Brive la Gaillarde

Gare morte contre les suppressions d'emploi !

Brève
28/10/2019

Dimanche 27 octobre les cheminots de la gare de Brive ont fait une opération « Gare morte » pour dire non aux suppressions de postes et aux changements d’horaires annoncés par leur direction.

2 guichets sur 4 devraient fermer ce qui veut dire 4 postes en moins, et moins d’heures d’ouverture pour les usagers.A la manœuvre 4 postes devraient aussi être supprimés.

Rien ne justifie ces suppressions de poste qui représente environ 20 % de l’effectif. Il n’y a pas trop de cheminots bien au contraire !

Limousin

Non aux suppressions d’agents dans les lycées !

Brève
26/10/2019

Le lycée Suzanne Valadon à Limoges

La Région prépare la rentrée prochaine et annonce la suppression de 13 postes des agents qui assurent l’accueil, le ménage, ou la restauration dans les lycées du Limousin au prétexte d’une nouvelle répartition des moyens dont elle dispose. Mais où est-ce que les m2 à nettoyer vont diminuer ? Où est-ce qu’il y aura moins de repas à préparer ? Nulle part bien sûr. Ils peuvent dire ce qu’il veulent, le seul objectif de la Région est comme celui de tous les patrons : augmenter la productivité, faire travailler plus avec moins de monde !

Limousin

Juste colère à la SNCF

Brève
18/10/2019

Un TER à Limoges

Comme dans tous le pays, presqu’aucun TER ne circulait en Limousin ce vendredi. Les conducteurs et contrôleurs exerçaient leur droit de retrait après l’accident sur un passage à niveau de Champagne Ardennes qui a de nouveau montré le danger de faire rouler les TER avec le seul conducteur à bord.

Djebarri, secrétaire d’Etat au transport, accuse les cheminots de faire une « grève surprise hors du cadre légal ». Mais il a dû reconnaître une situation dangereuse. Les équipements de sécurité ont été détruits par l’accident. Le conducteur blessé, a dû arpenter les voies pour prévenir un sur-accident avec un autre train qui arrivait. Quant aux voyageurs, dont 11 d’entre eux blessés, ils étaient seuls.

La SNCF est en train de généraliser la conduite « à agent seul », laissant le conducteur seul agent sur de longues distances, parfois sans moyen de communication. En Limousin Périgord, certains jours, plus de 15 TER circulent ainsi.

C’est ce que ne veulent pas les cheminots.

Tulle (Corrèze)

Risque de licenciement pour une factrice

Brève
17/10/2019

Devant la direction courrier de Limoges

Pour avoir signé elle-même une prise en charge de colis afin de rendre service à une personne âgée et avec son aval, Sylvie, factrice à Tulle et âgée de 59 ans était mise à pied le 4 octobre par sa hiérarchie.

Une pétition de soutien qui a circulé dans les communes où elle livre le courrier a déjà recueilli 6800 signatures et ce mercredi 16, un rassemblement de plus d'une centaine de personnes sont venus la soutenir avant son départ pour un entretien préalable avec la direction régionale de Limoges où un certain nombre de ses collègues l'ont accompagnée.
A la direction régionale, on lui a signifié qu'elle allait être convoquée devant un conseil de discipline qui allait décider d'une sanction pouvant aller du blâme avec inscription au dossier jusqu'au licenciement pur et simple.

De "réforme en réorganisation", il faut faire toujours plus avec moins : il faut aller toujours au plus vite quel que soit l'âge ou la situation de l'usager, alors c'est la débrouille pour effectuer les tâches dans le temps imparti.

La dégradation continuelle des conditions de travail, c'est le lot de tous les travailleurs ceux du public comme ceux du privé. Pour les directions comme pour le patronat, il n'y a qu'un seul objectif, accroître la compétitivité et au moindre problème le couperet tombe !

Manifestation du 24 à Limoges

Contre le saccage des retraites, tous les secteurs du monde du travail représentés !

Brève
25/09/2019

Autour d'un millier de manifestants ont défilé dans les rues de Limoges, du carrefour Tourny à la préfecture, pour dire leur opposition à la réforme des retraites qui va faire reculer tous les travailleurs.

Et contrairement à ce qu'ont distillé les médias, il ne s'agissait pas d'une manif de cheminots défendant "leur" régime spécial. Tous les secteurs du monde du travail étaient représentés : les ouvriers d'usine de chez Valéo, Legrand etc..., les hôpitaux publics comme la polyclinique de Limoges, les travailleurs de La Poste, des enseignants en grève...

Les vrais privilégiés n'ont pas besoin de cotiser pour leur retraite : ce sont les actionnaires, les boursicoteurs, les capitalistes. C'est à eux de payer, c'est ce que ceux qui étaient dans la rue tenaient à exprimer !