TMD friction Creutzwald

Nos emplois ou leurs profits

Brève
21/10/2021

L’usine TMD Friction de Creutzwald va fermer ses portes en mars prochain. 136 travailleurs vont se retrouver sur le carreau, dont 66 ont plus de 50 ans. TMD appartient au conglomérat Nisshinbo dont le siège est à Tokyo.

Après avoir bouffé de l’amiante, utilisé pour les plaquettes de frein, pendant des décennies, des dizaines de travailleurs vont se retrouver au chômage. La direction appelle cela un PSE « plan de sauvegarde de l’emploi ». Tu parles !

Les patrons de l’industrie automobile suppriment partout des emplois, dans tous les pays. Ce n’est pas « la concurrence des pays à bas coût » qui les supprime, comme le dit la presse régionale, mais la volonté des patrons de l'industrie de faire le maximum de profits avec le minimum d’usines. 

Face à cela, il n’y a pas d’autres solution que d’imposer au patronat la répartition du travail entre tous sans perte de salaires en prenant sur les profits accumulés pour le faire.

Luxembourg

Pour guérir la fuite des soignants, il faut augmenter tous les salaires

Brève
18/10/2021

Un tiers des infirmiers qui sortent des écoles en Moselle vont travailler au Luxembourg, explique le Républicain lorrain qui se demande « est-il possible de stopper l’hémorragie » à la veille du sommet gouvernemental franco-luxembourgeois.

La raison de cette immigration massive au Luxembourg ? Une infirmière explique qu’au lieu d’une paye de 1 700 euros en France avec des week-ends et des nuits elle a trouvé une place à 4 000 euros au Luxembourg avec des horaires fixes en semaine et une voiture de service.

La solution est simple : d’une part former bien plus de soignants - et les candidats ne manquent pas - d’autre part augmenter massivement les salaires, et pas que des infirmières.

Si des dizaines de milliers de travailleurs passent tous les jours la frontière, avec les temps de transports et les bouchons qui vont avec, ce n’est pas par plaisir mais pour gagner de quoi faire vivre leur famille. Une augmentation des salaires - avec une indexation sur la hausse des prix - qui devient une nécessité avec l’explosion des prix.

Tout cela veut dire consacrer davantage de moyens à la santé… tout à rebours de ce que font les gouvernements français et luxembourgeois qui ne s’occupent que de soigner les profits capitalistes.

Employés en grève

Non au pass sanitaire dans les bibliothèques !

Brève
14/10/2021

« Ne pas avoir à présenter de pass pour accéder à Darty ou à la Fnac alors qu'il en faut un pour l'accès aux bibliothèques, ça pose question sur la conception de la culture » dénonce le syndicat SUD Collectivités territoriales qui appelle à la grève depuis ce mercredi contre cette obligation gouvernementale qui a vidé les bibliothèques d’une partie de son public.

On peut s’entasser dans les transports en commun sans pass mais il en faut un pour aller dans une bibliothèque, ou boire un café en terrasse. Les employés de bibliothèques ont bien raison de dénoncer une des multiples aberrations des mesures gouvernementales.

Face à la pandémie, le gouvernement n’est pas avare de réglementations administratives et d’interdits de toutes sortes. Il est beaucoup moins réactif pour embaucher dans les hôpitaux, les écoles et tous les services publics et donner des moyens pour accueillir le public dans de bonnes conditions sanitaires. Le virus de la finance capitaliste continue de faire ses ravages.

CHRU de Nancy

La mobilisation se poursuit contre la suppression de 14 jours de RTT

Brève
26/09/2021

Les agents ne se sont pas laissé abuser par la promesse que les RTT seraient remplacés par des RCA (repos compensateurs dus à l’agent lorsqu’il fait des heures supplémentaires)…

Jeudi 23 septembre, à l’appel du comité de défense contre la suppression des 14 jours de RTT soutenu par la CGT et par FO, plusieurs centaines d’agents du CHRU ont fait grève contre le projet de la direction qui vise les services administratifs, techniques et logistiques. Des barrages filtrants ont été mis en place aux entrées de Brabois pour sensibiliser les hospitaliers et les usagers.

La mobilisation se poursuit contre ce projet destiné, selon la direction, à dégager 40 postes. Elle a d’ailleurs annoncé qu’elle voulait supprimer à terme 150 postes dans ces services. Ainsi, alors que la menace du Covid n’est toujours pas écartée, les suppressions de postes continuent à l’hôpital !

Il est urgent de mettre un coup d’arrêt à ces économies faites sur le dos des agents et finalement au détriment des patients.

CHRU de Nancy

A bas les suspensions d’agents !

Brève
26/09/2021

Pendant les différentes vagues de Covid, beaucoup d'interventions ont été reportées au CHRU faute de lits et de personnel

Depuis le mercredi 15 septembre, plusieurs dizaines d’agents du CHRU ont été suspendus par la direction pour n’être pas vaccinés. La crise sanitaire sert maintenant de prétexte à des licenciements déguisés !

Parce qu’ils restent méfiants à l’égard des vaccins contre le Covid, des salariés se retrouvent aujourd’hui privés de travail et de salaire, sans perspective d’être repris s’ils ne cèdent pas. Cela sans aucune considération pour les bons et loyaux services rendus, pendant plusieurs dizaines d’années pour certains.

Lors de la première vague épidémique, ils ont dû affronter le Covid sans les moyens nécessaires, la direction a même demandé à certains de venir travailler alors qu’ils étaient infectés, le gouvernement les faisait applaudir tous les soirs. Et maintenant ils sont suspectés de transmettre le virus alors qu’ils ne sont pas tous en contact avec les patients et que les soignants doivent suivre des protocoles stricts destinés à empêcher toute contamination.

Des hospitaliers sont aujourd’hui empêchés de travailler alors que le manque de personnel est général et que la crise sanitaire est loin d’être terminée ! Cela va rendre la situation encore plus difficile pour tous.

Dans cette affaire, l’intérêt des patients ne compte pas du tout. C’est dans le but de faire diversion et de faire acte d’autorité que le gouvernement et la direction sont prêts à aggraver encore la situation de l’hôpital

Non à la vaccination obligatoire ! Réintégration immédiate des agents !