Villeneuve d'Ascq

Régularisation de charges : contre le racket organisé

Brève
26/06/2023

Samedi 24 juin, une centaine de locataires de Villeneuve d’Ascq mais aussi de Lille se sont rassemblés devant la mairie de Villeneuve d’Ascq pour dénoncer leur bailleur LMH (Lille-Métropole-Habitat ) et protester contre des régularisations de charges exorbitantes qu’ils ont reçues pour 2022 : jusqu’à 1000€, sans explication. La facture est salée alors qu’il n’est pas rare que le chauffage ne marche pas, que l’eau soit coupée, que l’ascenseur ne fonctionne pas… problèmes dénoncés depuis des années par beaucoup de locataires mais jamais résolus par LMH. Et en plus, alors que tous font attention à l’eau ou à l’électricité car tout est trop cher à longueur d’années.

LMH propose un échéancier pour payer ou de demander l’aide du Fond Social Logement. Mais ces régularisations sont scandaleuses, pas question qu’ils se laissent faire ! pas question d’en rester là ! D’autres manifestations seront organisées : pour demander des comptes à la MEL (Métropole Européenne de Lille avec laquelle LMH est lié), dès vendredi 30 juin, par exemple.

Aésio mutuelle – Saint- Quentin (Aisne)

Non aux licenciements et mutations !

Brève
22/06/2023

Les salariés de Aésio Mutuelle à Saint-Quentin ont débrayé pour protester contre les 421 licenciements et les 387 mutations forcées annoncées par la direction sur l’ensemble du pays pour le début 2024.

Cette mutuelle est issue de la fusion en 2020 de trois autres mutuelles régionales.

La direction a décidé de faire des économies sur les bâtiments et le personnel malgré le nombre de dossiers en souffrance.

Pour les salariés de Saint-Quentin, les mutations prévues sont sur Arras ou sur Grenoble avec le télétravail à la clé dans les deux cas.

Ils devraient aller sur Grenoble ou Arras entre deux et quatre jours par mois en grande partie à leur frais.

Les salariés dénoncent des licenciements déguisés en plus des licenciements prévus.

La colère exprimée est la seule façon de faire reculer la direction.

Maternité – Péronne (Somme)

Les bébés n’ont qu’à attendre ?

Brève
21/06/2023

Récemment près de 600 personnes ont manifesté contre les menaces de fermeture de la maternité de Péronne.

Celle-ci est d’ores et déjà fermée ce mois de juin car l’hôpital n’a pas d’anesthésiste.

L'an dernier, c'était parce qu'il manquait un pédiatre.

Que se passera-t-il les mois suivant ?

La population et le personnel ont de quoi être inquiets et ont bien raison de ne pas laisser passer sans réagir.

Viskaze - Beauvais (Oise)

Grève pour les salaires

Brève
20/06/2023

90% des quelque 200 ouvriers de Viskaze se sont mis en grève pour 10% d’augmentation.

Ils ont raison.

L’inflation ronge chaque jour nos salaires.

Nous avons tous besoin de plusieurs centaines d’euros en rattrapage, et de l’indexation de nos salaires sur la hausse des prix.

Toyota – Onnaing

Ça ne fait pas le compte !

Brève
20/06/2023

Lundi 19/06 de petits groupes d’ouvrières et ouvriers ont commencé des débrayages dans l’équipe du matin, mettant, à 40 grévistes, l’atelier d’assemblage à l’arrêt durant 1h30.

Ce qui a fait déborder le vase, c’est l’annonce d’une prime de participation minable de 391 € brut… si on n’a pas été malade dans l’année. Alors que le groupe Toyota vient de déclarer 16,5 milliards d’euros de bénéfice !

Quasiment chaque année, Toyota arrange les comptes pour que l’usine soit en déficit, ce qui lui permet d’échapper aux impôts et au versement d’une prime de participation. Cette année, alors que la production est au plus haut,Toyota a osé ne déclarer que 49 millions d’euros !

Alors, à l’annonce de cette prime, un petit groupe de l’Assemblage a débrayé, s’est organisé en cortège pour passer dans les ateliers, et s’adresser à l’équipe d’après-midi pour tenter de les convaincre de les rejoindre. Lundi après-midi, de petits groupes d’ouvriers ont aussi débrayé, ainsi que mardi matin.

Ils montrent la voie à suivre.