Nestlé Waters Vosges

Un nouveau plan de suppressions d’emplois

Brève
28/11/2019

L'usine d'embouteillage de Contrexéville fait partie de Nestlé Waters Vosges avec l'usine de Vittel

La multinationale Nestlé lance son « plan Vosges 2022 » qui supprimera 111,4 emplois temps plein sur un effectif d’un millier de salariés en CDI. Pour Nestlé, l’objectif de cette restructuration majeure est d’améliorer la « compétitivité ». Produire autant de bouteilles (1,5 milliard par an) avec moins de personnel permettra sans aucun doute d’augmenter les profits et d’enrichir encore un peu plus ses actionnaires.

Les travailleurs qui partiront en congé de fin de carrière jusqu'à leur retraite sont sans doute contents de pouvoir quitter l’usine, mais cela ne peut justifier les signatures que les syndicats viennent d'apposer sur un tel plan. Car les suppressions de postes seront autant d’emplois qui manqueront pour les chômeurs du secteur.

Procès de la rave-party dans l'ex-usine Saint-Gobain PAM de Liverdun

Les vrais responsables n’étaient pas au tribunal

Brève
28/11/2019

Saint-Gobain PAM a abandonné le site, laissant à la communauté de communes du Bassin de Pompey le soin de le réhabiliter aux frais des habitants

Deux organisateurs de la rave-party du 31 décembre dernier dans l’ex-usine Saint-Gobain PAM de Liverdun ont écopé d’amendes. Il leur était reproché d’avoir mis en danger plus de 2 000 personnes dans ce site industriel désaffecté depuis 2008. Ils n’ont pas cherché à nier leur implication.

Mais les vrais responsables, les dirigeants de Saint-Gobain PAM, qui ont laissé à l’abandon cette usine après en avoir tiré du profit pendant 80 ans, n’étaient pas, eux, sur le banc des accusés…

 

TER Nancy-Metz-Luxembourg

La galère en perspective pour les frontaliers

Brève
23/11/2019

La collision ferroviaire de Dudelange le 14 février 2017 : c'est pour éviter ce genre d'accident à la frontière luxembourgeoise qu'un système de sécurité européen doit être installé sur les TER

A partir du 15 décembre, les usagers de 25 TER, dont 23 en heures de pointe, devront changer de train à Thionville (plus un en gare de Metz) pour se rendre au Luxembourg.

Cela parce que la SNCF n’a pas installé dans les délais le système de sécurité ERTMS (European Rail Traffic Management System). En effet seuls 12 trains en seront équipés au 1er janvier et pourront franchir la frontière luxembourgeoise. De plus des arrêts à Uckange, Hettange-Grande et Bettembourg seront supprimés.

C’est seulement en juin que tous les TER seront équipés, dans le meilleur des cas.

En attendant ce sont les travailleurs frontaliers qui vont en subir au quotidien les conséquences de la politique d’économies de la SNCF…

Incendies sur les ronds-points

Qui s’en prend la nuit aux gilets jaunes ?

Brève
22/11/2019

Pour faire taire les gilets jaunes : en plus de la matraque, des grenades lacrymogènes et des LBD de Castaner, il y a aussi les incendies

Dans la nuit de lundi 18 novembre à mardi, le QG des gilets jaunes du rond-point de Longeville-lès-Saint-Avold a été incendié volontairement. C’est la sixième fois qu’il y est mis le feu en un an. Chaque fois, les gilets jaunes l’ont rebâti pour continuer de se retrouver et de s’organiser…

Depuis le début du mouvement, il y a eu pas moins d’une vingtaine d’incendies de cabanes des gilets jaunes en Lorraine, tous allumés la nuit. Vu le nombre, il ne peut être question de départs de feux accidentels.

Pas plus que les violences policières, ces agressions nocturnes ne pourront éteindre la colère.

Création d'un ensemble hospitalier universitaire Metz-Nancy

Un rapprochement… mais pas pour tout le monde

Brève
18/11/2019

L'hôpital de Mercy constitue avec l'hôpital Bel-Air à Thionville le CHR de Metz-Thionville

Une convention vient d’être signée entre le CHRU de Nancy et le CHR de Metz-Thionville, qui va permettre au CHR de s’ouvrir lui aussi à la recherche universitaire et à la formation, ce qui est assurément une bonne chose.

Mais, derrière ce rapprochement, sur fond de politique d’économies sur la santé, se profile aussi la mutualisation des moyens avec ce que cela implique de compression des personnels, de déplacements des médecins, et peut-être de suppressions de services, avec les patients et leurs proches qui feront plus de kilomètres...

C'est ce que tous les gouvernements ont fait les uns après les autres en dilapidant l'argent public au profit des capitalistes, et qu'ils continueront à faire si les hospitaliers et la population n'y mettent un coup d'arrêt.