brève
28/10/2019

Dimanche 27 octobre les cheminots de la gare de Brive ont fait une opération « Gare morte » pour dire non aux suppressions de postes et aux changements d’horaires annoncés par leur direction.

2 guichets sur 4 devraient fermer ce qui veut dire 4 postes en moins, et moins d’heures d’ouverture pour les usagers.A la manœuvre 4 postes devraient aussi être supprimés.

Rien ne justifie ces suppressions de poste qui représente environ 20 % de l’effectif. Il n’y a pas trop de cheminots bien au contraire !

Limousin

Non aux suppressions d’agents dans les lycées !

Brève
26/10/2019

Le lycée Suzanne Valadon à Limoges

La Région prépare la rentrée prochaine et annonce la suppression de 13 postes des agents qui assurent l’accueil, le ménage, ou la restauration dans les lycées du Limousin au prétexte d’une nouvelle répartition des moyens dont elle dispose. Mais où est-ce que les m2 à nettoyer vont diminuer ? Où est-ce qu’il y aura moins de repas à préparer ? Nulle part bien sûr. Ils peuvent dire ce qu’il veulent, le seul objectif de la Région est comme celui de tous les patrons : augmenter la productivité, faire travailler plus avec moins de monde !

Limousin

Juste colère à la SNCF

Brève
18/10/2019

Un TER à Limoges

Comme dans tous le pays, presqu’aucun TER ne circulait en Limousin ce vendredi. Les conducteurs et contrôleurs exerçaient leur droit de retrait après l’accident sur un passage à niveau de Champagne Ardennes qui a de nouveau montré le danger de faire rouler les TER avec le seul conducteur à bord.

Djebarri, secrétaire d’Etat au transport, accuse les cheminots de faire une « grève surprise hors du cadre légal ». Mais il a dû reconnaître une situation dangereuse. Les équipements de sécurité ont été détruits par l’accident. Le conducteur blessé, a dû arpenter les voies pour prévenir un sur-accident avec un autre train qui arrivait. Quant aux voyageurs, dont 11 d’entre eux blessés, ils étaient seuls.

La SNCF est en train de généraliser la conduite « à agent seul », laissant le conducteur seul agent sur de longues distances, parfois sans moyen de communication. En Limousin Périgord, certains jours, plus de 15 TER circulent ainsi.

C’est ce que ne veulent pas les cheminots.