Hôpital de Bar-le-Duc

Menaces sur les urgences

Brève
04/07/2020

Déjà ce sont des difficultés de recrutement des médecins qui ont servi de prétexte à la fermeture de la maternité de Bar-le-Duc

Mardi 30 juin 150 personnes ont manifesté sur le parvis de l’hôpital de Bar-le-Duc pour faire entendre leur colère. La direction de l’hôpital veut en effet fermer une troisième ligne d’astreinte aux urgences, ce qui mettrait en difficulté le service des urgences en rendant plus difficile encore le recrutement de médecins.

Pour le moment la direction est revenue en arrière, mais l’inquiétude persiste. Avec les urgences, c’est la pérennité de l’hôpital qui est menacée, quand on sait que, déjà, les services de maternité et de pédiatrie ont été fermés il y a deux ans.

Après comme avant la crise sanitaire, les hôpitaux continuent à être l’objet d’attaques incessantes. Comme si la période récente n’avait pas montré qu’il est urgent de leur fournir massivement des moyens…

France Rail Industry (Hayange)

Usine à vendre !

Brève
04/07/2020

Fabrication de rail. L'usine d'Hayange suscite les convoitises

Cette usine de 470 salariés, qui produit des rails pour la SNCF, est à vendre suite à la déconfiture de British Steel. Cinq groupes sont sur les rangs pour la racheter et les uns et les autres rivalisent de propositions industrielles et promettent de garantir l’emploi afin d'obtenir la décision de la chambre commerciale du tribunal de Strasbourg.

Les travailleurs ont toutes les raisons d’être méfiants face à ces requins. L’exemple de la reprise chaotique par l’un d’eux de l’usine Ascométal de Saint-Saulve, dans le Nord, qui fournit Hayange en blooms, est là pour montrer que les capitalistes ne cherchent qu’à faire de l’argent et rien d’autre.

Lebronze-Alloys (ex-Manoir-Industries) à Custines

Moins d’emplois mais plus de bruit !

Brève
04/07/2020

Un engin de ce genre n'est pas anodin...

Depuis décembre dernier des habitants de Custines voisins de la zone industrielle Gustave Eiffel se plaignent du bruit et des vibrations occasionnés par le nouveau marteau-pilon chargé de l’estampage de grosses pièces d’acier.

Selon l’Est Républicain, le responsable du groupe Lebronze-Alloys, pourtant habitué à de des machines de ce genre, a déclaré : « On ne pensait pas qu’il causerait des nuisances au voisinage »…

La reprise de l’usine de Custines par Lebronze-Alloys en 2015 s’était soldée par le licenciement de 139 salariés sur 184. Il n’y a plus beaucoup d’emplois mais les nuisances sont en augmentation !

Publication du rapport annuel de l’Atmo Grand Est

L’air qu’on nous fait respirer

Brève
04/07/2020

Des molécules restent en suspension dans l'air et sont dangereuses pour la santé même à doses infimes

L’association indépendante Atmo Grand Est, qui surveille la qualité de l’air depuis vingt ans, vient de publier ses résultats d’analyses pour 2019 à partir de prélèvements hebdomadaires sur six stations. Son rapport classe la région comme l’une des régions dont l’air est le plus chargé en pesticides. Selon les sites de prélèvement, entre 10 et 22 pesticides sont présents. Pas moins de 6 substances interdites ont été trouvées, dont le lindane, prohibé depuis 1988, qui a été détecté partout…

Herbicides, fongicides, insecticides,…. les industriels de la chimie s’emploient à vendre aux agriculteurs leurs molécules tueuses de plantes, de champignons ou d’insectes. Mais on finit toujours par en récupérer une petite partie dans l’air que l’on respire. Et cela ne nous fait pas de bien non plus !

Smart (Hambach - 57)

Mercedes veut se débarrasser des 1 600 travailleurs de la Smart

Brève
04/07/2020

Le plan de Smartville avec l'usine qui monte la Smart entourée des entreprises sous-traitantes

Mercedes vient d’annoncer qu’il a décidé de se débarrasser de l’usine Smart de Hambach, près de Sarreguemines. Cette annonce brutale survient alors même qu’une nouvelle ligne de production est en cours d’installation sur le site.

Mercedes veut lâcher la Smart après avoir exigé des salariés qu’ils travaillent 39 heures payées 37 pour soi-disant assurer la pérennité du site et alors que de nombreux ouvriers doivent aller travailler dans ses usines de Rastatt en Allemagne et de Ligny-en-Barrois dans la Meuse pendant les travaux.

Le groupe se plaint de la baisse de la demande en véhicules Mercedes. Mais pourquoi ce serait encore aux travailleurs de faire les frais de ses difficultés ? Daimler-Benz, qui possède Mercedes, est l’un des groupes automobiles les plus profitables, il a accumulé des milliards de profits. Eh bien, pendant cette période difficile, il doit prendre sur cet argent pour maintenir le site avec les 1 600 salariés de la Smart et des entreprises sous-traitantes.