Limoges

Ouverture des écoles primaires : entre casse-tête et frais supplémentaires pour les familles

Brève
12/05/2020

Ca y est, les écoles sont de nouveau ouvertes. Tant pis si le temps a manqué, si tout paraît précipité. Il faut dire que le ministère a mis le protocole sanitaire (de 54 pages !) à disposition des mairies et personnels des écoles que le 4 mai.

Conséquences : lundi 11, à la veille de la venue des écoliers, les modalités de repas n’étaient pas encore établies… C’est compliqué d’avoir les stocks suffisants de produits spécifiques pour la désinfection… Sans parler du personnel qui va forcément manquer pour assumer un nettoyage régulier des surfaces de contact, etc…

Et pour les familles, il va falloir payer !

Pour les masques d’abord qui, dans les bus, sont fortement conseillés pour les élèves de primaire (d’autant que mettre un élève par rangée ne sera pas toujours possible). Et pour la garderie qui devient payante, afin de «  limiter le nombre d’enfants » dit Vincent Jalby, adjoint au maire en charge des affaires scolaires.

Alors quand Blanquer affirme « qu’il est plus risqué de rester à la maison que d’aller à l’école », il confirme évidemment plus son empressement à garantir la garde des enfants pour que leurs parents puissent retourner travailler qu’une quelconque préoccupation du bien-être et de l’émancipation des enfants et encore moins d’une action sociale envers les plus démunis.

L'égoïsme sans limite de la bourgeoisie

Brève
05/05/2020

"Coronavirus : l'appétit phénoménal des investisseurs pour l'or" titrait le journal économique "Les Echos" cette semaine.

Selon ce journal, dans les premières semaines de la crise sanitaire, le cours de l'once d'or a augmenté de 9%, signe que la demande était forte - pas de la part des joailleries, ni de l'industrie des portables qui sont à l'arrêt partout- de la part des ETF (fonds d'investissement) adossés à l'or !

On le voit la première préoccupation de la grande bourgeoisie qui prospère dans la finance, ce n'est pas de "sauver l'économie" c'est de mettre ses dividendes au chaud !

Limoges (Haute Vienne)

Quand c’est un patron qui le dit …

Brève
28/04/2020

Fabrication d'une chaussure Weston

Tous les jours, les médias parlent des entreprises qui se mettent à fabriquer des masques.

A Limoges, le patron de Weston a déclaré la semaine dernière qu’il est facile d’adapter les machines à piquer le cuir pour fabriquer des masques alternatifs car « "nous avons des artisans de talent qui connaissent parfaitement leurs machines. Le principe, en terme de fonctionnement, est à peu près le même. »

Voilà, en une phrase, un patron qui dit deux vérités. Premièrement, dans l’immédiat, il serait très facile de réorganiser la production pour répondre à l’urgence sanitaire. Deuxièmement, parce que ce sont eux qui font tout, les ouvriers sont les plus aptes à réorganiser l’économie pour satisfaire tous les besoins de la population.

S’en suit une évidence : il est urgent de revendiquer la réquisition des moyens de production.

Saint Junien (Haute Vienne)

Le coronavirus : une aubaine pour le luxe

Brève
26/04/2020

La ganterie de luxe Agnelle basée à Saint Junien s'est lancée dans la fabrication de gants "anti-coronavirus" ! Elle fournit les gants des stars de la planète ou des premières dames comme Carla Bruni, Brigitte Macron et... Mélania Trump. Elle travaille pour les marques comme Dior, Givenchy, Ralph Lauren, Agnès B ou Calvin Klein .

"Lavable, le gant en tissu sera dotée de pastilles tactiles sur l’index et le pouce permettant de naviguer facilement sur les écrans des téléphones ou des tablettes"... "Nous avons fabriqué un prototype de gant très souple, agréable à porter dans une matière très stretch, qui fait une jolie main " ... "Il va falloir apprendre à vivre avec (...) cette sécurité nécessaire tout en conservant notre liberté et en gardant à l'esprit une certaine idée de l’esthétisme"...  Le prix : 45 € !

Il faut dire qu'Agnelle n'a guère de clientes chez les femmes de ménage, les aides à domicile ou les caissières. La marque va donc continuer à fournir sa clientèle aisée qui va pouvoir pianoter sur ses IPod en toute sécurité tout en essayant d'élargir un peu son marché ! 

Celles et ceux qui sont en première ligne continuent eux, à manquer du minimum nécessaire pour se protéger, parce que l'Etat n'a pas réquisitionné des entreprises comme celle de Saint Junien pour les obliger à fabriquer masques, gants et surblouses qui manquent cruellement !

Limoges

La matraque et le mépris !

Brève
23/04/2020

Le quartier du Val de l'Aurence

Au cours d'une interpellation dans le quartier de Beaubreuil mardi soir 21 avril, filmée par des habitants depuis leurs fenêtres, on voit un policier en civil frapper à coups de pied un homme maintenu à terre tandis qu'un autre lance une grenade de désencerclement pour dissuader d'autres habitants de s'approcher. L'IGPN a été saisi...

Cette intervention musclée de la police dans un quartier pauvre où le confinement dans les immeubles est d'autant difficile à supporter que beaucoup ont perdu leurs petits boulots précaires, a provoqué le lendemain une flambée de violence, avec l' incendie de l'antenne de la mairie. Ces incidents se sont étendus à la Cité de La Bastide, autre quartier pauvre de Limoges.

La réponse du préfet : une demie compagnie de CRS à la rescousse . Sur sa page facebook, le maire s'indigne contre la violence de certains habitants du quartier, insinuant que c'est le fait de dealers etc...

Cette situation n'a rien d'original : le confinement transforme ces cités en cocotes minute explosives.
Pour les jeunes, c'est le désoeuvrement aggravé par la fermeture des écoles. Quant à leurs parents, beaucoup font partie de ces « héros du quotidien » qui doivent continuer à prendre les transports et à travailler malgré le confinement, dans les supermarchés, pour s'occuper des personnes, faire les ménages ou ramasser les ordures, le tout pour un salaire de misère.

La matraque et le mépris, les seules réponses du pouvoir, ne feront pas baisser la température.