Groupe Bonduelle - Renescure (59)

La spécialité de Noël : patron gavé à l’argent public

Brève
05/01/2023

En décembre 2022, la famille Bonduelle (305 millions d’euros de fortune professionnelle) a touché 1,4 million d’euros d’argent public : 200 000 euros de la Communauté de Communes de Flandre Intérieure (CCFI) et 1,2 million de la Région. Cela au nom de l’aide au financement de nouveaux investissements sur le site industriel implanté à Renescure.

Pour les patrons, il y a mieux que le Père Noël : il y a l’État et les collectivités publiques.

CH Calais

la lutte continue aux Urgences

Brève
24/12/2022

Ce samedi 24 décembre, les travailleurs des Urgences de Calais ont entamé leur 15e jour de grève. Ils se mobilisent contre le sous-effectif qui rend leurs conditions de travail de plus en plus insupportables et met la vie des patients en danger.

Les grévistes ont affiché banderoles et pancartes à l’entrée des Urgences où 10 à 20 travailleurs ont tenu un piquet quotidien. La direction a déjà du céder 2 postes supplémentaires, un brancardier 7j/7 et un médiateur.

Face aux travailleurs qui relèvent la tête, la direction a tenté de les intimider. Elle a par exemple envoyé un huissier au domicile de certains grévistes pour leur remettre une lettre d’assignation. Par ailleurs, la directrice de l’hôpital s’est même découvert une vocation d’actrice : elle s’est mise en scène comme patient-témoin, pour tenter de montrer que tout va bien aux Urgences !

Tout cela n’a fait que renforcer la colère et la détermination des travailleurs mobilisés.

Saint-Omer Hôpital d’Helfaut

la Santé est malade… du capitalisme

Brève
24/12/2022

La direction du centre hospitalier d’Helfaut a annoncé qu’elle pourrait refuser des patients arrivant aux Urgences si leur cas n’était pas considéré comme urgent.

Depuis des années, les gouvernements attaquent les services hospitaliers. Dans le même temps, il y a de moins en moins de médecins généralistes dans le secteur de Saint-Omer et que ceux qui restent ne prennent plus de nouveaux patients.

Le système capitaliste montre chaque jour un peu plus qu’il est incapable de répondre aux besoins de la population. L’urgence, c’est de le renverser !

« La Poste », on a tout à y perdre !

Contre la fermeture de deux bureaux de poste à Villeneuve d’Ascq (Flers-Breucq et Ascq)

Brève
20/12/2022

Il y a eu - depuis plusieurs années - de nombreuses protestations des salariés, des habitants des quartiers concernés et des élus.

Aujourd’hui, La Poste décide, au mépris de tous, de fermer ces bureaux et de les remplacer par des « points de contact » bien moins utiles à la population mais qui ne lui coûtent quasiment rien.

En fait c’est l’État, et en dernier lieu le gouvernement Macron, qui décident de ces fermetures contraires aux intérêts de la population et des agents.

Pourtant La Poste n’est pas en déficit, elle a même distribué 724 millions d’euros de dividendes à ses deux actionnaires, la Caisse des dépôts et l’Etat. L’intérêt général, il y a longtemps que l’État l’a oublié, il ne connait que la rentabilisation sur notre dos à tous.

Nous avons tous de plus en plus de raisons de refuser cette politique dévastatrice.

Carelide Mouvaux

Aucun travailleur à la rue, c’est à la famille capitaliste Mulliez de payer

Brève
18/12/2022

Plus de 500 travailleurs (embauchés et intérimaires) de Carelide, à Mouvaux, sont menacés de perdre leur emploi après le placement en redressement judiciaire de l’entreprise, entreprise qui fabrique des poches de perfusion.

La famille Mulliez a possédé le site de Mouvaux pendant 24 ans. En 2019, les Mulliez ont cédé l’entreprise à Franck Ullman et lui ont même donné 34 millions d’euros. C’était une façon pour un grand requin de sous-traiter les licenciements à un petit requin.

Ullman a mis début novembre l’entreprise en redressement judiciaire après avoir pu en tirer tout ce qu’il pouvait.

L’Etat et des politiciens locaux se posent en défenseurs des salariés en faisant mine de rechercher un éventuel repreneur. D’autres politiciens, comme Ruffin proposent que l’Etat impose aux hôpitaux l’achat des poches de perfusion « françaises », Carelide étant la seule entreprise située en France produisant des poches de perfusion.

Tout cela est ridicule : l’Etat ne sert que les actionnaires et il ne défend que le profit de ceux-là.

Tout le concert de paroles, des uns et des autres, ne sert qu’à faire oublier la responsabilité de la famille Mulliez dans la situation. C’est à cette famille, riche à milliards, de payer pour qu’aucun travailleur de Carelide ne se retrouve à la rue.