Hôpital Pax Sarreguemines

Mort du Covid mais surtout de la pénurie dans les hôpitaux

Brève
29/03/2021

Le Journal Officiel du 19 mars a promu au grade de chevalier de la légion d’honneur à titre posthume 14 soignants décédés du Covid.

Parmi eux un manipulateur-radio de l’hôpital Pax de Sarreguemines, où le manque de masques avait été notoire. Le 16 juin, quelques jours après sa mort, 600 personnes s’étaient rassemblées devant l’hôpital et avaient défilé dans les rues jusqu’à la sous-préfecture pour dénoncer le manque de moyens dans la santé.

Ces soignants ont fait face courageusement à l’épidémie ; ils auraient sans doute préféré avoir les moyens et les équipements nécessaires pour l’affronter en sécurité. Ces médailles ne masquent pas la politique criminelle des gouvernements.

CHRU de Nancy

C’est à l’Etat de financer l’hôpital public !

Brève
23/03/2021

Véran a annoncé que l’Etat financerait le projet immobilier du CHRU à hauteur de 70 %, soit 420 millions d'euros, et qu’il reprenait près d’un tiers de la dette, pour 128 millions d'euros.

Si cette promesse est tenue, ce n'est de toute façon pas un cadeau, puisque c’est de l’argent que l’Etat aurait dû donner à l’hôpital pour assurer son fonctionnement et ses investissements. Le déficit chronique et la dette du CHRU de Nancy résultent en effet de l'insuffisance de financement de l'hôpital public par l'Etat depuis de nombreuses années.

Il reste que le CHRU va devoir encore trouver l’argent. Ce ne sont pas ces demi-mesures qui mettront fin à la course à la rentabilisation et aux plans d’économies qui ravagent l'hôpital…

 

CHRU de Nancy

Les mensonges par omission de Véran

Brève
23/03/2021

Le plan validé par le Copermo en juillet 2019, qui prévoyait 598 suppressions de postes et 174 fermetures de lits, avait été dénoncé de toutes parts en avril 2020 au plus fort de la première vague de Covid

Le ministre de la santé a annoncé comme une excellente nouvelle que 300 postes qui devaient être supprimés au CHRU de Nancy seraient maintenus. C'est du moins ce qu'il promet...

Ce qu’il a oublié de dire c’est que ce sont en réalité 598 suppressions de postes qui étaient prévus, sur lesquelles… 275 sont déjà effectives selon les chiffres communiqués par la direction du CHRU elle-même.

En plus, il est prévu maintenant 150 suppressions de postes administratifs et techniques. Le fait que Véran les présente comme des « réorientations » en 135 postes de soignants ne les rend pas plus acceptables.

Cela signifie que le fameux plan du Copermo, qui avait été suspendu en même temps que l’ex-directeur de l’ARS avait été débarqué, serait appliqué aux trois-quarts !

Quartier la Penotte à Frouard

Non à la fermeture d'une école et de deux classes !

Brève
15/03/2021

A Frouard, l’inspection académique a annoncé la fermeture à la rentrée de septembre 2021 de l’école maternelle Prévert, ainsi que d’une classe de maternelle à Paul-Langevin et une autre à Colvis-Vallès. Ces écoles sont pourtant toutes les trois situées dans le quartier prioritaire de la Penotte, où le taux de pauvreté est deux fois plus élevé que celui de la commune.

Si cette décision s’applique, elle entraînera automatiquement la suppression de postes d'enseignants, d'ATSEM, et d’heures de ménage. Quant aux enfants, ils s’entasseront encore plus nombreux dans les salles de classes, ce qui aggravera les difficultés d’apprentissage. Voilà comment le gouvernement s’occupe des enfants des quartiers populaires.

Base BA 113 - Saint-Dizier

Une visite qui n’augure rien de bon

Brève
11/03/2021

La ministre des Armées Florence Parly a visité la base BA 113 de Saint-Dizier, en Haute-Marne, vendredi 5 mars. Elle s’est félicitée de voir qu’un plan mis en œuvre l’année dernière, impliquant une collaboration avec le constructeur Dassault, avait permis d'augmenter de 70 à 82 le nombre de Rafales disponibles pour des opérations extérieures comme au Mali ou vendus à des dictatures comme celle d’Arabie Saoudite, troisième client de Dassault.

Quand on sait qu’un seul de ces engins coûte plus de 50 millions d’euros et que le coût d’entretien à l’année de la flotte est évalué à plusieurs centaines de millions d’euros, ça laisse songeur sur les milliards dilapidés par l’Etat français pour satisfaire les profits des Dassault et autres Lagardère. Avec de telles sommes, combien de lits d’hôpitaux, d’écoles, de crèches pourrait-on construire ?