Le 5 décembre à Limoges

Aujourd'hui dans la rue, demain on continue !

Brève
06/12/2019

 Des milliers et des milliers de manifestants à Limoges jeudi 5 décembre, 10.000 ? 20.000 ? En tous cas la queue du cortège a démarré du carrefour Tourny prés de 40 minutes après la tête ! Certains manifestants évoquaient les manifestations de 2010, beaucoup celles de 1995 avec le recul de Juppé !

Cheminots, enseignants, travailleurs de la santé publique et privée, étudiants et lycéens mais aussi des délégations de nombreuses entreprises  privées, Legrand, Madrange, Valéo, Renault Trucks ont crié leur refus de cet énième rackett sur les retraites.

"Levons le poing contre la retraite à points" ont scandé les hospitaliers, joignant le geste à la parole. "Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, on n'en veut pas de cette société là" a été aussi largement repris. Dans tous les cortèges s'est exprimé aussi le ras - le- bol des bas salaires, de la vie chère, du chômage, de la précarité.

Les taux de grévistes circulant sur la manif sont bien supérieurs au taux habituels lors des meilleures journées d'action syndicales : 70% chez les enseignants de l'académie, 40% à l'hôpital de Saint Junien, 60% chez Madrange, 54% dans les services financiers, 70% dans les bibliothèques de Limoges...

Chez beaucoup, il y a la conviction qu'il ne faut pas en rester là et que l'action doit se poursuivre dans les jours qui viennent. Ce vendredi 6 décembre, à l'appel de l'ensemble des syndicats présents le 5, plusieurs centaines de travailleurs se sont retrouvés au Carrefour Tourny à 10h30 pour défiler au Centre Ville, dont certains sur des débrayages comme un groupe de chez Legrand.

Brive la Gaillarde

Photonis : une opération financière juteuse avec la peau des travailleurs

Brève
26/11/2019

17 députés macronistes viennent de demander à Edouard Philippe d'intervenir dans la vente de l'usine Photonis et le ministère des affaires étrangères se dit inquiet, non pas de l'incertitude qui pèse sur les travailleurs mais de la menace sur "nos intérêts nationaux" car des sociétés américaines seraient sur les rangs !

Le fond d'investissement Ardian qui a racheté en 2011 l'entreprise Photonis, spécialiste des outils de photo-détection et de vision nocturne a annoncé son intention de la revendre (ainsi que 4 autres entreprises). Ardian a acquis l'entreprise par "LBO", c'est à dire que le groupe financier n'a pas mis un euro sur ses fonds propres mais contracté un emprunt qu'il a fait rembourser entièrement par les profits dégagés par Photonis, c'est à dire avec la peau et la sueur des travailleurs !

En revendant maintenant, Ardian va empocher une coquette plus value sans avoir investi un centime. Il y a au moins un précédent sur la région : la même opération financière avait été réalisée par Wendel investissement sur l'entreprise Legrand au début des années 2000 !

Quel va être l'avenir des 500 travailleurs de Photonis Brive dont 50 ont déjà été remerciés en mars dernier, ainsi que des travailleurs des quatre autres usines ? C'est le cadet des soucis des députés et du gouvernement !

Corrèze

Le train du livre de Brive : un long roman

Brève
22/11/2019

Sous la Halle G.Brassens à Brive

Cette année encore, comme l'an dernier, la SNCF n'a pas pu assurer complètement l'acheminement (en général gastronomique et bien arrosé) des auteurs se rendant à la foire du livre de Brive : la presse s'en est ému !

Pour le cru 2019, à l'aller, deux voitures manquaient sur les dix commandées et il n'y avait pas de train au retour pour cause de travaux !

Quand la misère de la SNCF concerne les vedettes....on en entend parler !

Limoges

Jeudi noir au CHU

Brève
14/11/2019

A l'appel du collectif inter-hôpitaux et de tous les syndicats, tandis qu'une centaine d'entre eux participaient à la manifestation de Paris, plusieurs centaines d'hospitaliers se sont rassemblés devant l'entrée de l'hôpital Dupuytren 1.

Ils ont ensuite manifesté devant les locaux directoriaux, puis devant le nouvel hôpital Dupuytren 2 et l'hôpital mère-enfant. Avec ceux du CHU étaient présents également les salariés de l'hôpital psychiatrique Esquirol.

Mais ce qui était marquant et nouveau , c'était la présence d'une centaine de médecins dont certains "pontes" n'ayant jamais fait grève ni manifesté de leur vie. Oui, vraiment, Macron et sa ministre de la santé ont réussi l'exploit de mettre tout le monde d'accord contre eux !

Tous, médecins, ouvriers, infirmiers, aides-soignants ou agents d'entretien réclamaient "plus de moyens pour mieux soigner" et comme l'a déclaré un médecin à la sono : le gouvernement ne va pas débloquer le milliard nécessaire après cette seule journée, alors le mouvement ne fait que commencer !

Tulle (Corrèze)

Une postière trop sympa

Brève
14/11/2019

Devant la direction courrier le 6 octobre

Pour avoir signé elle-même une prise en charge de colis afin de rendre service à une personne âgée et avec son aval, Sylvie, factrice à Tulle et âgée de 59 ans était mise à pied le 4 octobre par sa hiérarchie.

La direction de La Poste y a vu un « comportement qui entache la confiance que les clients accordent aux facteurs », tout l'inverse de la réalité. Devant le conseil de discipline, elle a été accusé « d'avoir dérogé à sa mission et à sa prestation de serment ». er mise à pied pendant un mois sans salaire. Ses 27 ans d'ancienneté n'y ont rien fait !

Une pétition locale a déjà été signée par 7 500 personnes pour la soutenir. Cette injustice ne passera pas inaperçue