Limousin

Les hôpitaux otages des financiers

Brève
03/11/2011

Depuis le début des années 2000, dans le cadre du plan « hôpital 2007 », les hôpitaux ont été contraints d'emprunter à la banque Dexia qui a remplacé les organismes publics qui les finançaient auparavant. Celle-ci leur a vendu des « emprunts toxiques », c'est-à-dire comme dans le cas des subprimes américains, avec des taux attractifs au départ mais progressifs sans limitation de plafond et pouvant déraper parfois jusqu'à 20%.

Des hôpitaux de la région sont concernés, comme le petit l'hôpital de Saint Junien pour presque 3 millions d'euros. L'hôpital de Guéret est impacté à la même hauteur que le CHU de Limoges pour plus d'1 million. Le modeste hôpital local de Tulle, lui, en a pour 5 millions et demi. Le « surcoût » engendré par ces taux d'intérêts usuraire atteint plus de 25 % du total pour cet hôpital !

Au total les emprunts des hôpitaux limousins dépassent les 11 millions d'euros avec 11% de surcoût.

Il est bien évident que ces emprunts usuraires imposés aux hôpitaux, qui seraient nationalement de 500 millions d'euros, pèsent lourd dans leur déséquilibre budgétaire. Mais cela, on l'a caché au personnel et aux usagers des hôpitaux auxquels l'Etat impose des cures d'austérité à coup de suppressions de postes, de lits et de services.

Brive la Gaillarde (Corrèze)

Des centaines de travailleurs d’Anovo menacés de licenciements par un requin de la finance

Brève
29/10/2011

En redressement judiciaire depuis juillet, le groupe Anovo (6000 travailleurs dans le monde dont 1100 en France et 375 à Brive) va être racheté par le fond d'investissement Butler auquel le tribunal de Beauvais a donné la préférence devant le groupe Regernesis.

Butler, spécialiste du rachat d'entreprises en difficulté qu'il revend rapidement après y avoir fait son miel et qui a investi dans le PSG, annonce d'ores et déjà 1000 suppressions d'emplois dont 300 en France et 150 à Brive.

Lundi, lors d'une réunion publique à l'initiative des syndicats d'Anovo, le député maire socialiste de Brive et les élus locaux promettaient de l'argent pour un « repreneur sérieux » qui garderait 300 salariés à Brive tandis que le responsable local des patrons de la métallurgie se faisait fort de trouver du travail aux futurs licenciés. Pour tous ces messieurs que des travailleurs soient licenciés, cela va de soi !

Les élus locaux de gauche ont déjà arrosé Anovo de plusieurs centaines de milliers d'Euros sans demander ce qu'ils sont devenus et ils sont prêts à recommencer avec Butler. Quant aux promesses du patronat, elles n'engagent que ceux qui y croiraient. Les travailleurs d'Anovo n'ont rien à attendre de tous ces gens-là !

Les patrons d'Anovo ont prétendu, après une augmentation du chiffre d'affaires du groupe pendant le premier semestre 2011, avoir une dette de 9 millions d'euros qui expliquerait la mise en vente du groupe. Leur soit disant dette, ils sont en train de s'en débarrasser mais par contre les travailleurs d'Anovo laissés sur le carreau risquent bien, eux, de s'y enfoncer dans les dettes et personne ne les paiera à leur place !

Alors, il n'y a aucune raison d'accepter ces licenciements !

Limoges (Haute Vienne)

L’intendance suivra… s’ils crient fort !

Brève
27/10/2011

A la rentrée, les 650 étudiants infirmiers, assistants sociaux et Kinés de l'institut de la Croix Rouge, répartis dans trois écoles du centre ville jusque là, ont aménagé ensemble dans des locaux neufs sur la zone industrielle de Romanet au Sud de Limoges : une école au milieu de nulle part, sans parking, dans une zone à peine aménagée pour les piétons alors que les étudiants doivent se garer sur un parking « relais », à plus de 20 minutes à pied de leur cours et sans bus aux horaires de leur cours.

Et cerise sur le gâteau, l'école ne dispose d'aucun moyen de restauration !

On voudrait décourager ces jeunes d'étudier que l'on ne s'y prendrait pas mieux. Ils ont décidé d'interpeller la presse et les collectivités publiques et ils ont raison !

Limousin

Hausse incessante du chômage : interdiction des licenciements et répartition du travail !

Brève
27/10/2011

Avec une hausse de 1,3 % en septembre, le Limousin compte 26787 chômeurs. Sur ce mois le nombre des demandeurs d'emplois a augmenté cette fois dans les 3 départements : +0,6 en Corrèze, +0, 8 en Creuse et 1,8 en Haute Vienne où la progression est la plus forte.

Les jeunes de la région, diplômés ou pas, ont d'énormes difficultés pour trouver un emploi, même précaire. Et on ne compte plus les entreprises de la région qui préparent des plans de licenciements. Mais on ne compte plus non plus les entreprises où le patronat fait faire des heures supplémentaires : c'est le cas de Renault trucks pour qui se développent de nouveaux marchés ou encore de l'entreprise de distribution d'achats sur internet Chronodrive dont les affaires marchent très bien !

Alors il est temps d'interdire les licenciements et de répartir le travail, qui existe bel et bien, entre tous les bras disponibles.

Limoges (Haute Vienne)

Les travailleurs sociaux encore une fois dans la rue

Brève
24/10/2011

Pour la troisième fois depuis le début du mois d'octobre, les travailleurs sociaux et médico-sociaux ont manifesté samedi dernier dans les rues de Limoges. Réunis dans le collectif « Riposte » qui regroupe tous les travailleurs sociaux quel que soit leur secteur (associatif, privé ou public) et de toutes les conventions collectives, ils dénoncent des restrictions de budget catastrophiques et, avec la remise en cause de certaines conventions collectives, une dégradation de leurs conditions de travail.

Ces travailleurs sociaux ne peuvent plus faire correctement leur travail et remplir leurs missions d'accueil, d'aide, d'encadrement de personnes en grande difficultés et notamment une majorité de jeunes !