Neuhauser

Victoire morale pour les travailleurs

Brève
18/08/2019

Le tribunal de grande instance de Sarreguemines a donné raison à la CGT qui avait engagé une procédure d’entrave.

Il condamne la direction de Neuhauser à remettre en place d’ici au 1er septembre la précédente organisation du temps de travail sous astreinte « d'une amende de 10 000 € par jour et par salarié concerné ». De plus, la société est condamnée à verser au comité d'entreprise une provision de 5 000 € au titre des dommages et intérêts et à payer les frais du CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) à hauteur de 4 800 €.

Les salariés de Neuhauser avaient débrayé deux heures par jour pendant dix jours, paralysant une partie de la production. Ce jugement du tribunal est un succès pour les travailleurs, le résultat de leur mobilisation, même si les 185 licenciements demeurent et même si la direction tentera de faire passer par la fenêtre ce qui n’est pas passé par la porte.

C’est en tout cas la démonstration que les seuls combats qu’on perd sont ceux que l’on ne mène pas.

Lorraine

Les militants de Lutte ouvrière à votre rencontre

Brève
18/08/2019

Crise économique, menace de récession, crise climatique, montée de l’extrême-droite et des nationalismes partout dans le monde… le monde s’enfonce dans les crises. Elles ont toutes pour origine le maintien d’une organisation sociale, le capitalisme, qui mène l’humanité dans le mur.

On ne s’en sortira pas autrement qu’en mettant fin au pouvoir du grand capital sur toutes les activités humaines. Y’-a-t’il d’autre raison que la dictature de la finance pour expliquer que les urgences des hôpitaux craquent, que les Ehpad craquent, que les services publics soient incapables de faire face à leur mission faute de moyens et de personnel… alors qu’il y a des millions de chômeurs ?

L’ensemble des travailleurs, ceux qui font marcher la société, sont les seuls à pouvoir remettre le monde sur ses pieds. C’est le mouvement ouvrier qu’il faut reconstruire, c’est la dictature du grand capital qu’il faut mettre en cause. Comment ? C’est de cela que les militants de Lutte ouvrière souhaitent discuter lors de leur passage dans votre ville :

  • Lundi 19 août : Nancy Place Maginot de 10h30 à 12h30, et de 15h30 à 17h30
  • Mardi 20 août : Marchés de Forbach et Saint Avold, de 9h30 à 11h30 et aux portes des entreprises du secteur
  • Mercredi 21 août : Sarreguemines, rue Saint Croix de 10h à 12h et de 15h30 à 17h30, marché Farebersviller de 9h30 à 11h30 et aux portes de la Smart et des entreprises du secteur
  • Jeudi 22 août : Metz Colonne Merten rue Serpenoise de 10h à 12h et de 15h30 à 17h30
  • Vendredi 23 août : Thionville au centre ville de 10h à 12h et de 15h30 à 17h30, au marché de St Avold de 9h30 à 11h30 et à la porte des entreprises PSA Metz et Trémery
  • Samedi 24 août : Marché de Thionville, Hayange et Longwy de 9h30 à 12h

 

Neuhauser Folschviller

Travailler plus à moins, c'est non : les travailleurs débrayent

Brève
16/08/2019


Lors d'un précédent débrayage

Alors qu’un plan de 185 suppressions d’emplois est en cours à la boulangerie industrielle Neuhauser de Folschviller (Moselle), les travailleurs ont débrayé dix jours de suite contre la réorganisation du travail prévue par la direction.

Fin août, le site Furst 1 doit fermer, et seul restera Furst 2. Sur ce site, un secteur travaillait en 3x8 et les autres en 5x8. La direction a fait passer tout le monde en 3x8. Mais cela se traduisait pour ceux en 5x8 par des pertes de salaire importantes et un allongement de la semaine de travail, qui passe en moyenne de 32 heures à 37,5 heures. Alors, pour faire passer la pilule, la direction a cédé des primes, représentant entre 200 et 400 euros par mois, primes que ne touchent pas ceux qui étaient déjà en 3x8.

Ce sont eux qui ont démarré les débrayages de deux heures par jour qui, dans la boulangerie, se traduisent par des pertes de production de dix heures. Ils ont été rejoints par ceux qui étaient en 5x8, et qui sont très mécontents du passage en 3x8. Pendant dix jours ces travailleurs ont tenu bon, la direction refusant toute négociation, envoyant les directeurs essayer de les convaincre de ne pas faire grève. Ils ont repris le travail lundi 12 août, dégoûtés de l’attitude de ce patron licencieur, arrogant et agressif.

La boulangerie industrielle Neuhauser, qui a fait la fortune de la famille du même nom, appartient désormais au groupe Soufflet. Ce gros groupe capitaliste familial fait un chiffre d’affaires de 4,5 milliards dans l’agroalimentaire. Lorsqu’on mange un sandwich dans la chaîne de restauration rapide Pomme de pain, c’est la famille Soufflet qui encaisse. Elle est la 109e plus riche de France, avec une fortune estimée par le magazine Challenges à 850 millions d’euros.

Alors, pas question d’accepter des licenciements, des bas salaires, une aggravation des conditions de travail dans un groupe aussi riche !

 

CHR Metz-Thionville

Nouveau débrayage aux Urgences de Bel-Air

Brève
16/08/2019

Source : Commons

La situation ne s’améliore pas au CHR Metz-Thionville. Entre autres, il manque toujours onze médecins aux Urgences.

Depuis le débrayage de début juillet, rien n’a changé et les personnels dénoncent toujours le manque d’effectifs et les conditions de travail.

C’est pourquoi un nouveau débrayage est prévu lundi 19 août. Comme d’habitude, le personnel qui s’occupera des patients portera un brassard « En grève ».

Pays haut

Le sous-préfet en visite

Brève
14/08/2019

Commons - Auteur Axel Guibourg

Suite aux intempéries, parfois violentes, les représentants des villes concernées se sont réunis lundi matin avec le sous-préfet de Val de Briey en mairie de Herserange.

Ils ont eu droit à des lapalissades, du genre « Ce qui est arrivé est une catastrophe humaine » ou « Les habitants doivent contacter au plus vite leur assurance »

Mais quand on lui a parlé de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle il a déclaré que les conditions n’étaient pas forcément réunies, faisant un distinguo entre tempête et tornade.

On se demande pourquoi il s’est déplacé.