Tulle (Corrèze)

Hollande se prépare à imposer la rigueur, c’est lui qui le dit !

Brève
05/12/2011

Le Conseil Général de la Corrèze, pour bénéficier d'une subvention étatique aux départements les plus en difficultés, s'apprête à appliquer un plan d'économies comportant notamment la suppression de la gratuité des transports scolaires, d'une prime d'aide à la garde d'enfants pour les ménages imposables(et bien des ménages modestes le sont), l'examen au cas par cas du remplacement des départs en retraite des agents territoriaux, tout cela assorti d'augmentations d'impôts : + 6,5% sur la taxe foncière, augmentation des taxes de transport dans les villes de Brive et Tulle...

Défendant ce plan, tout en mettant en cause le transfert de charges de l'Etat non compensées et la charge de la dette, François Hollande a cru bon de déclarer : « Je vis au niveau de la Corrèze ce que j'aurai peut-être à vivre au niveau de l'Etat. En étant à la tête de ce département, je me suis préparé à gérer les inconséquences de la droite au niveau national »

La crise économique, la dette de l'Etat comme celle des collectivités ne résultent pas « des inconséquences de la droite » comme il voudrait le faire croire en nous refaisant le coup de « l'héritage du passé ». Mais François Hollande justifie par avance qu'il s'apprête à mener contre les travailleurs la même politique que celle de Sarkosy pour que la grande bourgeoisie continue à jouer au casino et à spéculer avec les richesses produites grâce à l'exploitation.

Alors, si Hollande remplace Sarkosy au printemps 2012, c'est à nous qu'il continuera à présenter la facture. Nous devons nous préparer à refuser de payer à la place des banquiers et des actionnaires et à nous défendre becs et ongles pour sauver ce qui est notre vie : nos emplois et nos salaires !

Région Limousin

Nouveaux horaires des TER : on s’attendait au pire, on est servi !

Brève
01/12/2011

La SNCF vient de rendre publics les nouveaux horaires des TER (train express régionaux) appliqués à partir du 11 décembre. Le moins qu'on puisse dire, c'est que le service ne s'est pas amélioré avec des horaires qui ne permettent nulle part d'arriver à l'heure au travail ou à un rendez-vous. Les associations d'usagers appellent à des manifestations samedi 3 décembre pour exiger une arrivée avant 8h à Châteauroux, avant 8h30 à Limoges et avant 9h à Paris.

On peut aussi découvrir des absurdités telles un train reliant Limoges - La Souterraine pour le Limousin, un autre Argenton-Châteauroux pour la région Centre et rien entre La Souterraine et Argenton ! Chaque région fait sa cuisine, pourquoi ne pas rétablir les douanes entre les « provinces » comme sous l'ancien régime ? Devant les protestations, les autorités régionales promettent ...un taxi pour relier les deux villes. Quant à la direction de la SNCF, elle promet « que ça ira mieux en février »

La SNCF communique sans arrêts dans les médias à coup de « nous rénovons 5000 km de ligne ». Mais en réalité ce sont toujours les économies sur le personnel et le matériel qui prévalent et pas du tout les besoins de la population

Limoges (Haute Vienne)

"Sécu" à la dérive

Brève
01/12/2011

A la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de Limoges, il faut parfois attendre 3 heures avant d'être reçu par un conseiller. Les locaux ont été réaménagés récemment mais sur 12 bureaux, 4 à 5 restent inoccupés chaque jour faute de personnel. A Saint Junien, l'effectif est passé de 20 à 6 salariés.

Entre 2003 et 2009, le nombre de suppression de postes à la CPAM dans le pays est de 10.000. 4.000 autres suppressions sont prévues d'ici 2013. A Limoges, cela s'est traduit par 50 postes supprimés tous les 5 ans.

Mais dans le même temps la charge de travail, le nombre d'assurés sociaux se pressant à l'accueil de la « sécu », augmentent, avec l'explosion de la précarité. Le nombre de bénéficiaires de la CMU (couverture médicale universelle, pour les plus démunis) a par exemple augmenté de 15% en un an.

Alors les files s'allongent, la lassitude et l'agacement s'installent des deux côtés du guichet avec de plus en plus souvent des incidents. Pour la direction ce serait « parce que le Limousin accueille toute la misère du monde » et la solution trouvée : un « gestionnaire de file d'attente » flanqué d'un vigile !

Une embauche massive est vraiment nécessaire. Les cerveaux et les bras ne manquent pas dans la société, pour donner aux assurés sociaux les services dont ils ont besoin, et soulager les employés qui tentent d'effectuer correctement leur travail dans des conditions intenables.

Saint Yrieix la Perche (Haute Vienne)

Privé déguisé et soins à deux vitesses

Brève
30/11/2011

Nora Berra, la secrétaire d'Etat à la Santé, a inauguré à Saint Yrieix la Perche, en compagnie du député socialiste Daniel Boisserie, le chantier du prochain « Centre de l'Obésité » destiné à désengorger un peu le même service du CHRU de Limoges.

Ce centre subventionné en grande partie par la caisse des dépôts et consignations, donc par l'argent public, va être géré par la Mutualité du Limousin.

Alors que dans les hôpitaux publics de la région, des lits et des places sont fermés, la Mutualité ouvre de plus en plus de centre de soins comme celui-ci ou des « accueils de jour » pour patients psychiatriques ou personnes âgées dépendantes par exemple.

Mais la Mutualité du Limousin n'est pas un organisme philanthropique, ces services ou centres ne sont pas aux conditions des services publics et les patients ont intérêt à pouvoir se payer une bonne mutuelle !

Saint Yrieix la Perche (Haute Vienne)

Charmantes attentions entre compères

Brève
30/11/2011

Lors de sa visite d'inauguration du chantier du Centre de l'Obésité, le député socialiste de la circonscription, Daniel Boisserie, a offert à Nora Berra des boites de Madeleines « Bijoux », marque la plus prestigieuse de cette spécialité de Saint Yrieix.

L'an dernier, c'est à Jean Louis Debré qu'il avait offert un cadeau : une « Marianne » en porcelaine qui paraît-il trône dans le hall du Conseil Constitutionnel !

De droite ou de gauche, on se doit de bien recevoir, et avec tous les égards qui sont dus à des gens qui, au fond, appartiennent bien tous au même monde.