Contrôles aux frontières

Chacun pour soi, le virus pour tous

Brève
02/03/2021

Les autorités allemandes ont renforcé les contrôles à la frontière avec la France. Pour les travailleurs frontaliers de Moselle, le casse-tête est garanti.

Le gouvernement français aussi impose aux ressortissants européens de présenter des tests négatifs à leur arrivée.

Pour masquer leur impuissance, les gouvernements européens voudraient rejeter la faute sur les populations voisines. Quant à la collaboration contre le virus par-delà les frontières qui serait nécessaire, l’Europe capitaliste en est incapable.

Explosion de variants en Moselle

Le gouvernement brasse de l’air

Brève
15/02/2021

Face à la situation sanitaire en Moselle avec la diffusion inexpliquée de variants du virus, le ministre de la Santé est venu en urgence à Metz vendredi 12 février... et il est reparti comme il est venu ! Beaucoup de cinéma, beaucoup de vent et rien.

Ce n'est pas le déblocage ce week-end d’un lot de 2 000 doses de vaccin, et maintenant la promesse de 28 000 doses supplémentaires (pour un département d’un million d’habitants !) et l’annonce d’une accélération de la campagne vaccinale qui peuvent être qualifiées de mesures d’urgence. Une fois injecté le vaccin commencera à produire ses effets au mieux dans un mois. Et aujourd'hui quasiment impossible en Moselle comme ailleurs de dénicher un rendez-vous de vaccination.

Pas de gel, pas de masques, pas de tests, pas de vaccins... maintenant c'est pas de séquençage du virus pour voir de quoi il s'agit. La faillite d'une santé publique exangue du fait de la politique de tous les gouvernements - y compris ceux soutenus par Grosdidier qui fait aujourd'hui des moulinets - et la concurrence capitaliste qui fait que les firmes gardent leurs secrets de fabrications aggravent considérablement les conséquences de la pandémie.

Réseau de transports du Grand Nancy

La fin surprise d’un tramway nommé désir

Brève
14/02/2021

Au terme d'une carrière pour le moins chaotique, le tram sur pneu de Nancy est arrivé en fin de vie

Klein et sa majorité à la métropole du Grand Nancy ont décidé de ne pas réaliser le tram sur rail durant leur mandature. Selon eux, l’état des finances ne le permettrait pas.

Peut-être mais, lors de sa campagne, Klein s’était bien gardé de le dire. Alors même qu’il était dans l’opposition, il avait voté la déclaration d’utilité publique pour le projet. La seule chose qui comptait pour lui c’était d’être élu.

Il promet un tram tout beau pour après 2028...

En attendant, ce sera encore la galère pour les usagers.

 

73 classes menacées de fermeture en Meurthe-et-Moselle

C'est encore plus scandaleux en période de crise sanitaire

Brève
13/02/2021

Le 19 janvier l’inspecteur de l’Éducation nationale s’est retrouvé nez à nez avec une vingtaine de parents d’élèves opposés à la fermeture d’une classe à Bezaumont (regroupement pédagogique du Val) près de Pont-à-Mousson

Dans de nombreuses communes du département, des parents d’élèves et des élus se mobilisent pour défendre des classes menacées de fermeture. Ils ne veulent pas que leurs enfants se retrouvent entassés dans des classes.

L’inspection d’académie veut en effet fermer 73 classes à la rentrée prochaine. Et comme d'habitude, pour faire bonne mesure face à l'opinion publique, elle annonce des ouvertures de classes (35), mais cela n'a rien à voir car elles se feront dans d'autres écoles ou d'autres communes !

Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire, alors qu’il est avéré que les écoles sont des lieux de propagation du virus, les responsables de l’Education continuent de traquer la moindre baisse d’effectifs des élèves pour supprimer des classes.

Les parents ont doublement raison de s'opposer à ces économie faites au détriment de leurs enfants.

Explosion de variants en Moselle

Le lait a débordé il y a bien longtemps...

Brève
12/02/2021

A propos de l'explosion de cas de variants en Moselle ces derniers jours, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a déclaré : "nous surveillons la situation comme le lait sur le feu". Le ministre Véran est à Metz aujourd'hui, et le Maire LR de Metz, Grosdidier, fait les importants dans la presse, et le président UDI du département, Weiten, explique doctement qu'il faut "mener une action dynamique qui est celle de la vaccination".

La vaccin ? Mais il est impossible d'avoir un rendez-vous ! Dans la concurrence capitaliste féroce, les labos qui ont trouvé le moyen de produire un vaccin gardent la recette pour eux (et surtout pour les profits de leurs actionnaires). 

Surveiller la situation ? Mais cela fait des décennies qu'ils ont supprimé consciemment des lits d'hôpitaux par milliers. 

En fait, tous ces hommes politiques sont impuissants dans le monde capitaliste dominé par le profit privé qu'ils défendent.