Euro CRM – Chauny (Aisne)

« On veut nos salaires »

Brève
18/06/2020

Une grande partie des 137 salariés d'Euro CRM et leurs soutiens se sont retrouvés sur la place de l’hôtel de Ville de Chauny avant de manifester aux cris de « on veut nos salaires ».

Non seulement dans leur grande majorité les salariés du centre d'appel ont appris leur licenciement par SMS ou facebook mais ils n’ont pas reçu leur paye de mai.

Pourtant cet argent a été débloqué par l’État car une centaine de travailleurs étaient en chômage partiel.

Cette entreprise est dirigé par Madame Pia. Celle-ci avait tenue des propos rassurants devant la colère des travailleurs qui en février n'avaient pas reçu leur paye. Sans gène elle leur a déclaré : « ce n’est pas de ma faute si vous ne savez pas gérer votre compte ». Une attitude qui lui a valu le slogan « Pia Pia Pia = bla bla bla »

Si des associations et la mairie, cherchent à soulager les familles qui ne peuvent vivre sans salaire, nombre de salariés se battent pour que cette patronne paye les salaires et rende des comptes sur ses agissements.

Webhelp - Compiègne (Oise)

Grève pour dire non au chantage

Brève
17/06/2020

 Les salariés du centre d’appel qui sont au total 900, ont fait grève contre le chantage de la direction.

Celle-ci voulait faire passer une aggravation de l’annualisation en menaçant les salariés de s’attaquer aux salaires s’ils n’acceptaient pas.

Seule une partie des employés travaille sur le site, les autres sont soit en télétravail soit en chômage partiel.

Il y avait pourtant près de 180 salariés en grève présents devant l’entrée du site bien décidés à s’y remettre si la direction ne s’engage pas à retirer son projet.

De Gaulle, un autre « Colbert » de l’histoire du colonialisme français

Brève
16/06/2020

Un buste du général De Gaulle a été vandalisé dans le nord sur la commune d’Hautmont. Il a été tagué et portait l’inscription d’esclavagiste.

Cet acte a été qualifié par les notables locaux de scandaleux d’autant qu’il a lieu à quelques jours de la commémoration de l’appel à résister lancé par le Général de Gaulle le 18 juin 1940. Cette période de l’histoire française est mythifiée. L’objectif de De Gaulle était de permettre à l’État français d’avoir son mot à dire dans les négociations de fin de conflit alors que l’armée française avait été défaite en 1940 par les troupes allemandes et que le Pétain avait assumé la collaboration avec l’État français.

De Gaulle a été un homme dévoué au service de la bourgeoisie. Et comme tous les hommes politiques de sa classe il a du sang sur les mains. Le massacre des révoltes de Sétif en Algérie en 1945 est à porter à son actif. Ce tague a au moins le mérite d’écorner l’image de De Gaulle comme un grand homme reconnu par la classe politique française et incritiquable.

Euro CRM – Chauny (Aisne)

137 salariées sur le carreau du jour au lendemain

Brève
13/06/2020

La direction du centre d’appel Euro CRM a convoqué toutes les salariées le 27 mai pour leur annoncer que la direction avait déposé le bilan. C'est après deux mois de confinement ou de télétravail qu'elles ont appris que l'entreprise fermait quelques jours plus tard et qu'elles pouvaient quitter l'entreprise sitôt la réunion finie.

En février, les payes avaient eu quelques jours de retard et c’est le refus des salariées de continuer à travailler avant d'avoir reçu les virements qui avait imposé le paiement des salaires.

Avec des salaires à 1200 euros, la grande majorité des femmes n’ont pas les moyens d’attendre. Après cet épisode, la direction s’était faite rassurante, disant que tout allait bien. La surprise a été d'autant plus grande d'apprendre la fermeture sans que leurs salaires de mai ne leur soient payés.

Les explications de la direction ne tiennent pas la route, l’entreprise n’a pas perdu son principal client Engie et elle a fait travailler des salariées en télétravail pour remplir un autre contrat.

L’entreprise fait partie d’un groupe créé dans les années 2000 qui compte deux autres centres d’appel en France, un en Guadeloupe et un sur l’île Maurice. La PDG poursuit le développement de son activité mais n'hésite pas à fermer un site sans prévenir au gré de ses investissements comme elle l'avait fait à Troyes en quelques jours en été 2015.

Passée la stupeur, les salariées sont passées à la colère et elles comptent manifester mercredi 17 juin sur la place de l’Hôtel de ville de Chauny pour demander des comptes à cette patronne méprisante.

Et elles appellent au soutien des autres travailleurs.

Conduent - Roubaix

les capitalistes licencieurs doivent payer

Brève
08/06/2020

Mercredi 10 juin, la direction de Conduent doit recevoir les syndicats du centre d’appel téléphonique Conduent de Roubaix pour présenter le plan de licenciements qui toucherait l’ensemble du centre. La presse a relayé le montant dérisoire des indemnités pour les salariés licenciés.

­Cela fait plusieurs mois que la direction de Conduent veut se débarrasser des travailleurs sur Roubaix. Le centre comptait encore 450 salariés, il y a plus d’un an. Le plan était déjà dans les têtes de la direction, bien avant la crise sanitaire. La direction a exercé des pressions pour pousser à des départs « volontaires », réduisant à 304 salariés aujourd’hui le nombre d’embauchés.

­L’argument pour licencier de la part de Conduent est que le donneur d’ordres PSA (Peugeot-Citroën), qui était le seul pour qui travaillaient les employés de Roubaix, a décidé de mettre fin au contrat. Derrière les actionnaires de Conduent se cache la famille Peugeot.

­Des politiciens, qui jouent les naïfs, à savoir le maire et la députée de Roubaix, adoubés tous les deux par Macron, s’offusquent qu’un groupe international comme Conduent ( 68 000 salariés dans le monde, propriété de la 25ème fortune mondiale) ait touché le chômage partiel pendant la crise sanitaire. Mais c’est bien le gouvernement de Macron et de ses amis qui permet aux capitalistes de toucher des milliards d’argent public avec le chômage partiel et ensuite laisse les actionnaires jeter les travailleurs à la rue.

­Les travailleurs de Conduent ne peuvent compter que sur leur propre force et leur capacité à entraîner d’autres travailleurs pour défendre leur peau face à tous ces capitalistes, que ce soit les actionnaires de Peugeot-Citroën comme ceux de Conduent. Partout, les travailleurs sont attaqués, c’est tous ensemble et unis qu’ils peuvent les faire reculer.