Limoges

L'Education nationale toujours dans la rue

Brève
10/01/2020

Vue du cortège éducation le 17 décembre

Profs, instits, agents étaient encore très présents dans le cortège. Dans les établissements, personne ne croit aux mensonges de Blanquer, d'autant que les annonces des moyens attribués pour l'an prochain commencent à filtrer. Les économies continuent et sans surprise les moyens seront souvent à la baisse, donnant l'assurance d'une dégradation des conditions de travail et d'apprentissage.

Une soixantaine d'enseignants des écoles, collèges et lycées se sont retrouvés à la maison du peuple pour discuter de la suite du mouvement. Tout le monde était conscient de la nécessité de poursuivre la grève et de préparer la prochaine grève du mardi 14. Il est aussi apparu important de tisser des liens entre primaire et secondaire, de connaître chaque action que ferait les uns ou les autres et de se retrouver tous ensemble après chaque manifestation.

Et rendez-vous a été donné Samedi pour se retrouver le plus nombreux possible.

Limoges

Contre la réforme des retraites, pas de trêve de Noël !

Brève
24/12/2019

Dans la manif du 19 décembre

Ce mardi 24 décembre plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés devant la préfecture où ils ont déposés leurs "colis de Noël" de refus de la réforme, aux pieds des policiers qui gardaient les entrées, avant de défiler dans le centre ville.

Cette manifestation faisait suite à celles du mardi 17 décembre et du jeudi 19 qui ont rassemblé plusieurs milliers de manifestants chaque fois et à celle du samedi 21 avec un cortège de plusieurs centaines de participants. A chaque manifestation se mêlent cheminots en grève reconductible avec leur torches rouges, enseignants, travailleurs de l'EDF, des hôpitaux, de la Polyclinique, de Legrand, Valéo, Madranges, jeunes étudiants et vieux travailleurs en retraite !

Ce mardi matin, les manifestants se sont donnés rendez-vous jeudi 26 devant la Carsat à 15h et samedi 28 à 15h au carrefour Tourny dans le cadre d'une grande journée nationale de manifestations. Oui, à Limoges, comme partout depuis le 5 décembre, le mouvement se porte bien et continue pendant les fêtes !

Arnaque du Cartel des Compotes

Les coups tordus de deux industriels "respectables" !

Brève
23/12/2019

Les deux plus gros fabricants de compotes et de confitures de la région : Andros et Valade ont été épinglés par l'Autorité de la Concurrence pour entente illicite. Entre 2010 et 2014, 7 grosses sociétés européennes du secteur avaient mis en place un véritable cartel maffieux en vue « d 'augmenter le prix des compotes et de coordonner la hausse des prix, se mettre d’accord sur un discours commun justifiant cette hausse, se répartir les volumes et les clients ».

Selon les enquêteurs, il s'agissait d'une organisation secrète extrêmement sophistiquée avec téléphones portables dédiés comme en ont les dealers, rencontres dans des hôtels ou restaurants discrets à Paris et en Province etc...

Valade a été condamné à 2,8 millions d'euros d'amende. Andros , condamné à 14 millions d'euros, a bénéficié d'une réduction de sanction pour avoir perturbé l'entente les deux premières années en se comportant en "Franc tireur" c'est à dire en trahissant ses comparses et en continuant à leur piquer des parts de marché ! Le groupe néerlandais qui a vendu la mèche et dénoncé ses petits copains, a, lui, totalement échappé aux sanctions !!!

Combien leur a rapporté l'augmentation du prix des compotes entre 2010 et 2014 ? Surement beaucoup plus que les amendes qui sanctionnent le préjudice à leurs concurrents capitalistes, mais pas l'arnaque éhontée dont ont été victimes les consommateurs !

Le 17 décembre, tous en grève et en manifestation !

Brève
14/12/2019

Manif du 5 décembre à Limoges

L'ensemble (pour l'instant) des confédérations syndicales appelle à une nouvelle journée de grève interprofessionnelle et à des manifestations mardi prochain 17 décembre. C'est l'occasion pour tous les travailleurs de rejoindre dans la lutte ceux qui poursuivent la grève depuis le 5 décembre, que ce soit dans les transports publics, dans l'énergie ou encore l'éducation.

L'ampleur de la mobilisation du 5 décembre a obligé le gouvernement à changer de ton et à essayer d'enrober sa contre-réforme dans un flot de discours stéréotypés. Pour le faire vraiment reculer, il faut étendre et amplifier la grève.

Rendez-vous :

A Limoges à 10h30 carrefour Tourny

A Brive, 14h Place de la Guierle

ATulle, 14h, Marché couvert de la gare

 

 

Le 5 décembre à Limoges

Aujourd'hui dans la rue, demain on continue !

Brève
06/12/2019

 Des milliers et des milliers de manifestants à Limoges jeudi 5 décembre, 10.000 ? 20.000 ? En tous cas la queue du cortège a démarré du carrefour Tourny prés de 40 minutes après la tête ! Certains manifestants évoquaient les manifestations de 2010, beaucoup celles de 1995 avec le recul de Juppé !

Cheminots, enseignants, travailleurs de la santé publique et privée, étudiants et lycéens mais aussi des délégations de nombreuses entreprises  privées, Legrand, Madrange, Valéo, Renault Trucks ont crié leur refus de cet énième rackett sur les retraites.

"Levons le poing contre la retraite à points" ont scandé les hospitaliers, joignant le geste à la parole. "Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, on n'en veut pas de cette société là" a été aussi largement repris. Dans tous les cortèges s'est exprimé aussi le ras - le- bol des bas salaires, de la vie chère, du chômage, de la précarité.

Les taux de grévistes circulant sur la manif sont bien supérieurs au taux habituels lors des meilleures journées d'action syndicales : 70% chez les enseignants de l'académie, 40% à l'hôpital de Saint Junien, 60% chez Madrange, 54% dans les services financiers, 70% dans les bibliothèques de Limoges...

Chez beaucoup, il y a la conviction qu'il ne faut pas en rester là et que l'action doit se poursuivre dans les jours qui viennent. Ce vendredi 6 décembre, à l'appel de l'ensemble des syndicats présents le 5, plusieurs centaines de travailleurs se sont retrouvés au Carrefour Tourny à 10h30 pour défiler au Centre Ville, dont certains sur des débrayages comme un groupe de chez Legrand.