Aisne

Saint-Quentin : les pompiers vient rouge

Brève
12/12/2019

Cela fait plusieurs mois que les pompiers sont engagés dans un bras de fer.

À Saint-Quentin, ils ont installé depuis la semaine dernière une tente devant la caserne et appelle à la solidarité des usagers.

Leur effectif a baissé : depuis 2010 il y a 7 pompiers en moins alors qu’il y a plus d’intervention. Faute de budget, ils ont du mal à obtenir le matériel nécessaire, leurs engins sont parfois vétustes.

Ils réclament aussi une augmentation de leur prime de risque, le paiement de toutes leurs heures d’astreinte…

Comme les salariés du secteur public, les pompiers en ont assez de faire les frais des politiques de restrictions budgétaires dont l’objectif est de transférer des milliards à la bourgeoisie.

Et quand il s’agit des pompiers, cela se fait même au détriment de la sécurité de la population.

Aisne

Succès des mobilisations contre la réforme des retraites

Brève
11/12/2019

manifestation à Saint-Quentin

Mardi 10 décembre, un millier de manifestants à Saint-Quentin, plusieurs centaines à Laon, Soissons ou Chauny, ont une nouvelle fois protesté contre la réforme de la retraite.

Cheminots, enseignants, hospitaliers ou travailleurs du privé se sont retrouvés coude à coude démontrant ainsi que de nombreux travailleurs sont convaincus que la réforme prévue par Macron est néfaste pour tous.

Les manifestants revendiquent le retrait complet de ce projet et refusent qu'il soit appliqué aux générations suivantes.

Pour imposer le retrait, la grève doit se poursuivre et s’approfondir.

La Poste – PIC de Lille – Lesquin (59)

5 décembre : les postiers dans la grève et la manifestation

Brève
09/12/2019

Différents services de la PIC (Plateforme Industrielle de Courrier) de Lesquin, ainsi que des postiers de différents service de Lille et des environs, ont défilé lors du cortège contre la nouvelle réforme des retraites du gouvernement Macron.

Alors qu'à la Poste, les conditions de travail se dégradent à chaque réorganisation, avec des services en sous-effectif, et ce, pour un salaire à peine au-dessus du SMIC, et des départs en retraites en dessous de 1 000 euros, la nouvelle réforme de retraite ne passe pas.

C'est lors d'une heure d'information syndicale, qu'une petite équipe a décidé de se mettre en grève le 5 décembre et d'aller en manifestation. Conscients que c'est le nombre qui fait le rapport de force, ils sont allés discuter avec les autres collègues des différents sites. Pendant 2 semaines, les discussions allaient bon train sur les salaires trop bas et le besoin imminent d'embaucher en CDI les collègues en contrats précaires. Comment avoir une retraite décente sinon ? Les postiers déjà décidés à faire grève ont convaincu les hésitants à participer et à s'organiser pour participer au cortège. Le fait de défiler en postier : « même manteau, même patron » a permis de mettre en avant que malgré les multiples divisions de services (facteurs, tri, collecte...), c'est tous ensemble qu'on veut se battre, avec les cheminots, les travailleurs de la santé et l'ensemble des travailleurs.

Certains pour la première fois, se sont retrouvés au défilé, fiers et enthousiastes d'être présents, au milieu d'autres travailleurs du privé et du public. La PIC a obtenu un taux record de grévistes, et certains services ont atteint quasi 100% de grévistes.

Une assemblée générale d'une cinquantaine de grévistes s 'est tenue à la fin de la manifestation, le constat étant la réussite de cette journée et la nécessité de reconduire une grève, mais avec encore plus de collègues.

Somme

Amiens : manifestation contre les féminicides

Brève
30/11/2019

Samedi 23 novembre, malgré l’interdiction de la manifestation par la maire, une centaines de femmes ont manifesté sur le marché de Noël et ont rappelé que la vie n’est pas une fête pour de nombreuses femmes victimes de violences.

Elles ont clamé que ces plus de 130 meurtres de femmes en 2019, n’étaient pas le fait de seuls individus.

Ils ont été causé par le machisme dans une société capitaliste fondée sur l’oppression qui s’accommode de tous les préjugés quand elle ne les encourage pas.

Somme

Amiens : Macron accueilli froidement

Brève
30/11/2019

Dans la cité du Pigeonnier, sinistrée par le chômage, le président a conseillé aux habitants de « ne rien lâcher ». Au personnel de l’hôpital, il a expliqué que le problème n’est pas le manque de personnel. Aux étudiants qui dénoncent la misère de beaucoup d’entre eux, il a martelé qu’il faut être positif.

Et aux ex-ouvriers de Whirlpool aux chômage, il a conseillé de ne pas ressasser le passé (il les avait berné en leur promettant un repreneur fiable s’il était élu président) et d’aller de l’avant.

Mais deux ans et quelques centaines de licenciements après, ses boniments sont usés et les ouvriers lui ont signifié leur mépris pour ses numéros de charlatan.