Elections régionales dans le Grand-Est

Pas de frontière entre la droite et l’extrême droite

Brève
21/05/2021

Aux élections régionales de juin, bien des ex-UMP se retrouvent sur la liste Grand-Est du RN, menée par Jacobelli un ancien du parti de Dupont-Aignan.

En Moselle, la liste RN est menée par le sénateur UMP Masson ; en Meurthe-et-Moselle, elle est conduite par l’ex-député UMP Philippe Morenvillier. Entre les politiciens de droite et d’extrême droite, c’est l’odeur de la soupe qui les attire. Le même fond d’idées réactionnaires. A ceux qui pensent que le parti de Le Pen « on ne l’a jamais essayé », les vieux chevaux de retour de politiciens de droite en mal de reconversion apportent un net démenti.

Pour voter contre tous ces politiciens qui défendent le système capitaliste, il faut faire entendre le camp des travailleurs, voter pour la liste Lutte ouvrière, conduite dans le Grand Est par Louise Fève, cheminote à Strasbourg.

Contre les requins de la finance

« Nos enfants ne sont pas des sardines »

Brève
20/05/2021

Mercredi 19 mai des enseignants ont manifesté à Nancy contre les fermetures de classe dans le primaire : il y en a 63 prévues contre 18 ouvertures seulement.

Ces fermetures vont augmenter le nombre d’élèves par classe. Sans compter qu’il est invraisemblable de fermer des classes alors que la situation sanitaire a provoqué des décrochages et qu'elle reste encore incertaine à la rentrée.

Pour le ministère, « l'équilibre budgétaire est visé ». Quoi qu’il en coûte disait Macron. Pour l’économie, pour le système financier oui, pas pour l’avenir des enfants. C’est contre cette logique financière que se présentent les listes Lutte ouvrière, pour faire entendre les travailleurs, ceux qui font tourner la société et la géreraient bien mieux que les capitalistes qui ont un portefeuille à la place du coeur et une calculatrice en guise de cerveau.

 

Services publics en grève

Remettre en cause la financiarisation de toute la société

Brève
19/05/2021

Les militants CGT de Metz avec les infirmières anesthésistes en grève le 17 mai.

Postiers, infirmières anesthésistes, techniciens de labo, employés des finances publiques… les jours se suivent et les protestations des catégories de personnel des services publics se succèdent pour revendiquer sur les conditions de travail, l’augmentation des salaires et l’embauche de personnel.

Partout ce sont les mêmes problèmes. Celui d’une société où la finance règne en maître absolu sur toutes les activités humaines, où il manque de personnel dans tous les services publics, mais aussi dans toutes les usines, les bureaux, les commerces… partout ! Cela alors que des fortunes invraisemblables s’accumulent dans la finance et que des millions de chômeurs n’ont pas de travail.

Faire entendre le camp des premiers de corvée, le camp de ceux qui font tourner une société toute organisée pour extorquer du profit capitaliste à ceux qui la font tourner, c’est l’ambition de la liste Lutte ouvrière aux élections régionales qui veut permettre à tous les travailleurs de protester contre la situation du monde du travail contre une classe capitaliste qui mène le monde à sa perte. 

Cession de Lapeyre à Mutares

Saint-Gobain sous-traite les fermetures

Brève
13/05/2021

Près de 200 personnes travaillent à l'usine Azur Production de la base de Chambley

Face à l’inquiétude soulevée par le projet de cession par Saint-Gobain au fonds d'investissement Mutares du groupe Lapeyre, qui possède en Lorraine l'usine Azur Productions à Chambley ainsi que deux magasins à Vandoeuvre et à Hauconcourt, le futur président du groupe Lapeyre a fait une lettre aux salariés.

Il écrit : « Nous ne procéderons à aucune fermeture de magasin ni de site industriel d’ici fin 2022 ». Si tant est que Mutares tienne ce genre de promesse, cela veut dire que, dans seulement un an et demi, les travailleurs de Lapeyre risquent de se retrouver sans travail.

Après avoir mis les comptes de Lapeyre dans le rouge, Saint-Gobain veut sous-traiter les licenciements par une officine spécialisée dans ce sale boulot.

Réanimations en grève

De l’argent pour la santé, pas pour les financiers !

Brève
12/05/2021

Mardi, les soignants de réanimation étaient massivement en grève, de Thionville et Metz à Epinal, en passant par Saint-Avold, pour protester contre leur situation. Cela fait des mois, voire des années, que le personnel des hôpitaux proteste contre le manque de personnel, les conditions de travail et des salaires insuffisants. On ne peut pas dire que les pouvoirs publics n’étaient pas prévenus !

Il manquait des postes partout, l’épidémie a révélé le drame que cela représente. Après un an de crise sanitaire, le gouvernement n’a rien fait. Le « quoi qu’il en coûte » n’a pas atteint les hôpitaux et les réas, il est resté dans l’économie, c’est à dire plutôt pour aider le grand patronat à franchir la crise sanitaire sans dommage.

Laisser la direction de la société aux capitalistes et à leurs serviteurs gouvernementaux nous conduit à la catastrophe. C'est à ceux qui font tourner la société de la diriger.