CHRU de Nancy

L’officialisation d’un tri aux urgences

Brève
28/11/2022

Les urgences ne sont plus en capacité d'accueillir tous ceux qui en ont besoin

Le CHRU de Nancy et l’ARS ont mis en place un système destiné à détecter les « gros consommateurs des urgences médicales ». 32 patients auraient déjà été identifiés par ce dispositif DAUM (Dispositif d’Accompagnement pour les Utilisateurs Multiples), qu’il est même envisagé d’étendre aux urgences pédiatriques. L’objectif serait de tenir ces patients éloignés des urgences en les maintenant chez eux.

Officiellement on se défend de faire un tri des patients – le mot est tabou –, mais ça en a tout l’air.

On nous dit même que ces personnes auraient une « appétence aux urgences ». Plutôt que se donner les moyens de renforcer les urgences et la médecine de ville, les responsables préfèrent s’en prendre avec mépris aux patients en détresse.

Procès Timeo

Les responsables n’étaient pas là

Brève
28/11/2022

Le jour du drame il manquait deux médecins dans le service

La semaine dernière, trois soignantes de Brabois, une médecin cheffe de clinique, une interne en cardiologie pédiatrique et une infirmière, passaient devant le tribunal correctionnel pour la mort en 2015 de Timéo, un enfant de 4 ans, victime d’un surdosage de colchicine. Le CHRU, en tant que « personne morale », était représenté par le directeur général adjoint.

Des peines d’un an de prison avec sursis ont été requises contre les trois soignantes. Et le procureur a demandé une amende de 50 000 euros à l’encontre du CHRU.

Dans cette dramatique affaire, les soignants sont les seules mises en cause personnellement, alors que ce sont tous ceux qui ont démoli les conditions dans lesquelles nous devons exercer qui auraient dû être sur le banc des accusés.

Crise de la santé

Appelez la morgue pour la société capitaliste !

Brève
27/11/2022

"On va devoir choisir les malades" explique dans le Républicain lorrain le président de la Chambre nationale des services d'ambulances qui proteste contre l'exclusion des ambulanciers du Ségur de la Santé.

En fait, c'est toute la santé qui est malade : nourrissons atteints de bronchiolite qu'on ne peut pas prendre en charge, délais invraisemblable pour avoir des rendez-vous médicaux, pour les patients, et pour le personnel des conditions de travail invraisemblables, en plus de salaires qui ne permettent pas de vivre correctement, comme pour tous les salariés.

Tout cela a une seule cause, la même qui fait qu'on va manquer de courant électrique en janvier comme nous le promet EDF : toute la société est gangrénée par la finance, tous les moyens pour enrichir la bourgeoisie. Le diagnostic est clair : il faut que les travailleurs appellent la morgue pour y installer le régime capitaliste.

Castorama

Chez Casto, y’a pas tout ce qu’il faut

Brève
27/11/2022

Samedi 26 novembre, un piquet de grève de la CGT accueillait les clients du Casto de Jouy-Aux-Arches. Les travailleurs réclament 200 euros d'augmentation et de meilleures conditions de travail. La direction a en effet réduit la température à 17° et c'est encore plus frais dans les magasins, sous prétexte de défense de l'environnement.

Quant aux salaires, la direction se réfugie derrière les primes, mais ils restent à peine au dessus du Smic. Une augmentation générale des salaires et leur indexation sur la hausse réelle du coût de la vie, c'est ce qu'il faut pour tous les salariés et les retraités.

Mais ça on ne l'a pas trouvé dans les rayons de la direction, il faudra l'arracher à tout le patronat qui bloque les salaires pour faire débloquer les profits.

 

Saint-Gobain PAM

Les grands pollueurs sont choyés

Brève
22/11/2022

L'usine Saint-Gobain de Pont-à-Mousson est l'un des six sites industriels lorrains les plus polluants en matière de gaz à effet de serre

Macron a reçu les patrons des cinquante sites industriels les plus polluants de France en matière de CO2, parmi lesquels Saint-Gobain PAM. Mais ce n’était pas pour leur faire les gros yeux…

C’était pour leur annoncer le doublement de l’aide de l’Etat pour la décarbonation : elle va passer de 5 milliards à 10 milliards pour qu’ils baissent de moitié leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici dix ans.

Les grands responsables du dérèglement climatique sont même récompensés !